Nous suivre Industrie Techno

« La révolution smart grid ne se fera pas à l’insu du consommateur »

Hugo Leroux

Sujets relatifs :

,
« La révolution smart grid ne se fera pas à l’insu du consommateur »

© DR

Véritable changement dans la façon de penser la distribution et la consommation d’énergie, les smart grids ne s’imposeront pas dans notre univers à coup de réglementations. C’est en substance le message que le sociologue Stéphane Hugon, fondateur de la société de conseil Eranos et chercheur à l’Université Paris Descartes, souhaite faire passer.
 



A trop focaliser sur les apports techniques et économiques de ces nouvelles technologies, les acteurs du secteur courent le risque de passer à côté de l’essentiel : leur adoption par les particuliers. Pour permettre à ce marché d’atteindre une masse critique, le consommateur devra se sentir pleinement impliqué. Une démarche qui demandera du temps et nécessitera de développer une argumentation moins « rationnelle ».

Une distinction très forte entre sphères publique et privée

Une personne peut être très rationnelle dans ses choix de consommation lorsqu’elle se trouve dans un espace public ou professionnel et agir à l’inverse une fois chez elle, la sphère privée restant synonyme de confort et d’opulence. « Si, sur son lieu de travail, un individu accepte facilement que le chauffage n’excède pas 19° », commente ainsi Stéphane Hugon, « il considèrera paradoxalement tout aussi normal d’avoir une température de 24° à son domicile ».

L’argument économique, prôné par les acteurs des futurs réseaux énergétiques intelligents, se confronte aujourd’hui à une dimension anthropologique sous-estimée et fortement liée à l’éducation de chacun. En effet, même si une prise de conscience existe quant à l’importance de modérer sa consommation énergétique, dans les faits, les actes individuels allant dans ce sens restent marginaux. « Actuellement, les smart grids ne sont pas compris, ni perçus comme des leviers d’économies et ont donc du mal à générer de l’engagement de la part des individus sur le plan comportemental. Revoir son isolation, par exemple, sera un effort mieux consenti, car efficace immédiatement et, surtout, visible », souligne Stéphane Hugon.

Créer des passerelles de communication entre deux mondes

La façon d’expliquer l’offre au consommateur est primordiale pour obtenir son adhésion. Il s’agit de remplacer la logique technique par une logique de crédibilité et de confiance. Sans le consentement du consommateur, les applications smart grids sont vouées à l’échec.

« Si tous les consommateurs veulent que leur voiture roule bien, très peu regardent sous le capot. C’est la même chose avec les smart grids : l’individu souhaite optimiser sa consommation d’énergie, mais ne s’intéresse pas à ce qui se passe à l’intérieur de son compteur électrique », précise Stéphane Hugon.

Actuellement, les smart grids se retrouvent au centre de deux mondes, qui ne se comprennent pas ou peu : les habitants et les ingénieurs. L’impératif est aujourd’hui de trouver des interfaces de langage commun aux deux univers.

Des freins techniques et sociologiques

Le premier frein à l’essor des smart grids dans notre société reste la méconnaissance du fonctionnement de notre système énergétique. Avec ces technologies, le particulier n’est plus seulement consommateur, il devient producteur. Une dimension nouvelle et révolutionnaire, qui reste difficile à saisir pour le citoyen lambda.

« Notre système s’inscrit dans une culture de service public avec un opérateur historique et un rapport passif entre ce dernier et le consommateur. L’idée qui consiste à transformer l’individu en partenaire du distributeur est forcément déstabilisante », explique Stéphane Hugon.

La crainte de perdre le contrôle de son domicile, lieu sécurisant par excellence, est aussi un élément dissuasif. Ainsi, la possibilité future pour l’opérateur, selon les pics de consommation, de baisser à distance les radiateurs ou de retarder de quelques minutes le cycle d’une machine à laver, par exemple, est générateur d’angoisse. Enfin, la recherche du confort et du plaisir, liée directement à l’utilisation de l’énergie, ne s’accorde pas avec la promesse de rationalisation et d’économie faite par les acteurs du secteur.

« Perdre du bien-être pour un bénéfice de quelques euros par mois est un argument insuffisant, qui ne touchera qu’une frange minime de la population », souligne Stéphane Hugon.

Adopter la logique des réseaux

Les smart grids peuvent être perçus comme le maillage réticulaire, tel qu’il existe aujourd’hui dans le monde de l’Internet, appliqué à l’énergie. En comprenant ce qui a fait le succès de ce réseau (la recréation de lien entre les individus), il est possible de mettre en place des systèmes d’échanges basés sur la confiance. Il faut donc déplacer le curseur de l’argument économique vers celui de la création de richesse pour son environnement immédiat. L’idée que, avec les économies d’électricité réalisées dans un quartier, nous serons capables d’alimenter une crèche, un immeuble ou un commerce de proximité redonne du sens aux projets de  réseaux énergétiques intelligents, bien plus fédératrice que l’argument économique individuel.

« C’est par le collectif que la pratique consommatoire peut évoluer. Après avoir prôné l’individualisme, source d’ennui, d’isolement, voire de désenchantement, les Français ressentent le besoin de recréer du lien social, de s’enraciner à nouveau dans leur environnement, de se retrouver autour de projets communs. »

Ainsi, les expériences de solidarité se multiplient (Fête des voisins, Amap, apéros sauvages, nombreuses créations d’associations, etc.) et cette tendance durable peut profiter aux technologies smart grids, en les inscrivant dans une logique d’échanges symboliques, au travers de nouvelles formes de collectivité.
 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Le CETI inaugure un démonstrateur pour recycler le coton à la chaîne

Le CETI inaugure un démonstrateur pour recycler le coton à la chaîne

Le Centre européen des textiles innovants (CETI) a inauguré ce 19 septembre à Tourcoing le démonstrateur d'une ligne[…]

Un catalyseur plus efficace pour transformer le CO2 en carburant

Un catalyseur plus efficace pour transformer le CO2 en carburant

Photovoltaïque européen, superalliages, smart-city… les meilleures innovations de la semaine

Photovoltaïque européen, superalliages, smart-city… les meilleures innovations de la semaine

Versailles met en place le premier service commercial de bus à hydrogène

Versailles met en place le premier service commercial de bus à hydrogène

Plus d'articles