Nous suivre Industrie Techno

La première raffinerie verte globale sera bretonne

Industrie et  Technologies
Le groupe breton Olmix vient de présenter un projet avancé d'unité de chimie verte qui produira de l'électricité, du gaz naturel liquide, de la chaleur, ainsi que des engrais et des fongicides naturels, à partir de trois fléaux de la région : les déchets


Le groupe breton Olmix, 52 millions d'euros de chiffre d'affaires, vient de présenter Morgane, un projet de raffinerie verte unique en Europe. Pour la première fois, une unité de chimie verte sera en mesure de combiner déchets animaux, déchets végétaux et algues vertes pour les transformer en énergies renouvelables et produits naturels pour l'agriculture.

Le site pilote de Morgane devrait être implanté prochainement à Ploërmel (Morbihan-56), au cœur de la Bretagne, territoire d'origine du groupe international et à proximité des sources de matières premières. Morgane offre ainsi une réponse de "nouvelle génération" à deux problèmes environnementaux majeurs de la région : la pollution aux nitrates et la prolifération des algues vertes sur les littoraux.

L'initiative Morgane est soutenue par des organismes importants : la Caisse des Dépôts ; la Communauté de Commune de Ploërmel ; plusieurs coopératives agricoles (la CAM, Coopérative des Agriculteurs de la Mayenne ; la CECAB, Centrale Coopérative Agricole Bretonne ; COOPAGRI Bretagne, groupe agricole et agroalimentaire breton) ; le Centre d'Enseignement Agricole de la Touche. L'engagement de ces acteurs témoigne de la convergence des intérêts publics-privés pour le déploiement de ce projet ancré dans le développement durable.



Morgane va utiliser un cocktail d'éco-ressources naturelles présentes en abondance sur la région et, surtout, indésirables et sans valeur ajoutée de départ : les déchets animaux ; les déchets végétaux et agroalimentaires ; les déchets d'algues vertes, qui seront intégralement valorisées par des procédés de broyage, de méthanisation et de filtration.

Cette unité fait ainsi figure d'exception puisqu'il s'agit du seul pôle européen de chimie verte à utiliser des algues vertes dans son procédé. En effet, les autres pôles utilisent le plus souvent du blé ou de l'orge, plaçant de ce fait en concurrence directe filière alimentaire et filière énergétique.

L'algue verte utilisée pour le fonctionnement de Morgane est une "salade" résiduelle issue de la fabrication de l'Amadéite, matériau nanostructuré 100% naturel inventé par Olmix. Utilisée dans de nombreuses industries, ce matériau résulte de la combinaison de jus d'algues vertes et d'argile.

Les premières applications concrètes déjà planifiées

Le Centre d'Enseignement Agricole de la Touche et les coopératives agricoles sont au cœur des premières applications de Morgane. Associé depuis le début au projet, le Centre d'Enseignement Agricole fournira les déchets animaux et végétaux issus de sa ferme, comportant une porcherie de 1 000 têtes, à la raffinerie verte, tout comme les coopératives agricoles.

Combinées aux algues vertes, ces éco-ressources fourniront de l'électricité et du chauffage au Centre d'Enseignement et alimenteront en énergie des chambres froides et des installations de stockage de la société Olmix pour sa production de l'Amadéite. De plus, les premiers engrais et fongicides naturels sortis du pôle de chimie verte seront testés par la ferme du lycée de La Touche.

Côté chiffres, l'investissement serait de l'ordre de 4 millions d'euros pour traiter 40 à 45 000 tonnes de déchets verts par an, ce qui devrait permettre de produire un mégawatt sous forme d'électricité et du gaz naturel composé de 65 % de méthane. Une petite centrale pilote est en cours de réalisation au Lycée agricole et la construction de la vraie centrale devrait débuter l'an prochain. A terme, le site devrait employer 3 à 4 salariés.

Et si l'on en croit Hervé Balusson, président fondateur d'Olmix : « Morgane est une raffinerie verte pionnière qui donnera naissance à une quinzaine d'autres projets dans l'Ouest de la France ». On veut bien le croire quand on sait que 300 à 400 000 tonnes d'algues vertes envahissent tous les ans le littoral breton, dont 70 000 tonnes sont mises en décharge pour des raisons sanitaires ou touristiques. Si on peut les valoriser...

Jean-François Prevéraud

Pour en savoir plus : http://www.olmix.com/fr/

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

« Nous préparons les électrodes des futures générations de batteries lithium », lance Pascal Boulanger (Nawatechnologies)

« Nous préparons les électrodes des futures générations de batteries lithium », lance Pascal Boulanger (Nawatechnologies)

Nawatechnologies est connue pour ses supercondensateurs à nanotubes de carbone. Elle pourrait bientôt utiliser ces nanotubes dans des[…]

« Pour l’industrie des batteries, la crise du Covid-19 est presque positive », souligne Christophe Pillot (Avicenne Energy)

« Pour l’industrie des batteries, la crise du Covid-19 est presque positive », souligne Christophe Pillot (Avicenne Energy)

[Dossier] L'hydrométallurgie pour recycler les batteries lithium-ion en boucle fermée

[Dossier] L'hydrométallurgie pour recycler les batteries lithium-ion en boucle fermée

Autour de l'IRT Jules Verne, un consortium pour accélérer le recyclage des pales d’éoliennes

Autour de l'IRT Jules Verne, un consortium pour accélérer le recyclage des pales d’éoliennes

Plus d'articles