Nous suivre Industrie Techno

Vidéo

La prothèse bionique de Luke Skywalker, homologuée en un temps record

Julien Bergounhoux
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

La prothèse bionique de Luke Skywalker, homologuée en un temps record

© Darpa

L'alliance de plusieurs acteurs a permis la mise sur le marché, aux Etats-Unis, d'une prothèse de bras révolutionnaire en un temps record. Cette prothèse a pour but de remplacer les modèles actuels, qui ont peu évolué depuis leur mise au point au début du siècle dernier.

La FDA, l'agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux, vient d'approuver la mise sur le marché d'une prothèse bionique innovante après moins de huit années de recherches. Ce cycle de développement particulièrement court est une victoire pour la société Deka Research & Development, responsable du projet, et pour la Darpa, qui l'a financé à hauteur de 40 millions de dollars depuis 2006. La motivation première de cette prothèse est d'apporter un meilleur confort de vie aux soldats blessés lors de conflits armés et ayant subi une ou des amputations, mais ces applications dépassent bien évidemment le cadre militaire et le produit est à disposition des invalides civils.

Le projet a été conduit par Dean Kamen, fondateur de Deka et inventeur entre autres du Segway et du Slingshot, un distillateur d'eau potable innovant pour les pays en voie de développement. La démarche avait été motivée à l'origine par le constat que les prothèses pour les membres supérieurs avaient très peu évolué en un siècle, le design du crochet-pince créé en 1912 étant toujours majoritairement utilisé à l'heure actuelle. La nouvelle prothèse, simplement nommée DekaA Arm, permet de contrôler plusieurs articulations simultanément en utilisant plusieurs méthodes différentes, notamment des signaux sans fil générés par des capteurs sur les pieds de l'utilisateur. Le système est alimenté par une batterie et est d'une taille et d'un poids équivalent à celui d'un bras réel. Il possède six types de "poignes" différentes.

L'INNOVATION AU SERVICE DU CONFORT DE VIE

Le nom, en interne, du projet? "Luke", en réference à Luke Skywalker, héros de la trilogie de films Star Wars, amputé d'une main lors d'un combat et équipé en remplacement d'une prothèse bionique indiscernable de son membre original. C'est la première prothèse mise sur le marché qui est capable de répondre à plusieurs commandes simultanées provenant du cerveau, mais sa mise au point a aussi nécessité d'autres avancées technologiques, principalement en termes de miniaturisation (moteurs, microcontrôleurs, capteurs) et de procédés de fabrication pour obtenir une prothèse à la fois légère et résistante.

Deka Research travaille sur ce projet en collaboration avec Biodesigns Inc. et Next Step Bionics & Prosthetics. L'autorisation par la FDA de la commercialisation de sa prothèse ne va pas mettre fin aux travaux dans ce domaine. La Darpa travaille déjà à la prochaine étape : le contrôle d'une prothèse par une interface neuronale.

Ci-dessous une démonstration de la prothèse en vidéo :

Et une interview de Dean Kamen à propos du Deka Arm :

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Trois propositions pour dynamiser la Health Tech française

Trois propositions pour dynamiser la Health Tech française

BCG, Bio-Up, Bpifrance et France Biotech ont publié le 13 avril un rapport sur la Health Tech française. Pointant un retard[…]

14/04/2021 | Médical
A Paris, l’Institut Curie veut incuber les futurs champions des biotechnologies

A Paris, l’Institut Curie veut incuber les futurs champions des biotechnologies

[Covid-19] Comment l’IoT de la start-up Koovea va sécuriser la distribution des vaccins

[Covid-19] Comment l’IoT de la start-up Koovea va sécuriser la distribution des vaccins

Interface cerveau-machine : "la miniaturisation et les progrès des neurosciences ouvrent un champ d'application incroyable", pointe Bruno Jarry, de l'Académie des Technologies

Interface cerveau-machine : "la miniaturisation et les progrès des neurosciences ouvrent un champ d'application incroyable", pointe Bruno Jarry, de l'Académie des Technologies

Plus d'articles