Nous suivre Industrie Techno

La mécanique se veut propre

Industrie et  Technologies

Sujets relatifs :

, ,
Lors de son congrès Cleanmeca, le Cetim a mis l'accent sur les innovations capables de placer la mécanique dans la dynamique du développement durable.


Le développement durable fait des émules dans tous les secteurs d'activités. Ainsi le Centre Technique des Industries Mécaniques (Cetim) avait-il placé la seconde édition de son congrès sur les technologies propres, Cleanmeca, sous le signe de la "mécanique durable".

Près de 300 personnes, visiteurs et industriels, ont assisté aux sessions organisées autour de quatre thèmes principaux : l'usinage et la mise en forme des matériaux ; le dégraissage et nettoyage des pièces mécaniques ; la préparation et le revêtement de surface ; et enfin, le traitement et recyclage des effluents. « Une manière chronologique de faire le tour des procédés en matière de technologies propres et sûres », résume Jérôme Ribeyron, responsable de la programmation de Cleanmeca pour le Cetim. Voici en tout cas ce qu'il faudra retenir des présentations qui ont été faites dans les différents domaines.


L'usinage et la mise en forme

Si la lubrification s'est imposée, plus par habitude, dans les stratégies d'usinage les comportements devraient pouvoir changer notamment grâce à des progrès permanents dans le domaine des nanorevêtements et des nanomatériaux, qui seront capables de transférer la chaleur plus vite, d'augmenter la résistance à la corrosion...
L'innovation concerne plus particulièrement : l'usinage à sec ; les liquides "bio" et les solutions de micro-lubrification. A noter aussi, le projet d'usinage à sec pour l'aéronautique US3A, mené par EADS - Mécachrome - Cetim ... et soutenu par l'Ademe.


Dégraissage et nettoyage de pièces mécaniques

De nombreux prestataires se proposent de résoudre la problématique du dégraissage. « Il convient donc de les classer quant à leur impact au niveau environnemental », a estimé Claude Bourigeaud de Meissier-Dowty, président de cette séance, « et il appartient ensuite à chaque utilisateur de sélectionner le produit le mieux adapté parmi des dégraissants alcalins, lessiviels ou hydrosolubles, sachant que la solution universelle n'existe pas... ».



Equipement de dégraissage à jets

Plusieurs produits alternatifs ont pu être mis en Å“uvre dans certaines applications pour limiter - voire supprimer - les émissions de Composés organiques volatils (COV) et d'organohalogénés, et des procédés innovants, telles la cryogénie et la technique de plasma haute pression, s'annoncent prometteurs.
Les idées et les innovations présentées allaient du plus simple avec le remplacement de la benzine par une solution lessivielle dans un dégraissage interopération (NGL Cleaning Technology) au procédé le plus sophistiqué avec le dégraissage de produits plats en acier par plasma atmosphérique (Arcelor Research à Liège). Avec sa phrase de risque désormais notée R45, le trichloréthylène apparaît comme l'ennemi à éliminer.


Préparation et revêtement de surface

La thématique de la préparation des surfaces a été largement abordée, depuis les problématiques environnementales jusqu'aux projections vers le futur. « Il y a de nouveaux défis, une nouvelle donne avec des solutions d'automatisation et de production en permanente évolution, et le champ d'investigation est ouvert », commentait Pascal Dublineau d'Airbus, président de séance.
Cryogénie, évaporation par faisceau d'électrons, remplacement des désoxydants sulfo-chromiques pour l'aluminium et ses alliages..., de nombreuses technologies sont mises en Å“uvre, à l'instar du développement d'une solution de remplacement du chrome hexavalent (Cr6+) chez Socomor.


Traitement et recyclage des effluents

Dans ce domaine, il existe un large panel de technologies disponibles. Certaines - telles le déshuilage par coalescence, la centrifugation, les techniques membranaires, l'évaporation, etc. - trouvent une "nouvelle vie" dans les traitements à la source associés à un traitement global incluant le recyclage des effluents. Basée sur un principe très simple, la technologie Osmofilm repose sur l'évaporation naturelle d'effluents à travers des sacs spéciaux ... sans machine et sans énergie. Une innovation dédiée certes à de faibles volumes, mais qui a reçu un Prix Éco-produit décerné par le ministère de l'Environnement.

Enfin, pour conclure, il s'avère que les évolutions dans les domaines de l'usinage, du dégraissage comme des revêtements, ne seraient pas entièrement liées à la réglementation mais aussi à l'innovation, et certains tireraient même avantage des contraintes. Même si la réglementation édicte ses obligations, l'industriel mécanicien peut également trouver des avantages à utiliser par anticipation des alternatives dites à juste titre de développement.

Jean-François Prevéraud

Pour en savoir plus : http://www.cetim.fr




Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Avec son nouveau centre de R&D aux Ulis, Bowen veut devenir incontournable dans l'innovation sur les radiofréquences

Avec son nouveau centre de R&D aux Ulis, Bowen veut devenir incontournable dans l'innovation sur les radiofréquences

Le 8 octobre, le spécialiste des systèmes de radiofréquences Bowen a inauguré aux Ulis (Essonne) son nouveau centre de[…]

09/10/2020 | Innovation
Pour bien commencer la semaine, un pas de plus vers l’arrivée de la 5G en France

Pour bien commencer la semaine, un pas de plus vers l’arrivée de la 5G en France

Enchères 5G : Orange grand gagnant, l’Etat empoche 2,786 milliards d’euros

Enchères 5G : Orange grand gagnant, l’Etat empoche 2,786 milliards d’euros

En plein lancement des enchères 5G, Ericsson exhorte la France à accélérer

En plein lancement des enchères 5G, Ericsson exhorte la France à accélérer

Plus d'articles