Nous suivre Industrie Techno

La puce photonique vaut 50 composants

Ridha Loukil

Sujets relatifs :

, ,
La puce photonique vaut 50 composants

Cette puce se décline en deux versions, l'émetteur à droite mesurant 5 x 6 mm et le récepteur à gauche qui tient dans un pavé de 4 x 5 mm.

© D.R.

Infinera condense les fonctions de 50 composants optoélectroniques dans un seul circuit intégré. Première application : les transmissions à fibre optique.

La start-up californienne Infinera affiche de grandes ambitions. Avec sa puce photonique, elle se positionne en effet comme "le futur Intel de l'optique". Dans ce minuscule circuit intégré, elle parvient à faire entrer les fonctions de pas moins de 50 composants optoélectroniques. De quoi donner le véritable coup d'envoi à l'intégration optique à l'instar de l'évolution que connaît l'électronique depuis près de 50 ans.

Jusqu'ici, l'industrie cherchait surtout à supprimer les conversions optoélectroniques en orientant les recherches plutôt vers des solutions tout optique. Infinera va à contresens de cette évolution qui priverait les applications des formidables capacités de traitement qu'offre l'électronique. Mais pour réduire le coût des conversions optoélectroniques, principal motif de recherche de solutions tout optiques, elle mise sur l'intégration photonique.

Sa puce en phosphure d'indium s'adresse aujourd'hui aux systèmes de transmission à fibre optique comme ceux utilisés dans les liaisons à longues distances. Elle se décline en deux modèles : l'un joue le rôle d'émetteur, l'autre celui de récepteur. Elle trouve sa place dans chaque répéteur de signal en remplacement des nombreux composants traditionnels de conversion optoélectronique. La version actuelle peut traiter un flux d'information de 100 Gbit/s.

Dans un pavé de 5 x 6 mm, l'émetteur intègre notamment dix lasers, dix modulateurs et des atténuateurs. Il reçoit un signal électronique de 100 Gbit/s, le convertit en dix signaux lumineux de 10 Gbit/s puis les transmet par multiplexage à une fibre optique. Le récepteur tient dans un pavé plus petit de 4 x 5 mm. Il assure la fonction inverse.

Jusqu'à 75 % d'économies d'exploitation

Selon Serge Melle, vice-président marketing d'Infinera, cette technologie réduirait par un facteur dix le coût des conversions optoélectroniques, sans compter les gains en matière d'encombrement, de consommation ou de fiabilité. Dans les systèmes complexes de transmission optique, la simplification de la maintenance se traduit par des économies d'exploitation atteignant 75 %.

Infinera prépare la montée d'intégration avec d'abord une puce à 400 Gbit/s, capable de traiter dix canaux de transmission à 40 Gbit/s, puis une à 1,6 Tbit/s, capable de traiter quarante canaux à 40 Gbit/s. Il envisage aussi l'extension des fonctions intégrées, avec l'adjonction dès 2007 de l'amplification du signal.

Pour le moment, la société ne commercialise pas ses puces. Elle les réserve à ses propres équipements de transmission optique qu'elle vend à des opérateurs d'opérateurs comme Flag Telecom, Level 3 ou Global Crossing. Mais elle réfléchit à d'autres applications comme l'informatique, le militaire ou les transports, où le remplacement des actuelles interconnexions en cuivre par des liaisons optiques permettrait de mieux tirer parti de la montée vertigineuse de la puissance des processeurs.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0880

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2006 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Des métaux nobles issus du traitement des hydrocarbures

Des métaux nobles issus du traitement des hydrocarbures

Le projet Bashycat permet de récupérer les métaux contenus dans les catalyseurs des raffineries et des centrales thermiques.Qui dit combustion[…]

01/04/2009 | ENVIRONNEMENTInnovations
Téléphoner sans parler

Téléphoner sans parler

ÉNERGIE

ÉNERGIE

Des puces 200 fois plus rapides

Des puces 200 fois plus rapides

Plus d'articles