Nous suivre Industrie Techno

La semaine de Jean-François Prevéraud

La semaine de Jean-François Prevéraud

Industrie et Technologies
L’accroissement de la productivité des transferts de données passe une amélioration de la qualité des modèles et une transmission de leur intelligence. Tel est l’avis de Jean-Marc Brun que j’ai rencontré mar

Père d’Euclid et fondateur de Datavision en 1979, Jean-Marc Brun a toujours été passionné par les mathématiques liées à la géométrie des surfaces et de solides et, par conséquent, par le développement de logiciels de CAO. Aussi a-t-il fondé en 1987, lors de son départ de Matra-Datavision, la société Coretech très orientée vers la modélisation géométrique et l’échange de données entre systèmes hétérogènes. Cela a abouti au modeleur de conversion Trans-3D, qui traite aussi bien des pièces complexes que des assemblages importants.

'Mais si la conversion est indispensable pour échanger des données entre systèmes hétérogènes, encore faut-il que la qualité des modèles que l’on souhaite transférer soit au rendez-vous. Et force est de constater que bien souvent c’est loin d’être le cas, déplore Jean-Marc Brun. C’est pourquoi nous avons dès l’origine doté notre logiciel Trans-3D d’outils de healing, pour améliorer la jonction des surfaces, ainsi que de correction automatique des modèles'.

Ces outils corrigent les erreurs de géométries, les imprécisions relatives à la conception ou au système auteur, tels que les faces superposées, les imprécisions ou les éléments trop petits. Ils peuvent aussi réorienter des surfaces, créer une topologie manquante ou réduire la complexité inutile de certaines surfaces.

'De fait, nos clients estiment que Trans-3D corrige automatiquement 80 % des défauts des modèles initiaux avant de les transférer. C’est bien, mais nous souhaitons aller vers 100 %. D’ailleurs les grands donneurs d’ordres imposent de plus en plus le respect de normes de qualité des modèles draconiennes dans les échanges qu’ils pratiquent (SASIG/PDQ, VDA…). C’est pourquoi nous présenterons à Micad 2004 les 3D-Xperts. Ils sont l’aboutissement des technologies que nous avons déjà mis en œuvre en partie dans Trans-3D '.

Ces experts virtuels, qui seront au nombre de quatre, assisteront les utilisateurs dans leurs processus d’amélioration de la qualité de leurs modèles numériques.

  • 3D-QualityChecker est un système paramétrable vérifiant la conformité des modèles par rapport à une norme prédéfinie (Galia, VDA…) ou à un ensemble de critères définis par l’utilisateur. Ceci permet de ne vérifier que ce qui est utile et évite les pertes de temps induites par des vérifications systématiques parfois inutiles.

  • 3D-SolidXpert propose à l’utilisateur les corrections à effectuer sur un modèle solide pour lequel des erreurs de topologie ou des imprécisions ont été détectées, afin de le rendre valide au regard des critères précédemment évoqués. L’utilisateur reste libre d’accepter ou de refuser les modifications proposées. Notons que cet expert virtuel est capable de remonter aux intentions de conception originales et donc de proposer des corrections inaccessibles à ce jour, y compris pour les utilisateurs avertis de Trans-3D.

  • 3D-SurfaceXpert améliore la qualité des surfaces non seulement au niveau de leurs raccordements (G0 ou G1), mais surtout de leur qualité interne, par exemple : regroupement de faces en metafaces ; remplacement de faces restreintes par des faces limitées par leurs bords naturels avec un minimum de restrictions ; lissage des ondulations parasites ; élimination des auto-intersections ; diminution du nombre de pôles en fonction de la précision souhaitée. Avec cet expert virtuel, il devient possible de générer des modèles de qualité, même si le système auteur du modèle produit des surfaces de qualités médiocres et ce, même si le concepteur ne possède pas toute l’expertise suffisante. A titre d’exemple, dans certains systèmes l’offset d’une surface de 72 pôles se traduit par un surface de plus de 4 000 pôles, ce qui n’est pas sans conséquence sur la taille du modèle. Cet expert virtuel est une avancée notoire par rapport aux traditionnels artifices de lissage par la méthode des moindres carrés qui ne corrigent pas les erreurs ponctuelles, mais les lissent sur l’ensemble de la surface concernée.

  • 3D-FeatureXpert remonte aux intention du concepteur à partir d’un modèle géométrique sans intelligence, car il est en mesure de reconnaître, grâce à des algorithmes d’intelligence artificielle, les features (ou entités technologiques de base) qui ont été utilisées pour modifier la géométrie d’un modèle de base. Par exemple : modification d’une face par un perçage ou un bossage ; modification des arrêtes par un congé ou un chanfrein ; création d’une rainure… Cet expert permet ensuite d’extraire ces features, de les supprimer ou d’en changer les paramètres. On peut alors exploiter ces modèles sous leur forme simplifiée, par exemple pour du maillage en vue de calcul ou pour de la visualisation dans le cadre de grands assemblages. Ils peuvent aussi être utilisés pour reconstruire des modèles paramétrés dans les systèmes supportant ce type de conception.

'La transmission pure et simple de l’historique de construction mène à une impasse. Grâce à 3D-FeatureXpert, il sera possible d’échanger l’intelligence des modèles et plus seulement leur géométrie, ce qui permet également de s’affranchir de la mauvaise qualité de certaines géométries ', estime Jean-Marc Brun.

La version Beta de ces 3D-Xperts sera disponible en tout début d’année prochaine et la première version commerciale devrait être présentée au Micad 2004. Notons pour la petite histoire que Coretech a bien failli ne pas pouvoir finir de développer ces technologies novatrices. En effet, un de ses anciens dirigeants a déposé la marque pour son propre compte en Allemagne, débauché une partie des développeurs et est parti avec les codes sources de Trans-3D. Ceux-ci à peine maquillés ont alors été proposé aux clients sous un autre nom à vil prix. Des poursuites judiciaires ont bien entendu été lancées.

A la semaine prochaine.

Jean-François Prevéraud, journaliste à Industrie & Technologies, suit depuis 22 ans l’informatique industrielle et plus particulièrement les applications destinées au monde de la conception (CFAO, GDT, Calcul/Simulation, PLM…). Il était jusqu’à une date récente rédacteur en chef de la lettre bimensuelle Systèmes d’Informations Technologiques, qui a été intégrée à cette lettre Web hebdomadaire.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Les meilleures technos de 2012 : SolidWorks V6 c’est pour 2013 !

La semaine de Jean-François Prevéraud

Les meilleures technos de 2012 : SolidWorks V6 c’est pour 2013 !

Je viens de rencontrer les dirigeants de SolidWorks à l’occasion de l’annonce de la version 2013 de leurs produits. Un rencontre[…]

Les meilleures technos de 2012 : Ansys lance la Extended Multiphysics Simulation

La semaine de Jean-François Prevéraud

Les meilleures technos de 2012 : Ansys lance la Extended Multiphysics Simulation

Les meilleures technos de 2012 : Le futur de la CAO est-il en marche ?

La semaine de Jean-François Prevéraud

Les meilleures technos de 2012 : Le futur de la CAO est-il en marche ?

PLM : Dassault Systèmes intègre le marketing dans sa panoplie

La semaine de Jean-François Prevéraud

PLM : Dassault Systèmes intègre le marketing dans sa panoplie

Plus d'articles