Nous suivre Industrie Techno

La pédagogie revue et corrigée par les nouvelles technologies

FRÉDÉRIC DESSORT redac@industrie-technologies.com

Sujets relatifs :

,
Cours filmés mis en ligne, supports enrichis de séquences audios ou vidéos, quizz... la formation en ligne se développe fortement dans les écoles d'ingénieurs. Si nombre d'enseignants sont encore rétifs à ces nouveaux usages, l'innovation est un moteur puissant qui en tire les usages au bénéfice d'une meilleure interactivité entre professeurs et étudiants.

Aujourd'hui, de nombreuses écoles d'ingénieurs ont pris le train en marche du « e-learning », ou apprentissage en ligne, mais le niveau de leur maturité en termes d'usages est très variable. La mise en ligne de ressources pédagogiques (a minima simple restitution des cours), d'outils de tests ou de quizz, est devenue courante. Les supports s'enrichissent progressivement de séquences audios et vidéos, et prennent par exemple la forme de présentations animées et commentées. La scénarisation des contenus médiatisés est à la mode, avec les très en vogue jeux sérieux. Enfin, les « podcasts » permettent en théorie de voir en vidéo un cours auquel on n'a pu assister, ou au moins de l'écouter. Dans les faits, la technologie se développe au travers de projets d'universités gratuites en ligne mais reste peu commune en interne.

L'un des objectifs d'une démarche numérique consiste à renforcer l'interactivité entre étudiants et professeurs, y compris en présentiel. Encore faut-il trouver le bon dosage entre e-learning et face à face. Trop de pédagogie en ligne peut être néfaste, sachant que les étudiants les moins attentifs le sont encore moins devant un écran.

Les cours gratuits sur le Web, enjeu d'attractivité

Il faut s'appuyer sur les étudiants pour définir les usages, comme en témoigne Philippe Volle, directeur général adjoint de l'École supérieure d'informatique, d'électronique et d'automatique (Esiea) : « Nos élèves sont à l'avant-garde du numérique : pour eux, il est naturel de collaborer à distance via Skype ou de partager des fichiers en ligne. Nous envisageons d'intégrer ces pratiques dans nos modes d'apprentissage », explique-t-il.

La pédagogie du futur semble se tourner vers l'ouverture à l'extérieur, naturelle à la technologie Internet. En la matière, la plate-forme hydroeurope.org montre la marche à suivre. Mené par l'université de Nice-Sophia Antipolis, ce programme européen vise à former, à 85 % en ligne, des étudiants de niveau master à l'ingénierie dans le domaine de la gestion de l'eau. C'est pour l'instant l'exception. Les cursus délivrés intégralement à distance sont encore peu nombreux. « L'enjeu va consister, dans les prochaines années, à mettre en place des formations en ligne pour mettre à niveau les étudiants, qu'ils reprennent les études, qu'ils soient étrangers ou qu'ils partent à l'étranger. De même, l'e-learning va se développer dans la formation continue », analyse Jean-Yves Plantec, chargé de mission Tice (Technologies de l'information et de la communication pour l'enseignement) à l'Institut national des sciences appliquées de Toulouse (Insa).

Moins coûteuses que les billets d'avion, ces technologies permettent l'intervention distante et ponctuelle de professeurs sur une compétence particulière. L'université Paul Sabatier, à Toulouse, a par exemple mis en place plusieurs classes virtuelles associant vidéo, chat et partage de documents, pour enseigner des métiers de la santé en Afrique et au Liban. Summum de l'ouverture : la mise à disposition sur le Web de cours gratuits, via podcasts vidéo et documents numériques, tirée par Apple et sa plate-forme iTunes U. Pour ne pas louper le coche, le gouvernement français a lancé les universités numériques thématiques, associant 75 universités et 36 écoles. Bien fournie, elle reste loin derrière l'Open Courseware du MIT. Ce portail pionnier, qui a fêté son dixième anniversaire en avril, est abondé par plus de 200 universités et écoles dans le monde. À croire qu'en matière d'enseignement supérieur aussi, le Web devient le nouveau lieu de concurrence.

La Bretagne lance la téléprésence immersive

Simuler la présence dans une salle de cours distante : c'est l'étonnante innovation mise en oeuvre dans les sites de l'université européenne de Bretagne, entre Rennes, Brest et Lorient. Grâce à des panneaux-écrans supplantant le traditionnel tableau, les étudiants et professeurs distants apparaissent en grandeur nature, et l'échange devient naturel. D'autant que dans les amphis équipés, chaque place est équipée d'un grand écran et d'une application de travail collaboratif. Mis à disposition des masters et doctorats, ce réseau de salles facilite aussi la collaboration entre les laboratoires.

KATIA QUÉLENNEC CHARGÉE DE MISSION TICE DE L'ÉCOLE DES MINES PARIS-TECH

« Apprendre la mécanique de rupture en jouant »

« Le groupe École des mines s'investit dans les nouvelles technologies éducatives depuis huit ans. Aujourd'hui, nous travaillons à la scénarisation des contenus d'autoformation. Nous allons lancer un jeu sérieux, dénommé « Ecsper », qui va amener les étudiants de Master 2 à se mettre dans la peau d'un expert scientifique. Ils devront par exemple comprendre, dans l'esprit d'une enquête policière, pourquoi un robot, dans un atelier d'usine, est tombé sur un ouvrier. Ils s'approprieront ainsi les arcanes de la physique de la rupture mécanique dans un univers ludique tout en étant actifs. Pour développer cette application, nous nous sommes appuyés sur un réalisateur de BD, tant pour le scénario que pour l'environnement graphique. »

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0936

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2011 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

LES 3 DIMENSIONS DE Marc Bertin RESPONSABLE DE L'INNOVATION CHEZ OBERTHUR TECHNOLOGIES

LES 3 DIMENSIONS DE Marc Bertin RESPONSABLE DE L'INNOVATION CHEZ OBERTHUR TECHNOLOGIES

De la carte à puce au e-commerce, de la Silicon Valley à Paris, des start-up aux géants industriels... Marc Bertin a roulé sa bosse avant de prendre[…]

01/11/2012 |
LES 3DIMENSIONS de Alexandre Guichard

LES 3DIMENSIONS de Alexandre Guichard

LES 3 DIMENSIONS DE Jérôme Frantz DIRECTEUR GÉNÉRAL DE FRANTZ ELECTROLYSE

LES 3 DIMENSIONS DE Jérôme Frantz DIRECTEUR GÉNÉRAL DE FRANTZ ELECTROLYSE

LES 3DIMENSIONS DE Pascal Mauberger, PRÉSIDENT DU DIRECTOIRE DE McPHY

LES 3DIMENSIONS DE Pascal Mauberger, PRÉSIDENT DU DIRECTOIRE DE McPHY

Plus d'articles