Nous suivre Industrie Techno

La simulation visuelle réaliste se marie avec la réalité virtuelle

La simulation visuelle réaliste se marie avec la réalité virtuelle

S'immerger dans un environnement virtuel réaliste pour faire des choix de conception

© DR

Optis réussit avec son logiciel HIM, le mariage entre la simulation optique et les outils de réalité virtuelle pour proposer aux concepteurs des outils d’aide à la décision tenant compte à la fois de l'interaction humaine, de la vision humaine et de l'interaction de la lumière avec un projet, le tout dans un environnement réaliste complet.

L’éditeur français Optis, spécialiste des solutions logicielles de simulation optique, lumineuse et de la vision humaine, basées sur la physique, lance HIM (Human Integrated Manufacturing), un logiciel qui permet de faire des études ergonomiques basées sur la réalité virtuelle. Il permet aux opérateurs d’entrer et d’interagir avec un modèle numérique 3D réaliste à grande échelle, grâce au port de lunettes spéciales, d’un casque de réalité virtuelle ou via un avatar artificiel aux dimensions humaines.

HIM est basé sur la plate-forme de réalité virtuelle RHEA, qui a été mise au point par EADS Innovation Works, pour l'analyse ergonomique de futurs produits en proposant une expérience humaine réaliste. RHEA a ainsi été utilisée par Airbus et par d'autres filiales d'EADS pour expérimenter des systèmes virtuels complexes au cours de leur processus de conception. Mais le cœur de HIM utilise le moteur physique 3D de simulation temps réel SimplyCube développé par Simplyssim, une société du groupe Optis.

Apprécier le confort visuel

Avec HIM, Optis a ajouté à la plate-forme RHEA la simulation de la lumière et de la vision humaine, basée sur la physique, dans l’objectif d'atteindre un niveau inégalé de réalisme et de précision pour des choix de conception, de matériel ou la spécification des propriétés de la lumière. HIM devient ainsi un outil d’aide à la décision pour toutes les applications visuelles.

Evaluer les efforts

Afin d’aller plus loin dans la validation ergonomique, Optis a aussi ajouté à HIM l’étude de la pénibilité de la tâche d’un opérateur en termes d’accessibilité et d’enveloppes de confort, basées sur les normes NFEN-1005-4, NFEN-1005-5 et ISO 11226:2000. Cela apporte aussi des indicateurs d’efforts, basés sur la méthode OWAS standard (méthode d’analyse pour identifier et évaluer les postures contraignantes au travail et déterminer les actions correctives).

Les concepteurs, les ingénieurs et les ergonomes peuvent ainsi prendre la place du futur pilote, membre de l'équipage, passager ou technicien de maintenance, afin d'expérimenter diverses tâches et d'explorer une série de solutions techniques, en interagissant directement avec la maquette numérique. Pour s'assurer que l'analyse est pertinente, l'application permet au concepteur de mettre le produit dans son contexte en ajoutant des environnements et des trajectoires extérieures. Un module de gestion de scénario complète la plate-forme.

HIM permet alors de prendre des décisions en tenant compte à chaque fois, de l'interaction humaine, de la vision humaine et de l'interaction de la lumière avec un environnement complet, recréé dans un système de réalité virtuelle hyper-réaliste.

Jean-François Prevéraud

Pour en savoir plus : http://www.optis-world.com

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

« Implant Files » : pourquoi les implants médicaux sont dans la tourmente

« Implant Files » : pourquoi les implants médicaux sont dans la tourmente

C'est un nouveau scandale sanitaire. Après l'affaire des implants mammaires « PIP », une enquête du[…]

IRT Saint-Exupéry : les nouvelles plateformes technologiques opérationnelles

IRT Saint-Exupéry : les nouvelles plateformes technologiques opérationnelles

Drone à hydrogène : le rêve de deux start-up françaises

Drone à hydrogène : le rêve de deux start-up françaises

[Photo Tech] L’impression 3D mobile de bâtiments

[Photo Tech] L’impression 3D mobile de bâtiments

Plus d'articles