Nous suivre Industrie Techno

La robotique de demain sera cognitive

Charles Foucault

Sujets relatifs :

,
La robotique de demain sera cognitive

Le robot Armar-III apprend à interagir avec son environnement.

Plus besoin d’interminables lignes de code pour faire effectuer la moindre action à un robot. Les humanoïdes dits cognitifs s’auto-programment à partir des ordres qu’ils reçoivent et d’une base de données d’objets et d’actions accessibles par internet.

Les robots industriels actuels sont programmés par leur trajectoire et leurs efforts. L'idéal serait de commander directement le résultat à obtenir, comme lorsqu’on demande quelque chose à un humain. L'avancée de la robotique cognitive, encore au stade de la recherche académique permet d'envisager cette issue.

Le projet européen Paco-plus et son robot Armar-III a fait la démonstration qu’un robot peut apprendre et réaliser des actions en prenant en compte son environnement : sans être programmé pour cette action, il a su, par exemple, prendre une tasse et la mettre dans un lave-vaisselle.

« A partir d’une base de données d’objets et d’actions accessible par le robot via internet, il génère automatiquement la procédure à suivre », explique le professeur Rüdiger Dillmann, responsable du projet depuis l’Université de Karlsruhe. Des robots cognitifs sont déjà testés dans des PME allemandes.

 



Charles Foucault

Pour en savoir plus : http://www.paco-plus.aau.dk

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

La deeptech Atlant3D Nanosystems, grand vainqueur du challenge Hello Tomorrow 2021

La deeptech Atlant3D Nanosystems, grand vainqueur du challenge Hello Tomorrow 2021

Le salon Hello Tomorrow Global Summit, dédié aux start-up de la deeptech, s’est tenu les 2 et 3 décembre derniers à[…]

06/12/2021 | Start-up
Labcom : le CNRS fête son 200ème laboratoire commun avec les entreprises

Labcom : le CNRS fête son 200ème laboratoire commun avec les entreprises

« Le machine learning est bien moins performant en cybersécurité qu’en traitement d’images », regrette Ludovic Mé, de l’Inria

Dossiers

« Le machine learning est bien moins performant en cybersécurité qu’en traitement d’images », regrette Ludovic Mé, de l’Inria

[Dossier cybersécurité] La simulation à l’assaut des systèmes industriels

[Dossier cybersécurité] La simulation à l’assaut des systèmes industriels

Plus d'articles