Nous suivre Industrie Techno

"Nous allons permettre à Airbus Brême d'être maître de son expérience virtuelle", se félicite Hugo Falgarone, PDG de Skyreal

Garance RENAC
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Hugo Falgarone et sa start-up Skyreal sont issus d'Airbus.

© Skyreal

Skyreal a remporté un contrat avec Airbus pour déployer sa solution de réalité virtuelle sur l'un des sites industriels du constructeur aéronautique à Brême en Allemagne. Industrie & Technologies a interrogé Hugo Falgarone, PDG fondateur de cette start-up.

Quelle est la solution qui a permis à Skyreal de remporter le contrat avec Airbus ?

Notre solution est un logiciel pour passer un projet de la CAO à la réalité virtuelle. Ce logiciel permet aux clients d’être maîtres du contenu de l'expérience virtuelle en leur permettant de la générer et de la mettre à jour aussi souvent que nécessaire. Cela permet de faire des revues de projets en s'immergeant complètement dans le produit à partir des modèles 3D faits en CAO. De plus, tout un groupe de travail peut s'immerger dans le produit à l'échelle 1 et découvrir des petites erreurs qui sont difficilement visibles en 3D. Des grains de sable qui, dans la mécanique aux démarrages des ateliers, ralentiraient tout. La réalité virtuelle permet d’anticiper au mieux ce qu'il va se passer avant que le vrai produit n’arrive.

Sur quel type de projet peut-elle être utilisée ?

Nous travaillons avec des PME, des ETI comme eXcent, concepteur et intégrateur de solutions industrielles, ou des grands groupes comme Airbus Helicopters ou ArianeGroup. Pour le projet Ariane 6, il y a une équipe de direction près de Paris qui pilote des équipes à Bordeaux, en Allemagne, à Kourou. Cette équipe a besoin de comprendre ce qui se passe dans la fusée sans l’avoir à côté d'eux. C'est efficace, ça permet d'aller vite dans la prise de décisions. En les côtoyant, on comprend très bien l’intérêt et on se demande même comment ils faisaient avant. Nous avons également vendu notre solution à un client en Norvège, un centre de design et d'innovation pour les chantiers navals. Nous avons pu confirmer que notre produit se transposait dans d'autres secteurs que l'aéronautique. 

Cela vous a aidé dans l’obtention du contrat d’être une start-up issue d’Airbus ?

Oui, je pense. Au début, c'était un projet purement technologique chez Airbus. Cela nous a appris beaucoup sur l'utilité et les moyens de rendre opérationnelle la réalité virtuelle lors de la mise en œuvre sur l'A350 à Toulouse. Nous avons travaillé pour en faire un outil de travail aussi simple à utiliser que de la visioconférence. En 2017, on a externalisé cette activité pour en faire Skyreal.

 

 

 

 

 

 

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Le LiFi haut débit s’installe dans un avion

Fil d'Intelligence Technologique

Le LiFi haut débit s’installe dans un avion

La société Oledcomm a annoncé le 30 octobre qu’un A321 a effectué un vol entre Paris et Toulouse[…]

Les PME et TPI de la supply chain, encore parents pauvres de la cybersécurité

Les PME et TPI de la supply chain, encore parents pauvres de la cybersécurité

Des robots pour l'A320 : Airbus pousse l'automatisation à Hambourg

Des robots pour l'A320 : Airbus pousse l'automatisation à Hambourg

Le projet Euroglider de planeur à motorisation électrique valide son concept en vol

Le projet Euroglider de planeur à motorisation électrique valide son concept en vol

Plus d'articles