Nous suivre Industrie Techno

La Nasa lance l'étude de nouveaux vaisseaux cargo

Rédaction Industrie et Technologies
Quatre entreprises américaines planchent sur les techniques de rendez-vous automatique auxquelles pourra faire appel la Nasa pour de futures missions.

Fin juillet, quatre entreprises américaines se lanceront dans l'étude de nouveaux moyens d'accès à la Station Spatiale Internationale (ISS). Du moins pour acheminer les marchandises nécessaires à son fonctionnement. Des véhicules que l'on nomme vaisseaux cargo.

Actuellement, ce genre de mission est assuré avec succès par les vaisseaux russes Proton, commercialisés par ILS.  

C'est la Nasa qui favorise ces nouvelles études, grâce à un financement de 10,8 millions de dollars, dans le cadre de son programme Space Launch Initiative (SLI).

Les quatre entreprises bénéficiaires sont Andrews Space and Technology (2,9 M$), Lockheed Martin (3M$), Boeing Company (2,6 M$), et Constellation Services International (2,3 M$).

Il s'agit pour ces entreprises de proposer de nouveaux concepts de véhicules capables de réaliser une approche et un arrimage automatique avec la station spatiale. Concepts économiques et fiables, cela s'entend. Ces travaux s'arrêteront aux phases de tests en vol et de validation opérationnelle des technologies proposées, explique Chris Crumby, responsable du projet « Alternate Access to Station » du Marshall Space Flight Center, de la Nasa, à Huntsville.

Parmi les objectifs visés par l'agence spatiale américaine, celle-ci mentionne des capacités d'accès supplémentaires à la station spatiale. Ces techniques de rendez-vous et d'amarrage automatiques sont citées comme technologies clés au sein du programme SLI, dont le but est d'améliorer la fiabilité et la sécurité des systèmes spatiaux, ainsi que d'en réduire les coûts, notamment en vue d'une nouvelle génération de lanceurs réutilisables.

Ces techniques de rendez-vous automatique dont on n'attend qu'elles demandent un minimum de contrôle depuis le sol profiteront aussi à de nombreuses missions futures, comme la visite de satellites, le retour d'échantillons de planètes, ou la construction de bases spatiales de grande échelle dans l'espace.

La Nasa espère stimuler l'industrie spatiale sur ces techniques, qui, une fois démontrées, pourront être « achetées » par l'Agence, lui permettant de recentrer ses efforts sur des objectifs de recherche scientifiques. Et bien sûr, la compétition est de mise, pour atteindre le meilleur de la technologie au meilleur coût.
Ph.B

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Eolien marin flottant, impression 3D et design, satellites... Les innovations qui (re)donnent le sourire

Eolien marin flottant, impression 3D et design, satellites... Les innovations qui (re)donnent le sourire

Pas encore en vacances ? Voici une petite sélection d’innovations qui pourraient vous aider à garder néanmoins le sourire.[…]

Avion hybride, nanosatellites, impression 3D... les innovations qui (re)donnent le sourire

Avion hybride, nanosatellites, impression 3D... les innovations qui (re)donnent le sourire

Aubert & Duval parie sur le couplage de la forge et de la fabrication additive pour gagner en compétitivité

Aubert & Duval parie sur le couplage de la forge et de la fabrication additive pour gagner en compétitivité

[Bourget] Comment les sept directeurs techniques des grands de l’aéro prévoient de réduire les émissions de CO2

[Bourget] Comment les sept directeurs techniques des grands de l’aéro prévoient de réduire les émissions de CO2

Plus d'articles