Nous suivre Industrie Techno

La résolution s'adapte à l'application

Y. B.

Le numériseur de National Instruments ajuste sa résolution à la fréquence d'acquisition.

Sa résolution variable en fait un instrument universel. Même s'il ne s'agit pas tout à fait d'un instrument, le module d'acquisition de signaux PXI-5922, associé au logiciel approprié, peut remplir les fonctions d'un voltmètre, d'un analyseur audio, d'un compteur de fréquence, d'un analyseur de spectre ou d'un analyseur de modulation I/Q. Ce numériseur, conçu par National Instruments, adapte la résolution de son convertisseur analogique/ numérique (CAN), au gré des exigences de l'application. Contrairement aux instruments de mesure traditionnels, qui présentent une résolution fixe à toutes les fréquences d'échantillonnage, cette carte au format PXI s'appuie sur le CAN Flex II développé par la firme texane. Celui-ci ajuste sa résolution à la fréquence d'échantillonnage. Ainsi, à la cadence de 15 Méch/s, la numérisation du signal se fait sur 16 bits, sur 18 bits à 10 Méch/s, 20 bits à 5 Méch/s, 22 bits à 1 Méch/s et 24 bits à 500 kéch/s.

« La résolution diminue automatiquement avec l'augmentation de la vitesse d'échantillonnage. L'opération est transparente pour l'utilisateur », indique Philippe Beaucour, responsable marketing de la filiale française du fabricant.

Le convertisseur Flex II intègre des techniques brevetées par National Instruments, qui réduisent les erreurs de linéarité et de dérive de température inhérentes à la conversion delta-sigma multirésolution. Sa marge dynamique de 120 dB, associée à un faible niveau de bruit, autorise la numérisation des signaux de faibles amplitudes, sans le concours de conditionneurs externes.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0867

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2005 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

L’Ile-de-France annonce 2,5 millions d’euros pour soutenir des projets de technologies quantiques

L’Ile-de-France annonce 2,5 millions d’euros pour soutenir des projets de technologies quantiques

Puisque le plan quantique français traîne, la région Ile-de-France en profite pour accélérer dans le domaine. La[…]

Le multi-cloud européen Gaia-X présente sa première mouture

Le multi-cloud européen Gaia-X présente sa première mouture

Vers une plateforme de métrologie et d’essais dédiée à l’intelligence artificielle avec le LNE

Vers une plateforme de métrologie et d’essais dédiée à l’intelligence artificielle avec le LNE

Atos s’allie avec la start-up Pasqal pour développer un accélérateur quantique à 50 qubits d'ici deux ans

Atos s’allie avec la start-up Pasqal pour développer un accélérateur quantique à 50 qubits d'ici deux ans

Plus d'articles