Nous suivre Industrie Techno

La semaine de Jean-François Prevéraud

Industrie et Technologies
Petit tour en hélicoptère cette semaine puisque j'ai été visiter le bureau d'études électricité d'Eurocopter à Marignane à l'occasion de la signature d'un accord de partenariat entre ce constructeur et l'é

Eurocopter est le fabricant d'hélicoptères ayant la plus large gamme au monde avec pas moins de 8 familles de produits dont la plupart sont destinées aux secteurs civils et parapublics. Eurocopter est le numéro un mondial sur ces secteurs avec un chiffre d'affaires global de 2,78 milliards d'euros en 2004, réalisé à parts a peu près égales entre le militaire et le civil/parapublic. Cela représente pas moins de 332 hélicoptères neufs commandés en 2004, soit environ 30 % du marché mondial.

' Notre large gamme de produits, la diversité des missions qu'ils doivent remplir, ainsi que la grande variété de clients, dont plus de 70 % sont hors des trois pays fondateurs d'Eurocopter (France/Allemagne/Espagne), nous imposent une très grande personnalisation de nos produits, ainsi qu'une grande réactivité afin de rester compétitifs. Et de plus en plus, la différence se fait sur l'introduction de fonctions propres à chacun des clients. Des fonctions qui se traduisent par des besoins de raccordements électriques toujours plus importants. On peut donc dire que le processus électricité, qui recouvre l'intégration des systèmes, est sur le chemin critique pour le développement de nos produits ', explique d'entrée de jeu Daniel Dubreuil, directeur industriel du groupe et de l'établissement de Marignane.

De fait, Eurocopter essaye d'adopter le plus tard possible dans le cycle de livraison d'un appareil sa configuration électrique, afin de pouvoir répondre au mieux aux évolutions des besoins des clients pouvant intervenir entre la signature de la commande et la livraison. Et la configuration électrique est complexe. En effet, un hélicoptère tel le NH 90 c'est 35 kilomètres de câbles, 300 harnais différents, 3 500 connecteurs et 47 000 points de connexion.

' L'étude et la réalisation de tels systèmes sont donc très complexes et nous n'avons pas le droit à l'erreur, car les voilures tournantes sont beaucoup moins tolérantes que les voilures fixes. C'est pourquoi nous avons développé depuis de nombreuses années un véritable centre de compétences électricité à Marignane ', remarque Gérard Goninet, directeur de ce centre.

Ce savoir-faire c'est traduit en 1989 par l'écriture, dans les différentes entités du groupe, de logiciels de schématique électrique propriétaires répondant spécifiquement aux besoins d'Eurocopter (Circé, Cléo…). Des logiciels capables de traiter non seulement la schématique, mais aussi la création des harnais en vérifiant les ségrégations pouvant exister entre les différents câbles les composant.

Passer du spécifique au standard

' Mais de tels développement étaient lourds, d'autant plus qu'il fallait maintenir les logiciels et continuer à assurer de nouveaux développements afin de suivre les évolutions de nos besoins ', constate Georges-Eric Mouffle, responsable des procédés.

' C'est pourquoi dès 1995 nous nous sommes mis à la recherche d'une solution du commerce qui pourrait servir de base à nos besoins propres. Nous avons ainsi évalué plusieurs offres logicielles. Celle qui était la plus proche de nos besoins était Capital H promue par Mentor Graphics. Mais cet éditeur, très focalisé sur la CAO-Electronique, n'a pas montré un intérêt marqué pour intégrer le minimum de fonctionnalités spécifiques de base indispensables pour les métiers de l'aéronautique. Aussi avons nous décidé de rester avec nos outils propriétaires '.

Mais un autre constructeur aéronautique européen était lui aussi confronté à des besoins similaires, Airbus. ' C'est pourquoi en 2001/2002 nous avons décidé de faire cause commune et de mener une recherche conjointe afin de trouver une solution adaptée au monde de l'aéronautique. Nous avons alors évalué une vingtaine de solutions pour finalement fixer notre choix en avril 2002 sur See XP développé par l'éditeur toulousain IGE+XAO '.

La première étape du déploiement s'est faite sur les familles Ecureuil, Dauphin et Super Puma en 2002 et 2003. Il s'agissait de créer, à partir de la base de données électriques, les schémas propres à la configuration de chaque hélicoptère. Ces schémas détaillés devant être inclus dans la documentation après-vente fournie avec chaque appareil. Ce déploiement s'est poursuivi en 2004 autour des familles Tigre, NH90 et EC XXX, après arrêt des outils propriétaires. Actuellement une trentaine de postes See XP sont utilisés pour cela sur le site de Marignane.

Aller vers le PLM

' Mais nous avions dans l'idée d'aller beaucoup plus loin avec cette solution, notamment dans les phases amont de création et d'intégration des systèmes embarqués, ainsi que vers les phases aval de fabrication et de test ', confie Georges-Eric Mouffle. ' Et de fait nous avons trouvé auprès d'IGE+XAO l'écoute et les compétences nécessaires pour arriver à créer une véritable chaîne de développement électrique intégrée correspondant à nos besoins '.

C'est d'ailleurs ce qui est au cœur de l'accord annoncé le 03 février dernier lors du lancement de la phase 2 du projet. ' A terme, nos intégrateurs systèmes vont utiliser See ED et See XP pour créer leurs architectures systèmes et See Topology sera utilisé par les intégrateurs électriques. Les information créées seront ensuite utilisées pour créer les schémas de documentation à l'aide de See XP, c'est ce qui a été mis en place durant la phase 1, ainsi que par See View pour être visualisées au niveau de l'après-vente. L'ensemble de ses outils utilisera une base de données commune, SPM PLM, elle aussi développée en commun avec IGE+XAO '.

L'objectif pour les deux partenaires est de développer en 2005 une chaîne logicielle intégrée allant de la définition des équipements jusqu'à la génération automatique des harnais et des plans de câblage, le tout étant géré en configuration par un véritable système de PLM. Mais à côté de ces outils, qui devraient être mis à la disposition d'une centaine de personnes d'ici fin 2006, les deux partenaires vont aussi mettre au point des méthodes de travail innovantes autour de la filière électrique. Ainsi une personne va être affectée à temps plein pour récupérer et modéliser les savoir-faire des experts d'Eurocopter. Un travail d'expression qui devrait mobilier 7 experts sur deux ans et qui servira à paramétrer les logiciels intégrés dans la chaîne.

' Le groupe Eurocopter va investir plus de 1,5 millions d'euros sur deux ans dans cette opération. Mais outre les aspects financiers, un véritable partenariat entre nos deux sociétés s'est déjà mis en place. Nous partageons notre expérience et nos savoir-faire afin de disposer d'ici un an d'un véritable avantage concurrentiel par rapport aux autres fabricants d'hélicoptères. Nous estimons que cette chaîne intégrée nous donnera au moins deux ans d'avance par rapport à nos concurrents, car cela devrait se traduire par une réduction de 30 % de nos cycles de développement et par une réduction de 20 % des coûts ', estime Gérard Goninet.

De son côté, Alain Di Crescenzo, président d'IGE+XAO constate : ' un tel partenariat avec un leader mondial va nous permettre d'avancer très vite dans le développement d'une véritable chaîne PLM dédiée au monde de l'aéronautique. Nous sommes bien au-delà de la simple création de schémas électrique 2D, puisque nous sommes capables de traiter de l'expression des besoins du client final jusqu'à la mise en production de harnais 3D, grâce à l'intégration avec des outils de maquette numérique ou de simulation d'assemblage tels Catia et Delmia développés par notre partenaire Dassault Systèmes. Une telle chaîne intégrée devrait à terme permettre de réduire de moitié les cycles de développement de tous les systèmes électriques embarqués '.

Mais la mise au point de cette filière PLM électricité, n'est pas la seule démarche entreprise par Eurocopter pour optimiser les processus électricité. ' Nous avons en effet décidé de regrouper dans un seul bâtiment neuf l'ensemble des 500 personnes travaillant autour de l'électricité, qu'il s'agisse des études ou de la production. On retrouve ainsi dans un même lieu tous les spécialistes : études ; industrialisation ; achats ; approvisionnement ; caractérisation ; fabrication ; essais ; etc. Outre la mise en place d'outils informatiques performants, ce regroupement facilite les rencontres et les échanges de vue, ce qui permet de résoudre très rapidement tous les problèmes potentiels ', conclu Gérard Goninet.

A la semaine prochaine.

Jean-François Prevéraud, journaliste à Industrie & Technologies, suit depuis 23 ans l'informatique industrielle et plus particulièrement les applications destinées au monde de la conception (CFAO, GDT, Calcul/Simulation, PLM…). Il était jusqu'à une date récente rédacteur en chef de la lettre bimensuelle Systèmes d'Informations Technologiques, qui a été intégrée à cette lettre Web hebdomadaire.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Dossier composites : comment ils vont surpasser les métaux

Dossiers

Dossier composites : comment ils vont surpasser les métaux

Les composites ne cessent d'innover pour rester compétitifs face aux autres matériaux. L'innovation porte sur les matériaux eux-mêmes, mais aussi sur[…]

Les colloques à venir - Au 12 juin 2009

Agenda

Les colloques à venir - Au 12 juin 2009

Les Nanotechnologies, vous connaissez ?

Les Nanotechnologies, vous connaissez ?

IT 911 mai 2009

IT 911 mai 2009

Plus d'articles