Nous suivre Industrie Techno

La production d'hydrogène mime le vivant

M. L. T.
Des chercheurs de Grenoble ont réussi à produire de l'hydrogène en s'inspirant des réactions chimiques intervenant dans la photosynthèse chez les végétaux.

L'avenir de l'hydrogène comme source d'énergie et son utilisation dans les piles à combustible passe par la mise au point de technologies de production adéquates et économiques. Pour produire de l'hydrogène, les chercheurs grenoblois du Laboratoire de chimie et biologie des métaux (CEA-CNRS-université Joseph-Fourier) ont eu l'idée de s'inspirer des réactions chimiques intervenant dans la photosynthèse chez les végétaux. Ils proposent ainsi une alternative à la voie actuelle basée sur les propriétés catalytiques de métaux nobles comme le platine, le palladium et le rhodium, dont la rareté et le coût posent problème.

Les recherches des scientifiques grenoblois entrent dans le cadre des travaux menés dans le monde visant à exploiter des catalyseurs à base de métaux plus abondants. Leur approche utilise une structure organométallique comprenant d'une part du cobalt, à fonction de catalyseur et, d'autre part, du ruthénium, qui joue le rôle de photosensibilisateur. Une molécule du type de celle trouvée chez l'algue verte productrice d'hydrogène ! Sous l'effet de la lumière, les électrons fournis par une molécule organique (Et3N, en l'occurrence) sont utilisés pour libérer l'hydrogène de l'eau, au niveau du cobalt. Et ce, avec une efficacité supérieure à celle obtenue avec les systèmes comparables renfermant des catalyseurs à base de métaux nobles. Afin de rendre leur système encore plus intéressant, les chercheurs tentent de remplacer le coûteux ruthénium par des nanoparticules inorganiques - comme des points quantiques - à fonction de photosensibilisateur.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0897

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2008 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Ifpen se cale sur le calcul intensif pour développer des méthodes de conception réduisant les coûts de l’éolien flottant

Ifpen se cale sur le calcul intensif pour développer des méthodes de conception réduisant les coûts de l’éolien flottant

Grâce à 6 millions d’heures de calcul pour effectuer des simulations sur le supercalculateur Jean Zay, IFP Energies nouvelles[…]

Quand la simulation, l’intelligence artificielle et les capteurs favorisent l’économie circulaire

Quand la simulation, l’intelligence artificielle et les capteurs favorisent l’économie circulaire

« Nous préparons les électrodes des futures générations de batteries lithium », lance Pascal Boulanger (Nawatechnologies)

« Nous préparons les électrodes des futures générations de batteries lithium », lance Pascal Boulanger (Nawatechnologies)

« Pour l’industrie des batteries, la crise du Covid-19 est presque positive », souligne Christophe Pillot (Avicenne Energy)

« Pour l’industrie des batteries, la crise du Covid-19 est presque positive », souligne Christophe Pillot (Avicenne Energy)

Plus d'articles