Nous suivre Industrie Techno

La Mini-E en éclaireur pour BMW

ROPOS RECUEILLIS PAR THIBAUT DE JAEGHER tdjaegher@industrie-technologies.com

Sujets relatifs :

,
La Mini-E en éclaireur pour BMW

La Mini-E est équipée d'un moteur électrique de 204 ch / 150 kW alimenté par une batterie lithium-ion et dispose d'une autonomie de 240 km. Cette voiture sera testée en France, au second semestre 2010.

© D.R.

Engagé dans un ambitieux programme d'amélioration du moteur à combustion, le groupe BMW avance prudemment sur le terrain de la voiture électrique. Il mène actuellement une expérimentation grandeur nature avec la Mini-E pour évaluer la faisabilité d'un tel projet. Entretien avec Peter Krams, le patron de ce programme d'essai..

IT : Verra-t-on demain des Mini-E dans toutes les villes ?

Peter Krams Le projet que nous menons actuellement n'a pas pour vocation de déboucher sur la production d'une voiture électrique en grande série. Notre objectif est de réaliser des tests pour accumuler de l'expérience avec ce type de propulsion. Nous avons placé en location 600 Mini-E auprès d'habitants de métropoles comme New-York, Los Angeles, Berlin, Munich ou Londres depuis la fin du mois de septembre.

IT : Quelles informations espérez-vous recueillir à travers cette campagne d'essai grandeur nature ?

P. K. Nous avons besoin de collecter des données d'ordre technique mais également des données issues du consommateur, le tout sous différents climats et profils topographiques. Nous voulons comprendre la manière dont les conducteurs se servent de la voiture et capter leur ressenti par rapport à la maniabilité de la voiture ou son autonomie. Sur le volet technique, ces essais grandeur nature vont nous permettre de récolter des données sur l'autonomie, la fiabilité des batteries, les temps de recharge, les trajets réalisés... Bref, de nous constituer un cahier des charges assez proche des besoins réels des automobilistes.

IT : Quelle sera la prochaine étape de ce projet ?

P. K. Nous donnons rendez-vous dans un an pour décider des suites à donner à la Mini-E. Ce que je peux dire c'est que les résultats, issus de cet essai, donneront le la de la politique du groupe BMW en matière de véhicules électriques.

IT : Il y a donc d'autres projets en cours ?

P. K. Nous travaillons effectivement sur deux autres pistes. Une voiture proche de la Mini-E et un autre moyen de locomotion dédié aux gran-des métropoles. Sous quelle marque nous les vendrons, nous ne pouvons le dire aujourd'hui. Toutes les options sont possibles : Mini, BMW ou une autre marque.

IT : Votre Mini-E ressemble à une voiture classique. Chercherez-vous à imiter le design traditionnel des automobiles avec les futurs modèles ?

P. K. Non. Les motorisations électriques libèrent le trait du designer et nous allons en profiter pour changer le visage des automobiles. Nous ne sommes plus contraints par le moteur à combustion à position-ner sous un capot. Le moteur électrique peut se placer n'importe où : dans les roues ou à l'arrière.

IT : Ces projets sont stratégiques. Travaillez-vous seul ou en collaboration avec des équipementiers ?

P. K. Sur la Mini-E, nous avons noué un partenariat avec deux fournisseurs principaux, tous deux américains : A1 Moli et AC Propulsion. Le premier est doté d'une expertise solide en matière de batteries et le second nous apporte ses compétences dans le domaine du management des systèmes de traction électrique et électronique. Mais, pour la prochaine génération de véhicules électriques, nous voulons travailler avec des équipementiers européens. Nous venons d'ailleurs de signer un partenariat avec SB-LiMotive, un joint-venture entre Bosch et Samsung, pour travailler sur notre voiture spéciale grande métropoles.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0915

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2009 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

[Pas à pas] Comment tirer parti de la réalité augmentée dans votre usine

[Pas à pas] Comment tirer parti de la réalité augmentée dans votre usine

Profitant des formidables progrès de l'informatique embarquée et de l'essor de l'usine 4.0, les exemples d'applications[…]

Bâtiments intelligents : des économies du sol au plafond

Bâtiments intelligents : des économies du sol au plafond

INNOVATION À TOUS LES ÉTAGES

Dossiers

INNOVATION À TOUS LES ÉTAGES

« Bâtiments intelligents : il faut placer l'utilisateur au centre », Olivier Cottet, Schneider Electric

Interview

« Bâtiments intelligents : il faut placer l'utilisateur au centre », Olivier Cottet, Schneider Electric

  • Nous suivre