Nous suivre Industrie Techno

Vidéo

La recherche académique : un bien ou un mal pour les programmes MBA ?

Jean-François Preveraud

Sujets relatifs :

, ,
La recherche académique : un bien ou un mal pour les programmes MBA ?

Peter Golder, Professeur de Marketing à Tuck School of Business.

A l’heure où l’on demande aux universitaires d’être plus proches des besoins des industriels, un professeur de la Tuck School of Business a étudié la relation entre la recherche et la performance globale d’un MBA. Voici son avis.

Depuis les années 60, la recherche académique a joué un rôle prédominant dans les grandes business schools américaines. Cependant, depuis une dizaine d’années, des critiques s’élèvent aux Etats-Unis contre cette pratique. La recherche détournerait les professeurs de leur mission d’enseignement et n’aurait pas de valeur ajoutée pour la pratique du management de haut niveau.

Peter Golder, Professeur de Marketing à Tuck School of Business, et Debanjan Mitra, de l’University of Florida, ont mené une étude qui va à l’encontre de ce point de vue très largement partagé aux Etats-Unis. Leur étude ‘‘La recherche académique : un bien ou un mal pour les programmes MBA ?’’ (Does Academic Research Help or Hurt MBA Programmes ?) a été publiée dans le Journal of Marketing.

Les deux professeurs ont étudié les liens entre la recherche académique, la qualité des étudiants (mesurée par des tests, le niveau de salaires, etc.), la qualité du corps professoral (reflétée par les enseignements et les publications) et l’évolution dans les classements de 57 programmes MBA dans les business schools américaines sur une période de 18 ans.


Les résultats démontrent que la recherche académique participe à valoriser l’image de l’école auprès des professeurs, des candidats, mais aussi des recruteurs sur le court et le long terme. Elle améliore également la performance pédagogique de l’école. De plus, une augmentation de trois publications par an augmente la sélectivité de l’école, tout comme le salaire annuel des diplômés de plus de 750 $.

Peter Golder commente : « les recruteurs attachent une valeur de plus en plus importante à la recherche menée dans les business schools. Cette conclusion a d’ailleurs surpris beaucoup de monde. Plusieurs facteurs expliquent cela. De plus en plus de classements, comme ceux de Business Week ou du The Financial Times, intègrent le critère de la recherche. Par ailleurs, avoir la culture de la recherche est important. La capacité à structurer un problème et à le résoudre est bien plus importante que la réponse elle-même. C’est ce que les étudiants recherchent : apprendre à résoudre un problème tout seul. C’est pour cela qu’on paye les gens, c’est grâce à cela que les gens peuvent évoluer au sein de leur entreprise ou créer leur propre entreprise ».

Il conclut : « les résultats montrent que la recherche est importante. Mais elle ne peut pas fonctionner en vase clos et se limiter aux seuls cercles académiques. Elle sert à la fois les intérêts des étudiants grâce à l’enrichissement des cours – qui conduit à une augmentation des salaires – et les intérêts de l’établissement puisqu’elle améliore sa réputation auprès de tous les publics ».

Jean-François Prevéraud

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Ecoles d'ingénieurs : 20e classement annuel

Dossiers

Ecoles d'ingénieurs : 20e classement annuel

Comme chaque année, nous publions notre classement exclusif des écoles d’ingénieurs, qui reflète l'implication[…]

26/02/2016 | Start-upFormation
Palmarès exclusif : les dix écoles d’ingénieurs championnes de l’innovation

Palmarès exclusif : les dix écoles d’ingénieurs championnes de l’innovation

La réalité virtuelle entre dans les lycées techniques

La réalité virtuelle entre dans les lycées techniques

Modélisation de la conception innovante

Modélisation de la conception innovante

Plus d'articles