Nous suivre Industrie Techno

La semaine de Jean-François Prevéraud

La semaine de Jean-François Prevéraud

Industrie et Technologies
Et si l’on parlait du futur ? J’ai eu l’occasion cette semaine de m’entretenir avec plusieurs des intervenants du Cofes 2003,le Congress on the Future of Engineering Software, organisé par le cabinet Cyon Research où s

L’objectif de ce congrès, dont c'était la quatrième édition,  n’est pas de rêver sur des technologies encore à inventer qui résoudraient tous les problèmes de l’industrie. Il s'agit plutôt de réunir des experts industriels, spécialistes des logiciels de conception, et de leur demander d’exposer leur vision à moyen terme de l’évolution de ces outils et des méthodologies de travail associées

Le thème général de cette année était : Améliorer les technologies de conception pour atteindre les objectifs de votre entreprise.

On y retrouvait des experts de grands acteurs du monde de l’informatique tels Alan Kay pour HP Labs ou encore Karl Schulmeisters Engineering Technical Strategist de Microsoft, ainsi que ceux des principaux éditeurs du monde de la CFAO, du calcul et du PLM, au premier rang desquels se trouvaient IBM/Dassault Systèmes et EDS PLM Solutions, par ailleurs sponsors de la manifestation.

En tout, environ 150 experts avaient fait le déplacement en Arizona et les plus grands groupes industriels américains étaient représentés. Par contre, les Européens et Asiatiques avaient fait l’effort... de ne pas venir, ce qui est un peu inquiétant.

Outre quelques exposés magistraux sur le marché actuel, la plupart des interventions se font sous la forme de petits groupes de travail limités à 24 personnes réunies autour d’un expert. L’exposé dure de 5 à 15 minutes suivant la verve de l’orateur et chaque séance est limitée à 35 minutes. Autant dire que cela va très vite et que vous n’arrêtez pas de courir d’une salle à l’autre. Mais en deux jours vous avez fait un tour global du thème du congrès à l’aide de ces petits éclairages.

Voici quelques uns des points de vue les plus remarqués.

Ken Versprille du cabinet de consultants D.H. Brown : 'La vision du PLM est d’établir et d’automatiser, à travers l’ensemble de l’organisation de l’entreprise, les échanges de données et la collaboration entre les processus d’entreprise et les processus de développement. C’est ce qu’essayent de proposer d’une part les éditeurs et d’autre part les différents consortiums sur l’interopérabilité. Mais l’on est encore loin du compte'.

Louis Columbus d’AMR Research : 'L’évolution des relations entre les clients et les fabricants va développer le besoin d’outils permettant de faire du Made-To-Order, du Build-To-Order, du Configure-To-Order et du Engineer-To-Order. De plus, il faudra être capable de proposer des produits très personnalisés en respectant, donc en ayant des outils de contrôle, le ratio performances/prix qu'attend le client.'

Marc Halpern du Gartner Group : 'Malgré les avantages évidents d’une approche PLM, les services informatiques des entreprises industrielles continuent à porter le gros de leurs investissements sur des applications d’ERP, de SCM et de CRM. Certes, ces investissements améliorent l’efficacité opérationnelle et réduisent les coûts indirects des produits, mais ils limitent les gains sur les coûts directs et l’aide à l’innovation que pourrait apporter le PLM.'

Ray Kurland de Technicom : 'La plupart des concepteurs reconnaissent que la CAO et tous les outils informatiques leur sont surtout utiles pour documenter leurs conceptions, plus en tous cas que pour trouver des solutions innovantes. Plutôt que de se focaliser sur les outils, mieux vaudrait donc essayer de développer des méthodologies innovantes, telle que la conception système à partir des besoins exprimés par l’utilisateur.'

Peter Marks de Design Insight : 'Seuls des produits innovants et réussis permettront aux entreprises industrielles de restaurer leurs marges, et à l’économie de retrouver le chemin de la croissance.'

Peter Bilello de CIMdata : 'Certes le PLM devrait être un levier important pour aider les entreprise à innover en facilitant l’expression et l’échange de concepts. Mais force est de constater qu’il y a actuellement une grande confusion entre le spectre du PLM et les méthodologies à mettre en place pour le rendre efficace.'

Dave Burdick, président de Collaborative Visions : 'La plupart des technologies et des stratégies actuellement misent en place sont trop focalisées sur les outils et les capacités de chaque individu. Il faut donc complètement repenser les processus de développement et les technologies déployées dans un contexte plus collaboratif. Le PLM est une première tentative.'

Mike Evans de Cambashi : 'Le marché des outils de conception est basé sur un cycle d’innovation de 7 ans : Computervision en 1974, Autodesk en 1981, PTC en 1988, SolidWorks en 1995, Rien en 2002. Les éditeurs sont-ils en panne d’idées ? Pourtant les utilisateurs continuent à demander des logiciels plus faciles à utiliser et plus proches de leur métier. Le Knowledge Based Engineering, présent depuis longtemps dans les laboratoires aurait-il manqué le coche ?'

Joël Orr : 'Les logiciels ne sont-ils pas assez chers ? Le marché mondial annuel des outils de conception représente 12 milliards de dollars, une goutte d’eau dans l’océan des investissements industriels. Sa modestie l’éloigne des centres de décision et le fait ignorer des dirigeants d’entreprise. Pourtant il est au cœur des processus de conception, qui définissent à 90 % le coût des produits.'

Jack Ring d'Innovation Management : 'Je pense que l’on va assister rapidement à une évolution majeure dans la manière dont les concepteurs interagissent avec les problèmes qui leur sont posés et les processus de conception qu’ils mettent en œuvre.'

Des idées novatrices, bien souvent tranchées, dont le but principal est d’essayer de provoquer des réactions chez les éditeurs concernés, afin qu’ils comprennent les évolutions majeures qui vont toucher leurs clients dans les années à venir. De cet échange d’idées pourraient émerger des méthodologies de travail et des logiciels innovants capables d’aider les industriels à faire face au rythme toujours plus soutenu auquel ils sont soumis. Attendons donc.

Bonne semaine à tous.

Jean-François Prevéraud, journaliste à Industrie & Technologies, suit depuis 22 ans l’informatique industrielle et plus particulièrement les applications destinées au monde de la conception (CFAO, GDT, Calcul/Simulation, PLM…). Il était jusqu’à une date récente rédacteur en chef de la lettre bimensuelle Systèmes d’Informations Technologiques, qui a été intégrée à cette lettre Web hebdomadaire.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Les meilleures technos de 2012 : SolidWorks V6 c’est pour 2013 !

La semaine de Jean-François Prevéraud

Les meilleures technos de 2012 : SolidWorks V6 c’est pour 2013 !

Je viens de rencontrer les dirigeants de SolidWorks à l’occasion de l’annonce de la version 2013 de leurs produits. Un rencontre[…]

Les meilleures technos de 2012 : Ansys lance la Extended Multiphysics Simulation

La semaine de Jean-François Prevéraud

Les meilleures technos de 2012 : Ansys lance la Extended Multiphysics Simulation

Les meilleures technos de 2012 : Le futur de la CAO est-il en marche ?

La semaine de Jean-François Prevéraud

Les meilleures technos de 2012 : Le futur de la CAO est-il en marche ?

PLM : Dassault Systèmes intègre le marketing dans sa panoplie

La semaine de Jean-François Prevéraud

PLM : Dassault Systèmes intègre le marketing dans sa panoplie

Plus d'articles