Nous suivre Industrie Techno

La semaine de Jean-François Prevéraud

Industrie et Technologies
'De l'idée au produit', tel était le nom de la manifestation à laquelle j'ai eu l'occasion d'assister. Elle illustrait les possibilités de coopération entre des porteurs de projet et le monde de l'enseignement dans le domaine de l

C'est bien connu les grandes idées naissent souvent par hasard dans des esprits féconds, individu isolé ou PME innovante, n'étant pas toujours au fait des réalités et des possibilités de la technologie.

C'est en partant de cette constatation que le Critt-Méca, en collaboration avec l'Ecole Centrale de Paris, les Arts & Métiers et le lycée Diderot de Paris ont lancé en 1998 l'initiative Proced (produit - conception - études et développement). Elle avait pour objectif initial de sensibiliser les PMI franciliennes aux techniques du prototypage rapide.

Dès 2000, la mobilisation de nouveaux centres de compétences régionaux, qui approchent maintenant la vingtaine, et de leur moyens techniques, a permis d'élargir le champs d'action de Proced à toutes les étapes de la conception d'un produit (formalisation, modélisation, simulation, prototypage, outillage rapide…) en rendant accessibles aux PME les techniques et méthodes de conception les plus récentes.

Ces transferts de technologies des centres de compétences vers les PMI franciliennes se font sous la forme de prestations entrant dans le cadre du pré-conseil technologique (PCT) mis en place par le Conseil Régional d'Ile de France. Ces contributions font l'objet d'aides financières attribuées par la région, pouvant aller jusqu'à 4 448 €HT pour 12 jours de prestation.

Mi-2003, 75 PCT, représentant environ 500 jours de prestations avait été réalisés dans le cadre de Proced, essentiellement pour de jeunes entreprises de petite taille, souhaitant se développer autour de nouveaux produits. Ce bilan positif a décidé les pouvoirs publics à renforcer l'action Proced en ajoutant un thème sur les matériaux et surfaces (traitement de surfaces, analyse sensorielle, matériauthèque).
Cela a conduit à la mise en place à l'été 2004 d'un véritable réseau régit par une charte qui prévoit le partage des moyens existants dans les différents centres de compétences et la possibilité d'acquisitions communes.

Aujourd'hui le réseau Proced est composé de :

  • 3 écoles d'ingénieurs : Centrale, Mines , Arts & Métiers 
  • 6 centres techniques : Cetim, Cetehor, Ctba, SupMéca, Lrccp, Greta 
  • 4 centres de ressources technologiques : Aripa, Innotech, Cerma, Ile de France Technologies 
  • 3 lycées techniques : Edouard Branly (Creteil), Diderot (Paris), Gustave Eiffel (Cachan) 
  • 2 prestataires privés : Certa, Maccs

La mise en place de ce réseau permet de couvrir l'ensemble du processus de développement d'un nouveau produit, depuis la formalisation de l'idée (analyse fonctionnelle, analyse de la valeur), jusqu'à la création des outillages de fabrication rapide, en passant par la modélisation, la simulation, la numérisation et le prototypage. Actuellement plus de 125 PCT ont déjà été traités dans ce cadre.

Outre les PME, le monde de l'éducation trouve aussi son compte dans cette démarche. En effet, elle permet de proposer aux élèves des cas réels de développement de produits pouvant déboucher sur des innovations, voire la création de structures nouvelles où ils peuvent naturellement trouver leur place à la fin de leurs études.

Aider les porteurs de projets à innover

L'exemple type présenté au cours de cette journée est celui du soulève personne à mobilité réduite pour salle de bain. Bernard Chabrol, agent commercial dans le domaine du sanitaire, a eu l'idée d'un appareil permettant à une personne à mobilité réduite d'entrer facilement et sans risque de chute dans une baignoire traditionnelle. ' Il existe déjà sur le marché de multiples systèmes, mais ils sont très onéreux et nécessitent un réaménagement complet de la salle de bain, lui aussi coûteux. J'ai donc voulu un système simple pouvant s'intégrer facilement dans une salle de bain existante. De fait, il s'agit d'une potence élévatrice pivotante qui vient se fixer à côté de la baignoire '. C'est le Cerma qui a aider Bernard Chabrol à mieux définir son idée et qui a réalisé les études de faisabilité. ' Nous avons envisagé plusieurs solutions en faisant travailler plusieurs groupes d'élèves en deuxième année de DUT de Génie Mécanique sur ce thème ', explique Bertrand Manuel, directeur du site de Cachan.

' Plutôt de d'utiliser des systèmes de motorisation électrique traditionnels, peu adaptés à l'environnement humide d'une salle de bain, nous avons eu l'idée d'utiliser les 3 à 7 bars de la pression de l'eau disponible au robinet pour actionner un vérin de diamètre 60 mm, capable de soulever une charge de 150 kg en bout de potence. De plus, ce vérin à eau fait décrire à la potence un mouvement hélicoïdal qui permet de prendre la personne à côté de la baignoire et de la déposer dedans. Des idées innovantes qui ont fait l'objet de dépôt de brevets '.

Cette solution nécessite juste la fixation de la platine du vérin au sol et des raccordement au réseau d'eau, à l'aide d'un simple robinet auto-perceur, ainsi qu'à l'évacuation. De fait, le coût d'un tel système, installation comprise devrait être inférieur à 2 000 €, soit de 5 à 10 fois inférieur aux solutions actuellement proposées. ' Après avoir fabriqué plusieurs prototypes, nous sommes maintenant dans la phase de création d'une entreprise et nous recherchons des partenaires industriels pour la fabrication en série ', conclu Bernard Chabrol.

D'autres exemple ont aussi été présentés. Ainsi Yves Buchs, en partenariat avec la société Microplast et le lycée Diderot a-t-il développé un système de micro-irrigation à débit auto régulé avec apport d'engrais pour les plantes d'intérieur. Outre la réutilisation de pièces existantes, ce projet a fait la part belle au prototypage rapide pour la validation.

Notons aussi la collaboration entre l'entreprise de mobilier métallique ATL et les designers du CTBA sur un projet de reconception de lit en hauteur pour collectivité.

De même, Le distributeur Leroy-Merlin a collaboré avec l'ENSAM pour définir une gamme de produits de bricolage destinés aux briconcepteurs.

Enfin, Bionoface a travaillé avec l'Ecole Centrale, le Cetim et le lycée Diderot sur le projet Bioliss, une machine grand public de nettoyage de la peau par peeling (micro-abrasion à l'aide cristal de blé) qui va être fabriquée par Canon en Bretagne et commercialisée dès le début de 2005.

Une journée qui fut l'occasion de montrer la savante alchimie qui peut se mettre en place entre des individus, des PME et des établissement de recherche et d'enseignement pour développer des produits innovants. Une expérience à renouveler.

A la semaine prochaine.

Pour en savoir plus
 -  http://www.idf-tech.net

Jean-François Prevéraud, journaliste à Industrie & Technologies, suit depuis 23 ans l'informatique industrielle et plus particulièrement les applications destinées au monde de la conception (CFAO, GDT, Calcul/Simulation, PLM…). Il était jusqu'à une date récente rédacteur en chef de la lettre bimensuelle Systèmes d'Informations Technologiques, qui a été intégrée à cette lettre Web hebdomadaire.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Dossier composites : comment ils vont surpasser les métaux

Dossiers

Dossier composites : comment ils vont surpasser les métaux

Les composites ne cessent d'innover pour rester compétitifs face aux autres matériaux. L'innovation porte sur les matériaux eux-mêmes, mais aussi sur[…]

Les colloques à venir - Au 12 juin 2009

Agenda

Les colloques à venir - Au 12 juin 2009

Les Nanotechnologies, vous connaissez ?

Les Nanotechnologies, vous connaissez ?

IT 911 mai 2009

IT 911 mai 2009

Plus d'articles