Nous suivre Industrie Techno

La semaine de Jean-François Prevéraud

La semaine de Jean-François Prevéraud

Industrie et Technologies
Semaine chargée puisque j'ai rencontré un vice-président d'Autodesk et suivi la vente d'EDS PLM Solutions à des investisseurs.


Autodesk sur la voie du PLM

J'ai eu la chance et le plaisir de pouvoir rencontrer cette semaine Robert Kross, Vice-président de la Manufacturing Solutions Divison d'Autodesk, lors de son très bref passage à Paris à l'occasion de son tour d'Europe. Il a accepté de lever pour vous un coin du voile sur les orientations vers le PLM qu'Autodesk entend prendre à moyen terme.

'Les entreprises et notamment les PME ne se retrouvent pas dans les offres PLM des principaux acteurs du marché. Celles-ci sont trop complexes et ne correspondent pas à des processus facilement identifiables dans l'entreprise. De plus, leur mise en place impose aux entreprises de complètement repenser leur mode de fonctionnement et leur organisation autour de cette démarche PLM. Une stratégie de rupture qui est bien souvent incompatible avec leurs contraintes de fonctionnement quotidiennes ', constate Robert Kross.

' Nous allons essayer de les aider dans leur évolution vers le PLM d'une manière beaucoup plus pragmatique. L'arrivée d'Inventor, notre outil de conception mécanique haut de gamme, a déjà marqué notre volonté d'accompagner nos clients dans cette évolution. L'apparition des modules métiers et plus encore du module Vault sont dans la lignée de cette évolution et ont renforcé l'aide que nous apportons aux bureaux d'études.

Nous allons maintenant étendre l'accès à ces informations de conception au reste des acteurs de l'entreprise. Nous annoncerons d'ici le milieu de l'année des outils basés sur la technologie .Net de Microsoft permettant de gérer les modifications, les niveaux de versions et plus globalement le workflow des données techniques dans l'entreprise.

Cela veut aussi dire que nous allons offrir des liens avec les outils d'ERP. SAP bien entendu, car il est installé dans quasiment tous les grands comptes où nous sommes présents, n'oublions pas que nous avons plus de 4 000 licences de logiciels Autodesk chez GM et plus de 10 000 chez Boeing, mais nous sommes aussi en discussions avancées avec Microsoft autour de ses outils issus des reprises de Navision et de Great Plain.

Mais que l'on ne s'y trompe pas, nous ne voulons pas singer ce qui ce fait actuellement sur le marché. Les solutions que nous allons proposer demanderont au maximum deux jours de personnalisation pour répondre aux besoins de l'entreprise. Nous pensons que si la part de service représentait plus de 10 % de l'investissement de nos clients, nous aurions fait un produit qui ne répond pas aux attentes de la majorité des PME. Pour moi, PDM doit impérativement signifier  Practical Data Management '.

Il est clair qu'Autodesk ne veut plus se limiter à la seule CAO dans le monde industriel, mais étendre ses compétences à l'ensemble des outils d'informatique technique au service de l'industrie manufacturière. Toutefois la CAO restera au cœur de ses préoccupations. Ainsi Autodesk vient de faire l'acquisition de certains actifs de la société MechSoft, l'un de ses partenaires autour d'Inventor.

Cette société propose un grand nombre d'assistants spécialisés en conception mécanique (génération d'arbres, de pignons, de cames, de ressorts, d'assemblages vissés…). En fonction des données de base introduites par le concepteur, l'assistant dimensionne les composants et crée la géométrie nécessaire. Il dispose aussi d'une bibliothèque de plus d'un million et demi de composants standard et d'un manuel de référence de conception intégré.

' En intégrant cette technologie éprouvée d'analyse fonctionnelle dans nos outils de conception, nous renforçons leur valeur et nous simplifions les processus de conception de nos clients ', estime Robert Kross. ' Nous annoncerons aussi dans le courant de l'été de nouveaux outils dans le domaine de l'analyse structurelle, mais il est encore un peu tôt pour en parler '.

UGS PLM Solutions repris par des investisseurs

Le suspens n'aura finalement duré qu'une quinzaine de jours de plus que prévu, puisque c'est le 14 mars au soir qu'EDS a annoncé avoir vendu sa division UGS PLM Solutions pour 2,05 milliards de dollars en cash, à un groupe de trois investisseurs financiers, Bain Capital, Silver Lake Partner et Warburg Pincus, qui font parts égales.

Première constatation, c'est très bien vendu, puisque c'est près de 2,3 fois le chiffre d'affaires réalisé en 2003 (897 M$) et 20 fois le bénéfice (104M$). Ce serait même le plus gros investissement jamais réalisé dans une société de technologie.
Rappelons qu'EDS affirmait début février en vouloir "seulement" 1,8 milliards de dollars, alors que les analystes misaient plutôt sur une fourchette commençant à 1,2 milliards de dollars (voir notre lettre 56 du 15 février). Les bons résultats engrangés par UGS PLM Solutions au dernier trimestre 2003 et la prévision de croissance du marché de 8 % par an jusqu'en 2008, annoncée par CIMdata, ne sont certainement étrangers à cette "plus value".

Deuxième constatation, c'est une vente globale de l'activité et non pas une simple prise de participation. EDS confirme ainsi sa volonté de se recentrer sur son cœur de métier à savoir les technologies de l'information et les services d'outsourcing. De plus, cela lui permet de dégager beaucoup de cash à un moment opportun afin de réduire notablement sa dette.

Troisième constatation, ce sont des banquiers qui ont acheté. Reste donc à savoir ce qu'ils vont en faire. Passé les premiers moments d'euphorie suivant l'achat, il va bien falloir commencer à parler retour sur investissement. Au pire des cas, on réduit la voilure, on met la pression sur la productivité pour améliorer les ratios ainsi que les profits et l'on revend au bout de trois ans une société exsangue, mais encore présentable, plus cher qu'on ne l'a payée.
Cela ne semble pas être le cas pour ces trois investisseurs dont les portfolios de sociétés montrent qu'ils jouent réellement leur rôle de soutien et d'aide au développement des sociétés dont ils sont actionnaires. Reste maintenant à savoir combien d'argent supplémentaire ils sont près à investir pour réellement aider au développement de la société. Mais là aucune indication n'a encore été donnée.

En sortant du giron d'EDS, UGS PLM Solutions va redevenir "fréquentable" pour les grands intégrateurs, tels Accenture ou Cap Gemini Ernst & Young, qui n'auront plus l'impression de travailler pour leur plus gros concurrent en vendant de l'UG ou du Teamcenter. Même IBM pourrait se montrer intéressé. Cela pourrait donc développer rapidement ses ventes d'autant que les produits sont de bon niveau.

Reste aussi à savoir si UGS PLM Solutions va rester focalisé sur l'industrie manufacturière, notamment pour ses activités PDM. L'introduction de nouveaux produits ou la gestion de configurations se retrouvent dans de multiples secteurs, notamment dans le tertiaire. UGS PLM Solutions pourrait y trouver là de nouveaux territoires d'expansion pour le plus grand bonheur de ses nouveaux actionnaires.

A la semaine prochaine.

Pour en savoir plus
http://www.ugsplmsolutions.com
http://www.baincapital.com
http://www.slpartners.com
http://www.warburgpincus.com

Jean-François Prevéraud, journaliste à Industrie & Technologies, suit depuis 22 ans l'informatique industrielle et plus particulièrement les applications destinées au monde de la conception (CFAO, GDT, Calcul/Simulation, PLM…). Il était jusqu'à une date récente rédacteur en chef de la lettre bimensuelle Systèmes d'Informations Technologiques, qui a été intégrée à cette lettre Web hebdomadaire.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Les meilleures technos de 2012 : SolidWorks V6 c’est pour 2013 !

La semaine de Jean-François Prevéraud

Les meilleures technos de 2012 : SolidWorks V6 c’est pour 2013 !

Je viens de rencontrer les dirigeants de SolidWorks à l’occasion de l’annonce de la version 2013 de leurs produits. Un rencontre[…]

Les meilleures technos de 2012 : Ansys lance la Extended Multiphysics Simulation

La semaine de Jean-François Prevéraud

Les meilleures technos de 2012 : Ansys lance la Extended Multiphysics Simulation

Les meilleures technos de 2012 : Le futur de la CAO est-il en marche ?

La semaine de Jean-François Prevéraud

Les meilleures technos de 2012 : Le futur de la CAO est-il en marche ?

PLM : Dassault Systèmes intègre le marketing dans sa panoplie

La semaine de Jean-François Prevéraud

PLM : Dassault Systèmes intègre le marketing dans sa panoplie

Plus d'articles