Nous suivre Industrie Techno

La recherche à l'heure de l'efficacité

RIDHA LOUKIL rloukil@industrie-technologies.com

Sujets relatifs :

Des investissements de R&D en baisse, des dépôts de brevets en hausse. Telle est l'évolution paradoxale de la stratégie d'innovation des entreprises en France. Dans un contexte de crise économique, la priorité est plus que jamais à l'efficacité de la recherche.

L'examen de l'évolution de la R&D industrielle en France donne lieu à deux lectures contradictoires. D'un côté, les investissements en recherche et développement baissent. De l'autre, les résultats d'innovation augmentent à l'image du nombre de brevets déposés à l'Inpi. Tel est l'effet paradoxal de la crise économique. Selon le tableau de bord 2010, publié par la commission européenne, les entreprises françaises ont relâché leurs efforts d'innovation en moyenne de 4,5 % en 2009, contre 2,6 % pour l'ensemble de l'Union européenne.

La situation est cependant très contrastée. Si la baisse atteint 42 % chez Technicolor, 26 % chez Renault, 24 % chez Areva, 21 % chez Valeo, 16 % chez Thales ou 14 % chez Alcatel-Lucent, nombreux sont les industriels à muscler leur effort d'innovation. GDF Suez a ainsi gonflé ses investissements de R&D de 72 %, Veolia de 44 %, Nexter de 38 %, Seb de 20 %, L'Oréal de 5 % et Safran de 3 %. Malgré une crise qui frappe tout particulièrement l'automobile, Michelin se démarque par un petit coup de pouce de 1,5 %.

Le nombre de brevets déposés par les PME françaises progresse

Globalement, en plus de l'amélioration de l'efficacité de la recherche, l'heure est à l'internationalisation avec l'implantation de sites de R&D en Chine, en Inde et dans d'autres pays émergents. Valeo, par exemple, est en train de mettre à plat l'organisation de ses activités de recherche et développement pour être davantage présent sur le marché chinois, particulièrement prometteur en automobile.

Mais ce mouvement, qui répond au besoin d'être proche des marchés en fort développement, ne signifie pas délocalisation. Les groupes français conservent 70 à 80 % de leur R&D dans l'Hexagone. Avec un investissement de 4,4 milliards d'euros en 2010 dans le monde, Sanofi-Aventis reste le champion français de la R&D, devant Alcatel-Lucent, PSA Peugeot Citroën, Renault, Vivendi, France Télécom, Schneider Electric, Thales, Total et Safran. Sur ses 17 000 personnes employées dans cette activité dans le monde, 6 000 sont en France.

Sur le front de la propriété intellectuelle, l'année 2010 réserve une bonne surprise. Selon l'Inpi, le nombre de brevets déposés par les entreprises françaises progresse de 4,7 % à 12 400. Un résultat d'autant plus méritoire que les PME y ont fortement contribué, avec une augmentation de 10,8 %. Comme pour les investissements en R&D, la situation est aussi contrastée, avec une baisse de 38 % pour Renault, 27 % pour Air liquide ou 20 % chez Alcatel-Lucent, mais une augmentation de 49 % pour Arkema, 42 % pour STMicroelectronics ou 6 % pour L'Oréal.

PSA, CHAMPION DE L'INNOVATION EN FRANCE

Avec un investissement de 2,1 milliards d'euros dans le monde en 2010, PSA se situe à la troisième place du podium de la R&D derrière Sanofi-Aventis et Alcatel-Lucent. Mais avec un effectif de 12 100 personnes dans cette activité en France, il se hisse à la première place. Son centre technique de Vélizy s'impose comme le plus grand centre R&D en France avec 6 000 personnes. PSA est également le champion de la propriété intellectuelle avec 1 152 brevets publiés en 2010, soit près du double du chiffre de la marque au Losange.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0934

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2011 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

[Pas à pas] Comment tirer parti de la réalité augmentée dans votre usine

[Pas à pas] Comment tirer parti de la réalité augmentée dans votre usine

Profitant des formidables progrès de l'informatique embarquée et de l'essor de l'usine 4.0, les exemples d'applications[…]

Bâtiments intelligents : des économies du sol au plafond

Bâtiments intelligents : des économies du sol au plafond

INNOVATION À TOUS LES ÉTAGES

Dossiers

INNOVATION À TOUS LES ÉTAGES

« Bâtiments intelligents : il faut placer l'utilisateur au centre », Olivier Cottet, Schneider Electric

Interview

« Bâtiments intelligents : il faut placer l'utilisateur au centre », Olivier Cottet, Schneider Electric

Plus d'articles