Nous suivre Industrie Techno

La semaine de Jean-François Prevéraud

Industrie et Technologies
A l'occasion du Micad voici quelques chiffres et réflexions sur le marché en PLM en France.

Après deux années de décroissance, le marché du PLM en France a retrouvé un sourire timide en 2004, avec un retour à la croissance, de l'ordre de 4,5 %. De fait, le marché du PLM en France a avoisiné les 1 160 M€ en 2004.

Le segment de la CFAO-Mécanique, qui représente la plus grosse portion du marché, a connu une croissance de l'ordre de 3,5 %. Celui de la GDT, tout comme celui de la simulation numérique, a connu une croissance plus forte, de l'ordre de 6,5 %.

Toutefois, ne nous laissons pas abuser par cette embellie. Elle ne reflète pas une confiance retrouvée dans l'avenir, mais trahit plutôt un rattrapage des "non-investissements" intervenus en 2002 et 2003. Les industriels ont en effet compris que ne pas investir signifiait mourir rapidement dans un monde toujours plus concurrentiel. Ils rattrapent donc un retard, mais sans plus.

Il faut dire que la conjoncture internationale n'est pour le moment pas des plus favorables à l'Europe. La sortie de crise tarde toujours à venir, les tensions internationales sont toujours aussi importantes et les prix de l'énergie et des matières premières sont au plus haut.

Si l'on ajoute à cela :

  • la morosité des consommateurs européens qui limitent leurs dépenses, en préférant faire une épargne de précaution ;  
  • un phénomène de délocalisation vers les pays à bas coût de main d'œuvre qui s'accélère, même pour les activités de conception ;  
  • et un sud-est asiatique qui devient de plus en plus performant ;

on comprend aisément la faiblesse des investissements industriels dans les pays occidentaux.

Cela se traduit généralement par des projets moins ambitieux, avec une priorité pour ceux à retour sur investissement rapide. En effet, dans une période où l'industrie travaille de plus en plus en temps réel, avec une visibilité réduite sur ses perspectives, nombre d'industriels privilégient les suites de projets à court terme avec des retours sur investissement à chaque étape.

Terminons sur une note d'espoir. Chaque crise à du bon. Celle qui nous frappe actuellement a mis en exergue l'indispensable refonte des méthodologies et des cycles de développement de nouveaux produits pour les entreprises qui veulent rester compétitives.

De nouvelles voies existent, notamment pour favoriser l'innovation et réduire en quelques années les cycles et les coûts de développement des 20 à 30 % nécessaires afin de rester compétitif.
Un thème largement abordé dans le dossier du numéro d'avril d'Industrie & Technologies.

A la semaine prochaine.

Jean-François Prevéraud, journaliste à Industrie & Technologies, suit depuis 23 ans l'informatique industrielle et plus particulièrement les applications destinées au monde de la conception (CFAO, GDT, Calcul/Simulation, PLM…). Il était jusqu'à une date récente rédacteur en chef de la lettre bimensuelle Systèmes d'Informations Technologiques, qui a été intégrée à cette lettre Web hebdomadaire.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Dossier composites : comment ils vont surpasser les métaux

Dossiers

Dossier composites : comment ils vont surpasser les métaux

Les composites ne cessent d'innover pour rester compétitifs face aux autres matériaux. L'innovation porte sur les matériaux eux-mêmes, mais aussi sur[…]

Les colloques à venir - Au 12 juin 2009

Agenda

Les colloques à venir - Au 12 juin 2009

Les Nanotechnologies, vous connaissez ?

Les Nanotechnologies, vous connaissez ?

IT 911 mai 2009

IT 911 mai 2009

Plus d'articles