Nous suivre Industrie Techno

La semaine de Jean-François Prevéraud

La semaine de Jean-François Prevéraud

Industrie et Technologies
Visite chez Mickey cette semaine, ou plutôt rendez-vous à l'European Catia Forum qui regroupe une fois l'an les utilisateurs de Catia au centre des congrès de Disneyland Paris.

Cette septième édition de l'European Catia Forum (ECF) a été l'occasion de faire à la fois le point sur les nouveautés annoncées par Dassault Systèmes et IBM, sur celles présentées par la quarantaine de partenaires présents à Technifair, ainsi que de rencontrer des dizaines d'utilisateurs venus des quatre coins de l'Europe.

La principale annonce faite conjointement par Dassault Systèmes et IBM, outre la sortie de la gamme V5 en R12 (voir notre lettre 40 du 10 octobre), a été celle de la création de centres de compétences PLM adaptés aux besoins spécifiques d'un certain nombre de secteurs industriels. Ceux-ci au nombre de sept couvrent les secteurs suivants : automobile ; aéronautique et défense ; fabrication et assemblage ; électronique ; construction navale ; chimie et pétrole ; biens d'équipement grand public. Ils n'ont pas l'ambition de résoudre tous les problèmes épineux de développement auxquels sont confrontés tous les industriels de chaque secteur.

Ils vont dans un premier temps se focaliser sur des processus communs permettant d'aider le plus grand nombre à progresser. A titre d'exemple le centre de compétence aéronautique et défense va se spécialiser sur l'amélioration des processus de développement de la structure des appareils, ainsi que sur le co-développement entre OEM et équipementiers.

'L'objectif de ces centres de compétences est d'aider les industriels à mettre en place des approches PLM leur permettant d'être plus performants dans leur métier et donc plus compétitifs en fonction de leurs propres objectifs business ', explique Hervé Rolland, vice-president Global PLM Sales Development chez IBM.


Aller vers la certification de véhicules virtuels

Mais cette annonce n'est que le premier maillon d'une stratégie à plusieurs étages. Ainsi Dassault Systèmes et IBM ont aussi profité de l'ECF pour annoncer des solutions PLM spécifiques pour ces différents secteurs industriels. Le premier sera l'automobile qui se voit proposer un ensemble de solutions baptisées Generative Car.

Il s'agit de packages de travail collaboratif regroupant des modules de Catia, Enovia et Delmia, accompagnés des meilleures pratiques industrielles qu'IBM et Dassault Systèmes ont pu définir après avoir travaillé ensemble depuis plus de vingt ans auprès de leurs nombreux clients dans le secteur automobile. L'objectif étant de réduire les cycles de développement, tout en affinant la conception des produits. Il ne s'agit pas de dévoiler tous les savoir-faire spécifiques de chacun de leurs clients, mais plutôt de leur proposer un ensemble d'outils et de méthodologies de travail adaptées leur permettant de développer plus vite leurs produits en s'appuyant sur des bases éprouvées communes à l'ensemble de la profession. Charge à eux d'ajouter par-dessus leurs savoir-faire spécifiques, mais au moins ils n'auront plus à se soucier constamment des bases.

C'est d'ailleurs ce qu'a expliqué Darren Carrens, le directeur technique de la firme britannique Integral Powertrain, qui a déjà testé la solution : ' en utilisant l'approche générative adaptée au développement des éléments de transmission nous avons conçu des projets précis et détaillés en réduisant nos cycles de développement de 40 %, car nous avons pu directement introduire dans Catia V5 une partie de notre savoir-faire '.

Les différentes solutions de la gamme Generative Car traiteront à terme l'ensemble des grandes familles d'applications présentes chez les constructeurs et leurs équipementiers : caisse en blanc ; style intérieur et extérieur ; châssis ; groupe motopropulseur et trains roulants ; électricité et électronique ; synthèse véhicule et assemblage. Ainsi dans le domaine de la caisse en blanc, l'approche Generative Car fédèrera tous les sous-processus (style ; architecture véhicule ; création des surfaces classe A ; analyse ; création des outillages ; mise au point de la ligne d'assemblage) nécessaires pour passer de l'idée au produit réalisable.

'Cette annonce est une étape de plus vers le Virtual Car qui permettra aux constructeurs de complètement valider un véhicule alors qu'il n'existe que sous la forme numérique', estime Jean-Marc Deshays, worldwide automotive business leader d'IBM.

'C'est une évolution indispensable qui leur permettra de répondre à l'évolution des demandes des consommateurs qui perçoivent de plus en plus la voiture comme un objet de mode. Les constructeurs vont devoir s'adapter pour proposer plus souvent des nouveaux produits et pour les fabriquer pratiquement à la demande et non plus en grande série. Si cela suppose une standardisation des composants et sous-ensembles entrant dans la composition des véhicules, cela suppose aussi une standardisation des processus de développement, ainsi qu'une plus grande réutilisation des savoir-faire '.


Premiers pas vers le BTP ?

Parmi les autres annonces faites à l'ECF, j'ai retenu l'accord signé avec l'architecte Frank Gehry. Cet architecte de réputation internationale a été l'un des premiers, voici dix ans, à utiliser la CAO 3D pour mener à bien ses projets architecturaux.

Celui-ci a créé l'an dernier Gehry Technologies, une société ayant pour objectif de modifier fondamentalement les processus de conception et de construction des bâtiments. Pour cela, elle développe des processus et des outils logiciels qui permettront de passer 'des projets papiers en 2D' à des processus plus rationnels basés sur l'utilisation massive du 3D.

Pour mener à bien des projets tels le musée Guggenheim de Bilbao ou le Walt Disney Concert Hall de Los Angeles, Frank Gehry avait dévoyé Catia V5 de ses applications typiquement industrielles en l'adaptant aux exigences du monde du BTP.

 Aujourd'hui Gehry Technologies et Dassault Systèmes se sont associés pour développer de nouveaux outils basés sur l'architecture V5. Gehry Technologies a même été agréé comme Business Partner d'IBM afin de pouvoir commercialiser à la fois Catia, Enovia et Smarteam, ainsi que du matériel IBM.
Malgré les dénégations de l'éditeur, cela marquerait-il l'ambition de Dassault Systèmes de s'attaquer au marché de la construction lorsqu'il l'estimera suffisamment mature vis-à-vis du 3D ?


Etre le noyau d'un écosystème

Bernard Charlès, président & CEO de Dassault Systèmes a aussi tenu à mettre en avant ses partenaires.

 'Il ne faut plus voir Dassault Systèmes comme une société, mais plutôt comme le cœur d'un écosystème fédérant les savoir-faire de nombreux partenaires. On ne peut pas tout faire tout seul dans le domaine des logiciels d'aide au développement de produits. C'est pourquoi nous souhaitons travailler dans le cadre de relations à long terme avec des partenaires spécialistes d'applications spécifiques. Notre programme CAA fédère déjà 64 partenaires logiciels qui ont développé plus de 180 logiciels applicatifs sur l'architecture V5. C'est d'autant plus facile pour eux que nous ne nous imposons comme un standard de plus, mais que nous utilisons des standards tels .Net de Microsoft, Prostep ou Webshpere d'IBM '.

Et de citer les partenaires tels ESI pour son approche d'environnement de validation virtuel du produit, LMS pour son intégration entre tests physiques et tests virtuels ou IGE+XAO pour son savoir-faire dans le domaine de l'intégration des éléments électriques au niveau système.


Du côté de la technifair

J'ai remarqué au fil des stands de l'exposition un certain nombre de nouveautés intéressantes.

Haption est une spin-off du CEA créée en 2001. Elle a pour charge de développer une gamme de périphériques à retour d'efforts appelée Virtuose. Sa technologie est directement issue du savoir-faire du CEA dans le domaine des télémanipulateurs utilisés dans l'industrie nucléaire.

L'expérience montrée consistait à introduire le mécanisme lève-vitre dans une portière de voiture. Deux modèles Catia V5 fournis par Renault étaient manipulables à l'aide d'un bras Virtuose. Le tout étant rendu en stéréoscopie passive sur un grand écran Barco Gemini. Je n'irais pas jusqu'à dire que c'est aussi facile que dans la réalité, surtout quand on est un tant soit peu adroit de ses mains, mais le rendu et le retour d'effort sont convaincants, d'autant qu'on peut les utiliser très en amont d'un projet alors qu'aucun prototype physique n'existe encore.

'Nous sommes à la fin de la phase de développement de nos produits. Nous disposons déjà de trois installations pilotes notamment au CEA et à l'Inria. Nous sommes maintenant en phase d'évaluation auprès d'un certain nombre de comptes grands industriels', explique Jérôme Perret, directeur général d'Haption.


Autre spécialiste de la simulation visuelle et de la réalité virtuelle, Immersion présentait la Haptic Workstation. Imaginez vous dans un siége confortable. Vous enfilez des gants dotés de multiples capteurs. Vous introduisez alors chacun de vos doigts dans des supports à retour d'efforts, eux même supportés par des bras à retour d'efforts. Ainsi harnaché, il de vous reste plus qu'à vous faire aider pour coiffer un casque de réalité virtuelle. L'équipement est au complet. Vous vous retrouvez alors au volant d'une voiture ou aux commandes d'un avion dans un monde totalement virtuel. L'objectif est de pouvoir valider au plus tôt dans le cycle de développement l'ergonomie d'un poste de conduite.


Du côté des logiciels j'ai remarqué la gamme de logiciels de rendu réaliste Speos du toulonnais Optis. Plutôt que de faire de belles images cet éditeur s'est attaché à intégrer les paramètres physiologiques de la perception de la lumière par l'œil humain afin de proposer des rendus qui soient le strict reflet de la sensation visuelle qu'aura l'utilisateur final du produit. Une application qui trouve tout son sens dans la conception de postes de commande ou de tableaux de bord ou encore de composants émettant de la lumière (voyants, phares…). Dernière utilisation en date, l'optimisation de l'ambiance lumineuse du poste de pilotage de l'A380.


MSC.Software annonçait quant à lui SimDesign Suspension, une application verticale basée sur Adams/Car permettant la simulation dynamique d'ensemble de suspension complets montés sur des véhicules automobiles. Il est ainsi possible d'analyser les paramètres cinématiques et dynamique de chaque pièce de l'ensemble, en vue de les optimiser dès les phases amonts de conception.


Chez Zuken on mettait l'accent sur l'intérêt des logiciels de câblage électrique en 3D. ' Un hélicoptère moyen comporte environ 5 000 câbles électriques d'une longueur moyenne de 6 mètres. Soit environ 30 km de câble par appareil ', explique Brian Rolnik. 'Lorsque l'on sait que les concepteurs ajoutent en moyenne 25 % à la longueur de chaque câble pour éviter tout problème lors de la mise en place des faisceaux, on imagine le gain qui peut être réalisé en utilisant un logiciel de routage 3D tel Cabling Designer donnant la longueur précise de chaque câble après en avoir vérifié le routage '.

Mais on se promène dans l'exposition et le temps passe. A la semaine prochaine donc pour donner la parole aux utilisateurs...

Pour en savoir plus
... sur toutes ces annonces, n'hésitez pas à faire un tour sur les sites des sociétés citées :
http://www.3ds.com
http://www.ibm.com
http://www.haption.com
http://www.barco.com
http://www.immersion.fr
http://www.optis-world.com
http://www.mscsoftware.com
http://www.zuken.com

Jean-François Prevéraud, journaliste à Industrie & Technologies, suit depuis 22 ans l'informatique industrielle et plus particulièrement les applications destinées au monde de la conception (CFAO, GDT, Calcul/Simulation, PLM…). Il était jusqu'à une date récente rédacteur en chef de la lettre bimensuelle Systèmes d'Informations Technologiques, qui a été intégrée à cette lettre Web hebdomadaire.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Les meilleures technos de 2012 : SolidWorks V6 c’est pour 2013 !

La semaine de Jean-François Prevéraud

Les meilleures technos de 2012 : SolidWorks V6 c’est pour 2013 !

Je viens de rencontrer les dirigeants de SolidWorks à l’occasion de l’annonce de la version 2013 de leurs produits. Un rencontre[…]

Les meilleures technos de 2012 : Ansys lance la Extended Multiphysics Simulation

La semaine de Jean-François Prevéraud

Les meilleures technos de 2012 : Ansys lance la Extended Multiphysics Simulation

Les meilleures technos de 2012 : Le futur de la CAO est-il en marche ?

La semaine de Jean-François Prevéraud

Les meilleures technos de 2012 : Le futur de la CAO est-il en marche ?

PLM : Dassault Systèmes intègre le marketing dans sa panoplie

La semaine de Jean-François Prevéraud

PLM : Dassault Systèmes intègre le marketing dans sa panoplie

Plus d'articles