Nous suivre Industrie Techno

La simulation au service des matériels médicaux

Jean-François Preveraud

Sujets relatifs :

, ,
La simulation au service des matériels médicaux

Stéphane Avril (ENSMSE): la modélisation permettrait une meilleure adaptation de la conception de ces produits aux types de pathologie des patients.

© DR

Un enseignant chercheur de l’Ecole des Mines de Saint-Étienne montre comment la simulation pourrait aider les industriels à développer des matériels mieux adaptés aux pathologies des patients, tout en améliorant leur confort.

Lors des Rencontres Textiles Santé 2010 du Pôle des Technologies Médicales de Saint-Étienne, qui se déroulaient les 05 et 06 mai, Stéphane Avril, enseignant chercheur et responsable du département Biomécanique & Biomatériaux de l’Ecole des Mines de Saint-Étienne, est intervenu sur l’intérêt de la simulation pour développer de meilleurs produits médicaux. Il a notamment présenté les travaux de son équipe sur ‘‘la modélisation de la jambe humaine sous contention élastique’’. 

Pour ce spécialiste de la modélisation biomécanique : « il n’existe aujourd’hui aucune règle scientifiquement fondée pour expliquer le fonctionnement d’un bas de contention ». Toutefois, les résultats des travaux du Centre Ingénierie et Santé (CIS) de l’Ecole des Mines de Saint-Étienne questionnent les principes de base de la contention et montrent qu’une modélisation pourrait permettre une meilleure adaptation de la conception de ces produits aux types de pathologie des patients.

Il serait alors possible de concevoir de nouveaux matériels aux effets plus précis, permettant d’améliorer l’efficacité des traitements, ou tout au moins le confort du patient. Ce bénéfice médical deviendrait vite économique au regard des 18 millions de personnes ayant aujourd’hui en France des problèmes veineux.

« Nous sommes les seuls à travailler sur la compression des muscles. Le comportement des tissus mous reste encore assez peu connu et beaucoup de questions se posent encore aujourd’hui sur les valeurs de leur élasticité », concède toutefois Stéphane Avril.

Cependant, même si le recul dans ce domaine n’excède pas une dizaine d’années, des résultats prometteurs ont déjà été obtenus, grâce à deux thèses au CIS, en partie grâce à une forme de coopération unique en France : l’Ifresis, Institut Fédératif de Recherche en Sciences et Ingénierie de la Santé (Inserm). Celui-ci regroupe le CHU de l’agglomération stéphanoise, l’Université Jean Monnet (facultés des Sciences et de Médecine) et l’Ecole nationale supérieure des Mines de Saint-Étienne.

Jean-François Prevéraud

Pour en savoir plus : http://www.emse.fr 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Un échangeur de chaleur ultra compact et efficace grâce à l'impression 3D et au design génératif

Fil d'Intelligence Technologique

Un échangeur de chaleur ultra compact et efficace grâce à l'impression 3D et au design génératif

Une équipe de recherche de l'Université de l'Illinois à Urbana-Champaign a présenté dans un article de la[…]

Le projet de recherche AIRchitecture sur les avions légers électriques tire un premier bilan et se prolonge

Le projet de recherche AIRchitecture sur les avions légers électriques tire un premier bilan et se prolonge

Le casque de réalité mixte XR-3 de Varjo fait dans le détail : la preuve par l'essai

Le casque de réalité mixte XR-3 de Varjo fait dans le détail : la preuve par l'essai

« L’exposition aux nanomatériaux doit être évaluée tout au long du cycle de vie pour concevoir des produits plus sûrs », pointe Jérôme Rose, médaille d’argent 2020 du CNRS

« L’exposition aux nanomatériaux doit être évaluée tout au long du cycle de vie pour concevoir des produits plus sûrs », pointe Jérôme Rose, médaille d’argent 2020 du CNRS

Plus d'articles