Nous suivre Industrie Techno

La semaine de Jean-François Prevéraud

Industrie et Technologies
Comme promis la semaine dernière, voici la première partie d'une visite plus détaillée du Micad 2004.

Toujours difficile de faire un compte rendu du Micad tant les offres varient d'un stand à l'autre. Comment en effet passer d'un logiciel de style automobile à de la CAO-Electronique, d'outils de gestion de projets dédiés au monde du BTP à des machines de prototypage rapide, ou encore de logiciels de simulation numérique à des traceurs ?

Pourtant cet inventaire à la Prévert correspond bien aux préoccupations des professionnels impliqués dans le développement de nouveaux produits. Malgré cette diversité, il manque encore pour les satisfaire pleinement beaucoup de choses : des prestataires de services dans le domaine des études, du design ou de l'innovation, des prestataires de services capables de prendre en charge la fabrication de prototypes, d'outillages ou de petites séries, des spécialistes de l'équipement du bureau d'études dans les domaines du mobilier ou de l'éclairage...

Il ne s'agit pas de refaire Industrie 2004 au sein du Micad, mais d'ouvrir de nouvelles pistes capables de susciter de nouveaux intérêts, tant de la part des exposants que des visiteurs.

De cette diversité renaîtra le dynamisme que nous avons connu au Micad à ses origines, au début des années 80, alors que la CFAO était plus un sujet d'interrogation qu'une réalité industrielle. La mondialisation de l'économie sous l'effet d'une informatisation galopante qui oblige l'industrie à tourner en temps réel, suscite de nouvelles interrogations de la part des industriels. Au Micad de relever ces nouveaux défis en proposant de nouvelles pistes d'évolution.

Voici donc, classées par grande catégories d'application, les principales nouveautés que j'ai pu relever au fil des stands, comme les 19 214 autres visiteurs du Micad.

En route pour la visite guidée ! 

1. Du côté des généralistes :

Après avoir entretenu le suspens en fin d'année dernière sur leur participation au Micad 2004, IBM et Dassault Systèmes se retrouvaient finalement au coude à coude sur un stand commun, de taille nettement plus modeste que les années précédentes toutefois. De fait c'est le West Master Agent (voir notre lettre n°56 du 13 février), dirigé par Pierre Balza qui recevait ses partenaires commerciaux.

' En créant cette structure commune entre IBM et Dassault Systèmes, nous allons faire bénéficier l'ensemble du réseau commercial des outils marketing, administratifs et commerciaux que j'ai mis au point pour Dassault Ventes France. L'objectif est d'aider l'ensemble de nos partenaires à développer leurs ventes et à pénétrer de nouveaux marchés, tout en évitant qu'ils se concurrencent entre eux. De plus, nous allons les aider à passer de la vente d'outils à celle de solutions de PLM '.

De fait les partenaires que nous avons pu voir sur le stand semblaient y trouver leur compte au bout de trois mois de fonctionnement.

Nous avons aussi pu remarquer quelques nouvelles applications logicielles de partenaires développées sous l'architecture CAA V5. C'est ainsi le cas pour Centric Software qui va proposer dans Enovia des fonctions de gestion de programmes et de portefeuilles, administrées à partir d'un tableau de bord collaboratif 3D. Cette véritable War Room a pour rôle de faciliter les prises de décision en donnant accès à toutes les informations pertinentes, afin de les utiliser dans différents scénarios.

De son côté, Noesis Solutions, filiale de l'éditeur belge spécialiste du calcul LMS International, va développer des outils de récupération et de gestion de savoir-faire dans le but de faciliter l'optimisation pluridisciplinaire des produits conçus à l'aide de Catia V5.

Pas de nouveauté chez Autodesk et SolidWorks par rapport aux présentations faites la semaine précédente à Industrie 2004 (voir notre lettre n°62 du 26 mars).Signalons quand même que Bertrand Sicot qui était responsable de l'Europe de l'Ouest pour SolidWorks prend la responsabilité des ventes américaines de cet éditeur. Belle promotion. Il est remplace en France par Alexandre Tartas.

PTC associé à son distributeur Man & Machine mettait de son côté l'accent sur Windchill 7.0 et sur Wildfire 2.0, deux logiciels que nous avions eu l'occasion de tester en avant première en janvier (voir notre lettre n°57 du 20 février). Une fois encore la démonstration de Windchill 7.0 nous a séduit car nous avons l'impression de voir enfin ce que d'autres éditeurs nous promettent depuis trop longtemps.

Embase d'un robot autonome développée par BlueBotic
à l'aide de Wildfire de PTC

Notons la présence sur le stand de PTC de la société suisse BlueBotics qui conçoit à l'aide de Wildfire des robots autonomes destinés à évoluer au milieu d'êtres humains. ' Le modèle présenté ici est ludique, mais nous développons des modèles plus industriels capables d'aider des opérateurs sur une ligne de production. Nous pensons que ce type de robots autonomes apporte la flexibilité nécessaire aux productions très éphémères auxquelles l'industrie est contrainte aujourd'hui. Une souplesse que ne peuvent apporter les lignes robotisées traditionnelles ', explique Nicola Tomatis, le président de l'entreprise.

Think3 mettait en avant la version 9 de sa gamme et insistait sur son module de design industriel ThinkID (voir l'interview de Darius Lahoutifard dans notre lettre n°60 du 12 mars). Notons la présence sur le stand de deux clients venus défendre leur choix, le constructeur ferroviaire suisse Matissa et le constructeur de matériel électrique Egic.


2. Du côté des spécialistes des applications :

Trop rare exposant du monde de la CAO-Electronique, une technologie pourtant omniprésente dans les produits industriels ou de grande diffusion, Mentor Graphics avait fait le déplacement. ' Une manière pour nous de rencontrer des industriels qui n'ont pas l'habitude de venir sur des salons d'électronique et qui ne connaissent donc pas notre offre Capital Harness Systems dans le domaine du câblage ', explique Benoît Grétéré, le directeur technique de la filiale française.

Tecnomatix Technologies, spécialiste de l'ingénierie des process et de la qualité, défendait le concept de l'usine numérique avec sa gamme eMPower. Parmi les nouveautés annoncées, signalons le renforcement de l'accord avec UGS PLM Solutions (voir notre lettre n°55 du 06 février), qui vise à développer les liens entre l'outil de simulation et de visualisation de la production eM-Plant et le logiciel de conception d'usine Factory CAD. Notons aussi l'annonce du module eM-DFM Expert dans la gamme électronique, afin de faciliter la conception des lignes de production et de test des cartes imprimées.

Pour sa 2e participation au Micad, Elsys éditeur du logiciel Electre NT de schématique et de création de harnais électriques montrait son intégration bidirectionnelle avec Catia et Smarteam grâce au module CatElectre. Autre nouveauté le module AutoCable, qui assure la génération automatique des plans de fabrication des câbles en assurant une total compatibilité entre le schéma électrique et le cheminement 3D des faisceaux. Là aussi la parole était donnée aux utilisateurs avec notamment une présentation de Volvo IT qui met en place ces outils au sein du groupe Volvo Trucks.


Exemple de faisceau électrique développé à l'aide d'Electre NT


3. Du côté de la FAO  :

Surprise chez Sescoi, où le patron est … une patronne. En effet, c'est Catherine Marko qui a pris la responsabilité de la filiale française de ce leader de la FAO bien connu pour sa gamme WorkNC. Une première dans le monde très macho de l'usinage. Mais sa solide expérience de l'industrie jointe à son pragmatisme devraient rapidement séduire.

' Nous allons devenir beaucoup plus proactifs. Ainsi nous présenterons dès cet été une évolution notable de notre outil de GPAO WorkPlan. Nous avons remarqué que nos clients exprimaient le besoin d'un outil leur permettant de gérer simplement leurs projets. Ainsi est née l'idée de myWorkPlan. Il facilite l'estimation des coûts et des délais à partir des modèles CAO, il planifie la production, il assure le suivi de la fabrication, des achats, des livraisons. Bref c'est un véritable tableau de bord très simple d'emploi qui traite l'ensemble des projets du devis à la livraison '.

Autre éditeur français, Spring Technologies présentait WipLink, son poste de préparateur méthodes (voir notre lettre n°59 du 05 mars), mais aussi Tool Expert. Ce poste de préparateur d'outillages facilite la sélection des outils coupants en fonction du programme d'usinage à réaliser et de la machine sélectionnée. Ainsi, il propose au préparateur les assemblages d'outils coupants disponibles dans l'entreprise répondant aux besoins d'une séquence d'usinage.


4. Du côté du prototypage rapide :

Stratasys, présent sur le stand de MG2 Anjou Technologies, lance les Triplets , trois variantes de ses machines de prototypage rapide basées sur le Fused Deposition Modeling. Le modèle de base permet de débuter le prototypage rapide à l'aide de poly-carbonate pour moins de 100 000 $. Une version 50 % plus rapide et une autre offrant un volume de travail supérieur de 150 % sont aussi proposées.

Notons que MG2 propose une offre complète dans le domaine du prototypage avec les outils de numérisation de 3D Digital, les outils de préparation et de réparation des fichiers STL Magics RP de Materialise, ainsi que les outils de duplication par coulée de métal sous vide de MCP.

Chez 3D Systems, outre l'imprimante 3D InVision proposée à moins de 40 000 € on mettait l'accent sur les matériaux. Le Bluestone SL est un composite qui donne aux pièces réalisées une grande résistance accompagnée d'une rigidité exceptionnelle. Il est encore en cours de développement, notamment avec des spécialistes de la F1. L'Amethyst SL est quant à elle une résine développée spécialement pour les fabricants de bijoux à qui elle offre une grande finesse et richesse de détails. Enfin, le LaserForm Acier A6 est destiné aux systèmes de frittage sélectif par laser. Notons aussi l'accord intervenu avec EOS qui met un terme à plusieurs années de procédures entre les deux sociétés.

L'imprimante 3D InVision

EOS qui d'ailleurs présentait, lui aussi, de nouveaux matériaux tel le Direct Steel H20 très résistant à l'usure utilisable notamment pour des empreintes de moules d'injection. Autre nouveauté chez ce constructeur l'EOSint M270, une machine équipée d'un laser de frittage Ytterbium Fibre de 200 W. Notons aussi le logiciel EOStyle pour la génération des supports pour les pièces métalliques réalisées en frittage laser.

Signalons  sur le stand de Kallisto, dont c'était la première participation, la démonstration de bio-conception. Un scanner laser 3D de Minolta était utilisé pour relever le visage du visiteur, modèle 3D qui servait de base à la conception des lèvres de contact d'un masque d'assistance respiratoire sur mesure. Une illustration du savoir-faire de cette jeune société spécialisée dans la numérisation et le prototypage.


5. Du côté du design :

Alias lance Catia V5 Direct Connect une passerelle entre ses outils de design industriel de la gamme StudioTools et le logiciel de CAO Catia V5. Cette passerelle développée en collaboration avec Spatial assure les échanges de données bidirectionnels entre les deux logiciels.

Utilisation d'AutoStudio chez Pininfarina
pour la conception de la robe de la Ferrari 360 Modena


Autre acteur important de ce secteur, Icem présentait à la fois la version 4.4 de son logiciel de modélisation, d'analyse et de visualisation de surfaces Icem Surf et son tout nouveau logiciel Icem Style qui permet de créer et d'évaluer rapidement des maquettes virtuelles dans un environnement photo-réaliste de modélisation. Une nouvelle orientation pour ce spécialiste des surfaces de style dont une partie du savoir-faire est originaire des bureaux de style de Volkswagen.


6. Du côté du BTP :

Les exposants de ce secteur regroupé autour d'Autodesk présentaient quelques nouveautés. RoboBat complète son offre dans le domaine du calcul de structures dédié au bâtiment avec Esop. Une solution intuitive et économique pour assister l'utilisateur dans ses calculs quotidiens qu'il s'agisse d'acier, de béton armé, de bois voire de mécanique. Il fait pour cela appel à un bibliothèque de compagnons de calcul prêts à l'emploi, utilisables sans formation.

Prosys de son côté présentait sa nouvelle gamme Pro/AEC 2004 très orientée vers les gains de productivité lors de la saisie des plans, ainsi que lors de la gestion de leurs surfaces et équipements.

A la semaine prochaine pour la fin de la visite avec notamment un gros chapitre sur le calcul et la simulation numérique.

Pour en savoir plus :
- http://www.3ds.com
- http://www.3dsystems.com
- http://www.alias.com
- http://www.autodesk.com
- http://www.bluebotics.com
- http://www.centricsoftware.com
- http://www.e-elsys.com
- http://www.eos.info
- http://www.icem.com
- http://www.lms.com
- http://www.manandmachine.fr
- http://www.materialise.fr
- http://www.mentor.com
- http://www.noesissolutions.com
- http://www.prosys.fr
- http://www.ptc.com
- http://www.robobat.com
- http://www.sescoi.com
- http://www.spring.fr
- http://www.solidworks.com
- http://www.stratasys.com
- http://www.tecnomatix.fr
- http://www.think3.com
- http://www.ugsplmsolutions.com


Jean-François Prevéraud, journaliste à Industrie & Technologies, suit depuis 22 ans l'informatique industrielle et plus particulièrement les applications destinées au monde de la conception (CFAO, GDT, Calcul/Simulation, PLM…). Il était jusqu'à une date récente rédacteur en chef de la lettre bimensuelle Systèmes d'Informations Technologiques, qui a été intégrée à cette lettre Web hebdomadaire.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Dossier composites : comment ils vont surpasser les métaux

Dossiers

Dossier composites : comment ils vont surpasser les métaux

Les composites ne cessent d'innover pour rester compétitifs face aux autres matériaux. L'innovation porte sur les matériaux eux-mêmes, mais aussi sur[…]

Les colloques à venir - Au 12 juin 2009

Agenda

Les colloques à venir - Au 12 juin 2009

Les Nanotechnologies, vous connaissez ?

Les Nanotechnologies, vous connaissez ?

IT 911 mai 2009

IT 911 mai 2009

Plus d'articles