Nous suivre Industrie Techno

La sûreté des réseaux électriques en question

Jean-Charles Guézel

Sujets relatifs :

, ,
- Les grandes pannes électriques de l'été 2003 ont marqué les esprits... Et seront au coeur de la session 2004 du Cigré.

Depuis la dernière grand-messe parisienne du Cigré (Conseil international des grands réseaux électriques), en 2002, une impressionnante série d'incidents a semé le doute sur la fiabilité des réseaux d'électricité à travers le monde. On se souvient notamment des coupures du 14 août 2003, pendant laquelle 50 millions de personnes au nord des États-Unis et au Canada ont été privées de courant (jusqu'à deux jours dans certaines zones). Et de celle du 28 septembre de la même année qui a frappé l'ensemble de l'Italie et demandé une vingtaine d'heures de remise en route dans les régions du sud.

Soixante mille mégawatts perdus dans le premier cas, vingt-huit mille dans le second : il y a de quoi s'interroger... Sans parler, au cours du même été, des incidents de Majorque, de Londres, de Kuala Lumpur, de Birmingham, de Malmö/Copenhague...

« Cette série noire, ses origines, ses conséquences et surtout les solutions à déployer pour que pareils événements ne se reproduisent plus, seront au coeur des débats du congrès Cigré 2004 », indique Jean Kowal, secrétaire général du CNF (Comité national français : l'un des cinquante-trois comités nationaux du Cigré).

En plus des deux tables rondes qui leur seront consacrées pendant le lundi 30 août, ces questions seront abordées au cours des sessions intitulées "Développement et économie des réseaux", "Conduite et exploitation des réseaux", "Performances techniques des réseaux" ou encore "Marchés de l'électricité et régulation".

Garantir les capacités de transfert

Au cours de la première de ces quatre sessions (parmi seize au total), les orateurs évoqueront notamment les techniques permettant d'exploiter les réseaux au plus près de leurs limites, les schémas de protection capables de garantir les capacités de transfert ainsi que les moyens à mettre en oeuvre pour obtenir une fiabilité suffisante dans un contexte de libéralisation du marché.

Ceci dit, les conclusions rendues à la suite des enquêtes menées sur ces coupures géantes montrent que le problème est loin d'incomber, comme on aurait facilement tendance à la croire, à la seule dérégulation. Dans un article publié dans la Revue de l'électricité et de l'électronique, André Merlin, directeur de RTE, explique ainsi que « les grands incidents résultent presque toujours d'une conjonction d'aléas multiples défavorables, non seulement matériels [NDLR : amorçage d'une première ligne puis surcharge d'une seconde, dilatation des conducteurs et finalement contact avec un arbre dans l'exemple italien], mais aussi humains et organisationnels ». Et d'ajouter, en substance, qu'une fois le phénomène déclenché, le déroulement final s'avère si rapide que les opérateurs ne sont plus capables de suivre et que seules des parades automatiques peuvent contenir ou limiter l'incident. Bref, pour être gérée en toute sécurité, la complexité des grands réseaux interconnectés réclame sans doute un sursaut technologique, tant au niveau des processus décisionnels et des automatismes que des échanges de données, des moyens de surveillance, de l'appareillage et des lignes.

Autant d'aspects qui seront, eux aussi, traités lors de cette conférence. La session consacrée aux lignes aériennes opposera ainsi les tenants de la construction de nouvelles liaisons à ceux du renforcement des capacités existantes. Toujours en matière de transport, les liaisons à courant continu seront abordées sous l'angle des transferts de forte puissance et des nouvelles applications (production éolienne, plates-formes pétrolières...). La session dédiée aux équipements permettra, quant à elle, de faire le point sur les nouvelles technologies de disjoncteurs, sur l'utilisation des capteurs intelligents ou sur la mise en oeuvre des parafoudres en courant continu.

Les transformateurs et les machines électriques tournantes, enfin, seront largement commentés, notamment pour le refroidissement et l'amélioration des rendements.

L'ESSENTIEL

- Grands thèmes Conduite et exploitation de réseaux Lignes et câbles Protection et automatismes Équipements à haute tension Production décentralisée - Pratique Du 30 août au 3 septembre 2004 au palais des Congrès de Paris (Porte Maillot) Internet : www.cigre.org

UN COMITÉ INTERNATIONAL NÉ EN FRANCE

Le Cigré, Comité international des grands réseaux électriques, est une association non gouvernementale à but non lucratif fondée en France, en 1921. Il a pour objectif le développement des connaissances techniques et l'échange d'informations entre tous les pays dans le domaine de la production et du transport de l'électricité en haute tension.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0859

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2004 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

TÉLÉCOMS

TÉLÉCOMS

La ligne téléphonique en cuivre monte en débitFace à la fibre optique, la traditionnelle ligne téléphonique en cuivre résiste. En combinant six paires[…]

01/04/2009 | AlertesR & D
ÉLECTROMÉNAGER

ÉLECTROMÉNAGER

GOOGLE RELANCE LINUX DANS LE MOBILE

GOOGLE RELANCE LINUX DANS LE MOBILE

Le microscope descend à l'échelle de l'atome

Le microscope descend à l'échelle de l'atome

Plus d'articles