Nous suivre Industrie Techno

La RFID s'affirme

Youssef Belgnaoui
- Paris-La Défense, 24 - 26 janvier 2006. L'identification par radiofréquence (RFID) n'en est qu'à ses débuts sur le terrain. Mais sur le salon, l'offre en solutions RFID était dense et bien concrète.

Dès les portes du salon, le ton est donné. Le visiteur passe sous un portique, l'étiquette électronique intégrée à son badge est lue à la volée. Il est alors identifié par le système fourni par Dag System : sur un grand écran en face de lui s'affiche son nom accompagné d'un message de bienvenue. C'est là, la magie de la RFID, l'identification automatique et sans contact. Mais auprès du portique, une hôtesse veille. Car la technologie d'identification radiofréquence a encore des lacunes. Certains badges passent au travers de la vigilance du portique de détection. Du coup, c'est par la lecture du code-barres du badge que l'hôtesse pallie cette défaillance.

En arpentant les allées du salon, il n'y a guère de doute, l'offre RFID s'étoffe. Toutes sortes de lecteurs, d'antennes, d'encodeurs et d'étiquettes électroniques sont prêts à être employés à l'échelle industrielle.

Deister Electronic propose Textag, une étiquette électronique tissée dont l'antenne est constituée d'un fil métallisé. Opérant dans la bande de fréquence UHF (868/915 MHz), elle peut ainsi être directement cousue à même les vêtements pour assurer leur traçabilité ou empêcher leur contrefaçon.

La lecture à la volée pour accélérer les inventaires

Pour l'étiquetage de cartons ou de palettes, Sato présente une solution originale. Comme toute étiquette papier, FlagTag, développée avec Rafsec, s'imprime à plat mais la partie intégrant l'antenne et la puce électronique se plie de façon à former une sorte de drapeau qui se trouve perpendiculaire à la palette. Ce qui évite certaines difficultés de lecture qui peuvent être rencontrées lorsque les antennes sont collées à plat sur les colis.

Sur leurs stands, IER et Paxar affichaient leur savoir-faire RFID par une démonstration concrète. Tous deux avaient choisi d'exposer une solution de lecture à la volée de vêtements sur portant grâce à une antenne manuelle. Ce qui accélère considérablement l'inventaire !

On le voit, les puces électroniques sont associées aux étiquettes papier sur lesquelles sont imprimées différentes informations ainsi qu'un code-barres, encore bien utile. Le fabricant de puces et d'antennes Tagsys s'est associé à Paxar. Ce dernier intègre les tags du premier dans sa gamme d'étiquettes (tissées, cartes ou adhésives pour marquage produits, cartons ou palettes). Toshiba Tec, quant à lui, met en oeuvre les lecteurs RFID de Tagsys dans sa gamme d'imprimantes codes-barres B-SX. Celles-ci encodent ainsi les puces électroniques lors de l'impression de l'étiquette.

S'affranchir de l'orientation des étiquettes

C'est la voie qu'ont également choisie Avery Dennison et Printronix. L'inventeur de l'étiquette adhésive offre la possibilité d'équiper ses imprimantes d'un kit d'encodage RFID disposant d'un système de protection de la puce lors de l'impression de l'étiquette et d'augmentation de la durée de vie de la tête d'impression. Techniprint présentait, quant à lui, la dernière technologie d'encodage MP2 RFID Smart de Printronix. Celle-ci permet de traiter les puces EPC de deuxième génération tout en conservant la compatibilité avec les protocoles EPC Class 0, 0+, 1 et Philips Ucode 1.19.

Pour la lecture des étiquettes radio, il existe trois solutions. Les lecteurs portables, les portiques équipés d'antennes et les tunnels avec convoyeurs intégrés. Les tunnels dotés d'antennes dans différents plans ont la particularité de s'affranchir de l'orientation des étiquettes. Tagsys présentait sur le stand de son partenaire Paxar une solution d'étiquetage associé à un tunnel d'identification RFID. Le tunnel de Tagsys fonctionnant à 13,56 MHz est capable de lire simultanément jusqu'à 100 étiquettes apposées sur des articles défilant à l'intérieur à la vitesse de 91 cm/min avec une fiabilité atteignant 99,99 %. Trois dimensions de tunnels sont disponibles : 30, 40 et 50 cm de côtés.

Pour les opérateurs nomades, le finlandais Nordic ID propose le lecteur RFID mobile PL3000 tournant sous Windows CE. La transmission des données s'effectue localement par liaison radio en mode Wi-Fi ou Bluetooth ou à distance via le réseau GSM ou GPRS. En insérant le module compact flash SCF300 d'i2e doté d'une antenne dans un Pocket PC, ce dernier se transforme en lecteur de cartes sans contact. L'antenne intégrée autorise une distance de lecture de 4 cm pour les puces compatibles ISO 14443 et 8 cm pour les puces ISO 15693 (Calypso, Mifare, etc.). Une carte au format PCMCIA, référencée SPC300, offre les mêmes fonctionnalités.

VU AU SALON

Indentification manuelle > Nordic ID propose le terminal électronique mobile PL3000 équipé d'un écran tactile couleur de 3,5 pouces. Celui-ci est doté de capacités de lecture de codes-barres 1 et 2D et de puces radio 13,56 MHz multistandards.

Le Tag pour haute température > Le Thermotag de Maintag travaillant à 13,56 MHz résiste à des températures extrêmes : - 200 à + 200 °C. La puce, capable d'enregistrer 5 000 caractères, est injectée dans un matériau plastique.

Lecture multidirectionnelle > Les tunnels Igate, exposés par Balogh, intègrent la technologie PJM (ISO 18000-3 Mode 2). Ils lisent et écrivent sur les puces électroniques collées sur des paquets défilant jusqu'à 5 m/s sur le convoyeur. Leurs dimensions intérieures s'étendent de 13 x 20 cm à 100 x 80 cm.

Kit RFID pour Imprimantes > Avery Dennison permet d'équiper ses imprimantes d'un kit RFID pour encoder les puces UHF Gen2 869 MHz et HF à 13,56 MHz. Il s'adapte aux imprimantes, aux systèmes d'impression-pose cartons et aux étiqueteuses de palettes.

ENTENDU AU SALON

Le passage à la RFID implique des changements de procédures, de nouvelles structures et l'interfaçage avec les systèmes d'information. Les entreprises prennent le temps d'y réfléchir pour coordonner tout cela. » Paul Gilardi Directeur général de Deister Electronic, fournisseur de toute une gamme d'équipements RFID.

RÉSISTANCELE CODE-BARRES NE S'AVOUE PAS VAINCU

L'identification par codes-barres a encore de belles années devant elle. Cette technologie mature reste et restera encore longtemps employée. Et elle suscite toujours quelques innovations.

- Le lecteur de codes-barres Tinyom de TXcom se fixe sur un bracelet entre le pouce et l'index. Il laisse ainsi les mains libres à l'opérateur. Les données sont transmises à un terminal via la liaison radio Bluetooth. - Sato a intégré à ses imprimantes CL408 et CL608 un vérificateur en ligne de la qualité de tous les codes-barres imprimés (épaisseurs, contraste, etc.).- Le système de Visidot utilise, quant à lui, une ou plusieurs caméras pour lire à distance et simultanément tous les codes 2D Data Matrix apposés sur une pile de cartons, palettes ou conteneurs.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0875

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2006 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Dassault Systèmes rapproche l'ingénierie et la production

Dassault Systèmes rapproche l'ingénierie et la production

Le spécialiste du PLM pourra, en entrant dans le capital d'Intercim, gérer en temps réel les échanges entre les deux communautés.Dassault Systèmes,[…]

L'informatique "verte" à l'heure des économies

L'informatique "verte" à l'heure des économies

Le papier électronique prend des couleurs

Le papier électronique prend des couleurs

Quand l'environnement stimule l'innovation

Quand l'environnement stimule l'innovation

Plus d'articles