Nous suivre Industrie Techno

abonné

La réalité augmentée s'invite à l'usine

Audrey Chabal
Superposer le réel et le virtuel offre des perspectives inédites pour les industriels. Qu'elle soit intégrée sur des lunettes ou sur un bras de mesure, la réalité augmentée permet une assistance pour le contrôle qualité, la maintenance, la réparation ou la formation. Son aspect temps réel l'inscrit dans une dynamique propice à la prise de décision.

Elle est l'objet de l'un des 34 plans de reconquête industrielle de la France. Brique essentielle de l'industrie 4.0, la réalité augmentée, véritable innovation de rupture, sort du laboratoire pour investir les usines. D'abord, grâce à la progression technologique et la chute spectaculaire du prix des cartes graphiques et des équipements, souvent communs avec le monde du jeu. Ensuite, grâce à l'amélioration de leur ergonomie, dont les lunettes connectées et intelligentes sont le symbole. Outre les médiatiques Google Glass, à l'avenir aujourd'hui incertain, des kyrielles d'autres lunettes intelligentes ont en effet été mises au point, comme Laster Technologies et Optinvent en France, ou encore Vusix M100. Devenue plus abordable, la réalité augmentée, qui permet d'incruster dans un paysage réel des objets virtuels, peut s'avérer très utile pour les professionnels. La start-up rennaise Optinvent, qui produit ce type de lunettes à destination des industriels et des professionnels de la santé, du marketing et de la culture, l'a bien compris. « Les téléphones et les tablettes sont très performants, mais ils ne laissent pas les mains libres. Les lunettes intelligentes améliorent la productivité, la précision et la sécurité », souligne Khaled Sarayeddine, un des fondateurs de la société.

Confronter réel et numérique pour un bon positionnement

À mi-chemin entre la réalité virtuelle et la réalité physique, la réalité augmentée présente d'autres avantages pour les industriels, même lorsqu'elle ne passe pas par des lunettes intelligentes. Elle permet par exemple de superposer une maquette numérique, c'est-à-dire l'assemblage de pièces conçues en 3D, pour détecter les erreurs habituellement repérées lors de l'assemblage d'un prototype, avec ce que l'opérateur a sous les yeux. Bruno Uzzan, créateur de la société française Total Immersion, spécialiste en traitements des images et modélisation 3D pour des expertises en temps réel, expose les atouts de cette technologie dans un document diffusé par ce leader du secteur. « L'aspect temps réel entraîne l'interactivité, le choix et la dynamique. La[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0975

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2015 d'Industries & Technologies

Nous vous recommandons

Alibaba dévoile Xuantie 910, une puce ultra performante basée sur une architecture open source

Alibaba dévoile Xuantie 910, une puce ultra performante basée sur une architecture open source

A l’occasion de l’Alibaba Cloud Summit, le 25 juillet à Shanghai, la division processeur du géant chinois a[…]

Puces neuromorphiques, modélisation 3D, deep learning… les meilleures innovations de la semaine

Puces neuromorphiques, modélisation 3D, deep learning… les meilleures innovations de la semaine

DeepCubeA, l'algorithme champion de Rubik’s Cube

DeepCubeA, l'algorithme champion de Rubik’s Cube

Mobilité hydrogène, Tchernobyl, prix Atos-Joseph Fourier… les meilleures innovations de la semaine

Mobilité hydrogène, Tchernobyl, prix Atos-Joseph Fourier… les meilleures innovations de la semaine

Plus d'articles