Nous suivre Industrie Techno

La nouvelle génération de PDA durcis arrive

Youssef Belgnaoui

Sujets relatifs :

,
La nouvelle génération de PDA durcis arrive

© D.R.

Les assistants personnels, dits PDA, se durcissent et répondent aux exigences des applications mobiles professionnelles.

En 2003, ELM Leblanc saute le pas. Il équipe ses 300 techniciens de maintenance de terminaux électroniques. Le fabricant de systèmes de chauffage et de production d'eau chaude opte alors pour des PDA standards (Personal Digital Assistant). Non durcis, ces terminaux étaient protégés dans une valise contenant divers autres périphériques. Sans compter les câblages afférents. Grâce aux PDA, les techniciens accèdent à des fonctionnalités qui simplifient et accélèrent leurs interventions. Seul bémol : l'encombrement de la valise, les problèmes de connectivité et la relative fragilité du terminal. Après trois ans de service, ELM Leblanc décide d'investir dans un terminal plus approprié aux applications mobiles professionnelles. En juin 2007, toute sa flotte est équipée du PDA durci CN3 d'Intermec, lancé sur le marché au début de l'année et qui rassemble, dans un boîtier compact, toutes les fonctionnalités et les modes de communication qu'exige l'application.

Ce type de PDA tout terrain n'existait pas vraiment lorsqu'ELM Leblanc a équipé ses techniciens de leurs premiers PDA. Mais rendons à César ce qui appartient à César. C'est Symbol, racheté en début d'année par Motorola, qui a lancé en janvier 2006 le premier PDA durci pour applications professionnelles. Quelle différence avec un PDA classique ? Tout d'abord sa résistance aux chutes et sa protection contre les projections d'eau et de poussières. Il possède aussi un écran tactile couleur d'environ 3,5 pouces. Enfin, il intègre toutes les fonctions de communication nécessaires à une application mobile (Wi-Fi, GSM-UMTS, GPRS-Edge, Bluetooth) ainsi qu'un lecteur de codes-barres ou un capteur de codes 2D. Le tout dans un boîtier de dimensions inférieures à 160 x 80 x 40 mm pour un poids de 350 à 450 g. Sans oublier que sa batterie affiche une autonomie correspondant à un cycle de travail.

L'assistant numérique d'entreprise

Les PDA durcis présentent une autre particularité. « Le terminal est lié à l'entreprise et non à la personne qui l'utilise. Il exploite donc des logiciels d'applications liés au métier de l'entreprise », précise Philippe Nault, directeur technique chez Motorola. Si bien que Motorola préfère qualifier son MC70 d'EDA, Enterprise Digital Assistant, assistant numérique d'entreprise en français. Le logiciel applicatif est adapté aux exigences de l'activité de l'entreprise. Son développement est d'ailleurs le plus souvent confié à un intégrateur qui dispose d'un savoir-faire lié au système d'exploitation, Windows Mobile ou Windows CE, au type d'appareil et à ses périphériques. « Les intégrateurs ont une connaissance des problématiques liées à la mobilité et aux technologies de communication mobile. Ils savent de plus gérer les contraintes liées à certains métiers », observe Thierry Beclin, directeur général de Psion Teklogix.

L'engouement pour ces PDA new-looks est tel de la part des entreprises, qui vont pour certaines s'en équiper par centaines, que Psion Teklogix se lance sur ce marché. Psion, l'inventeur du PDA en 1984, avait abandonné cette activité en 2000 lors de sa fusion avec Teklogix. « Nous y revenons avec le lancement de l'Ikôn car il existe une énorme demande de PDA durcis dans le domaine de la mobilité professionnelle du fait que les technologies de communication mobile sont aujourd'hui abordables et fiabilisées », indique Jacky Lecuivre, CEO de Psion Teklogix. En effet, selon une étude de VDC Data, ce marché affiche une croissance de 25 % par an.

De plus en plus de fonctions

Les précurseurs ont démontré que les applications mobiles fonctionnaient et qu'elles amélioraient leur qualité de service. Du coup, leurs concurrents les imitent. D'autant que ces outils suscitent moins de crainte. « Les logiciels de sécurité de transmission et d'encryptage des données ont progressé. Ce qui procure une plus grande confiance car n'oublions pas que le PDA est une extension du réseau de l'entreprise. De plus, des solutions logicielles autorisant la prise en main à distance des terminaux rend plus facile la maintenance et la mise à jour », explique Éric Delaneau, responsable marketing communication chez Intermec.

Aujourd'hui, la communication sans fil ne suffit plus. Les entreprises veulent localiser leur flotte de terminaux. Le CN3 d'Intermec et l'Ikôn de Psion Teklogix intègrent ainsi un module de positionnement GPS. Motorola propose de fixer un module GPS à l'arrière du boîtier du MC70. Mais conscient que le GPS est un élément différenciateur, le MC70 intégrera lui aussi, début 2008, un circuit GPS. Hand Held Products, racheté récemment par Honeywell, vient pour sa part d'annoncer que son terminal Dolphin 7900 est maintenant équipé de la fonction GPS. « De plus en plus de projets réclament cette fonctionnalité. Le GPS associé à un logiciel de navigation guide l'opérateur. Il permet, par ailleurs, à l'entreprise de localiser ses techniciens ou ses livreurs et ainsi d'optimiser leurs tournées ou leurs missions », justifie Walter Barrila, responsable des ventes chez Hand Held Products.

Autre nouveauté : les PDA de dernière génération ne se contentent pas de proposer un lecteur de codes-barres 1D ou encore un capteur de codes 2D qui peut, à l'occasion, être utilisé pour capturer des images monochromes de basse définition. L'Ikôn et le CN3 sont dotés d'un appareil photo numérique couleur de 2 et 1,3 Mpixels respectivement. Il ne s'agit pas là d'un gadget. Lors d'une intervention de maintenance, l'opérateur peut envoyer la photo d'une pièce ou d'un système de câbles colorés pour demander conseil. Un livreur pourra prendre le cliché d'un colis abîmé.

L'Ikôn de Psion Teklogix

- Annoncé fin octobre, l'Ikôn a la particularité de proposer la technologie de communication UMTS, d'afficher un indice de protection IP65, un écran VGA de 3,7 pouces, un appareil photo numérique de 2 Mpixels et une batterie haute capacité (5 000 mAh en standard).

LE 7900 DE HAND HELD PRODUCTS

- Le 7900 affiche une protection IP64 et dispose d'un afficheur QVGA de 3,8 pouces protégé par un écran en polycarbonate. D'une prise en main plus aisée, le 7800 complétera, en février 2008, le Wi-Fi avec la communication GSM-GPRS. Mais il ne proposera pas de GPS comme le 7900.

LE CN3 D'INTERMEC

- Lancé début 2007, le CN3 propose un écran QVGA de 3,5 pouces, un indice de protection IP54 et un appareil photo numérique de 1,3 Mpixel. La version CN3e, présentée ce mois-ci, sera équipée d'un boîtier plus long mais plus robuste et d'un clavier aux touches élargies.

LE MC70 DE MOTOROLA

- Premier PDA durci lancé en janvier 2006, le MC70 de Symbol (acheté par Motorola) présente un écran couleur QVGA de 3,5 pouces et un indice de protection IP54. Début 2008, une version intégrera comme ses concurrents un récepteur GPS. Au deuxième trimestre 2008, le MC75 ajoutera à ces fonctionnalités, dans un boîtier IP64, la communication UMTS et un appareil photo couleur.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0895

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2007 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies