Nous suivre Industrie Techno

La science mérite mieux que l'indifférence

THIBAUT DE JAEGHER tdejaegher@industrie-technologies.com

Sujets relatifs :

,
La science mérite mieux que l'indifférence

LE LIVRE

© D.R.

Soupçonnée des pires maux, la technologie - et ses usages - n'ont pas bonne presse. Dans un livre costaud mi-historique mi-prospectif, Claude Allègre tente de redonner des couleurs à la science. Son leitmotiv : face aux défis qui nous attendent, le génie humain pourra et devra jouer un rôle déterminant. L'ignorer, c'est laisser la voie libre aux savants fous.

Près de 400 pages pour un livre coup-de-poing, on a déjà vu pamphlet plus svelte. Mais, quand Claude Allègre se met derrière son clavier, l'ex-ministre au verbe généreux ne saurait être avare de son savoir... surtout lorsqu'il s'agit de parler de la science et de sa place dans la société. Car, au final, le dernier ouvrage du géochimiste de l'Institut du globe de Paris ne parle que de cela. Sous couvert d'un exercice prospectif, il ne fait que tirer le signal d'alarme pour mettre en garde ses lecteurs sur les dangers et les risques de se détourner de la science, en la laissant faire son oeuvre seule dans son coin. « L'ignorance de ses réalités provoquera des lendemains brutaux !, avertit celui qui fut membre du gouvernement Jospin. D'autant que les progrès de la science qui s'annoncent pour le XXIe siècle vont être d'une ampleur bien plus considérable que ceux du passé. La science va concerner la Terre, la vie et l'Homme, le cerveau, la reproduction, la mort... » Bref, tous les besoins fondamentaux qui permettent à l'homme de vivre sur Terre.

L'avenir dépend de l'Homme

Pour étayer son propos et démontrer le rôle que la science a joué dans l'avènement de telle ou telle civilisation, Claude Allègre s'appuie sur les grandes épopées du siècle dernier. Le retard de l'Europe sur les États-Unis prend racine dans les années 1900, selon l'auteur, avec le peu de foi du Vieux Continent dans une énergie pleine d'avenir : l'électricité. « A-t-on conscience que la puissance croissante de l'Amérique du XXe siècle et sa domination sur le monde prennent leurs racines dans le coup de génie d'un jeune émigré serbe, Nikolas Tesla, qui eut l'idée d'utiliser le courant alternatif pour transporter l'électricité sur de grandes distances, rendant disponible l'éclairage électrique à tout un chacun dans les grandes villes de la côte Est ? », interroge l'auteur. Avouons-le, le fait nous avait échappé.

Convaincant lorsqu'il dresse une très rapide histoire des découvertes scientifiques (même s'il se trompe sur la paternité d'Internet, attribué au Cern plutôt qu'à la Darpa), Claude Allègre perd en force dès qu'il s'essaie à la prospective. Il le reconnaît lui-même : il n'est pas à l'aise dans cet exercice de prévisions que tout le monde sait être erronées par essence. Mais sa vision sur le poids et la place que la science doit occuper dans la société demeure. « L'histoire des civilisations humaines est d'abord le résultat des progrès de la science et de la technique, affirme-t-il. Demain, l'homme pourra modifier la vie, peut-être aussi les phénomènes planétaires, le climat, le cycle de l'eau. La science permettra à l'homme de pénétrer chaque jour un peu plus dans le domaine de Dieu. » Se désintéresser de questions aussi sensibles, c'est laisser le champ libre aux apprentis sorciers à l'éthique douteuse. Et ça, Allègre veut le combattre.

L'HISTOIRE DES CIVILISATIONS HUMAINES EST D'ABORD LE RÉSULTAT DES PROGRÈS DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNIQUE.

LE LIVRE

LA SCIENCE EST LE DÉFI DU XXIE SIÈCLE 346 pages 20,90 euros Plon Éditions

ET AUSSI

Non, l'homme n'a pas tout inventé au siècle dernier. Dans un livre paru dans les années 90, le rédacteur en chef de la revue Nature tente, en appui de sa certitude, de brosser tous les champs que la science n'a pas encore explorés. Physique, mathématiques, génétique, neurosciences... Toutes les disciplines auront un rôle à jouer pour relever les défis qui se posent à notre société. CE QU'IL RESTE À DÉCOUVRIR par John Maddox, Éditions Bayard.

CLAUDE ALLÈGRE GÉOCHIMISTE

Ministre de l'Éducation nationale, de la Recherche et de la Technologie dans le gouvernement de Lionel Jospin de 1997 à 2000, Claude Allègre est un auteur prolifique. Il compte une vingtaine d'ouvrages dans sa bibliographie personnelle. Médaille d'or du CNRS en 1994, il a fait de la vulgarisation scientifique son thème favori. Dans un livre très controversé publié en 2007, Ma vérité sur la planète, ce géochimiste s'est opposé bruyamment à la thèse officielle qui fait de l'homme le principal responsable du réchauffement climatique de notre planète.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0917

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2009 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

La créativité à la chaîne

La créativité à la chaîne

Pleins phares sur la créativité industrialisée. Pour systématiser la mise sur le marché de biens innovants, les industriels devraient s'inspirer de[…]

Obsolescence : faut-il souhaiter longue vie aux produits ?

Obsolescence : faut-il souhaiter longue vie aux produits ?

Errare tecnologicum est

Errare tecnologicum est

Faut-il manipuler le climat ?

Faut-il manipuler le climat ?

Plus d'articles