Nous suivre Industrie Techno

La Marine nationale passe à l’hydride

Guillaume Lecompte-Boinet

Sujets relatifs :

, ,
La Marine nationale passe à l’hydride

Ce chaland multi-missions est doté d'une propulsion hybride thermique et électrique.

© DR

Six chalands multi-missions (CMM) ont été commandés par la DGA. Leur particularité : ils sont les premiers bâtiments de surface à avoir une propulsion hydryde thermique-électrique. Pour cela, un effort sur l’allégement des coques a été effectué avec l’emploi de l’aluminium et des matériaux composites.

La Direction générale de l’armement (DGA) a notifié aux sociétés H2X (à La Ciotat) et Cegelec Défense & Naval Sud-Est (à Toulon) une commande de 6 chalands multi-missions (CMM). Leur particularité est qu'ils seront les premiers bâtiments de surface à propulsion hybride avec batteries en service dans la Marine nationale. Leur système de propulsion électrique pourra en effet être alimenté soit par des groupes électrogènes embarqués fonctionnant au gasoil (mode "classique"), soit par des batteries rechargeables à quai  (mode "zéro émission") ou en mer via les groupes électrogènes.

Les CMM navigueront dans les rades ou à proximité des côtes. Ils réaliseront des missions variées : travaux sous-marins, transport de matériel, lutte anti-pollution, formation des plongeurs. Leur profil d'emploi comprendra deux phases distinctes : une phase de transit à vitesse maximale en mode "classique", et une phase d'exploitation à faible vitesse en mode "zéro émission". Ce deuxième mode permettra d’éviter les émissions gazeuses (dont les gaz à effet de serre) à faibles vitesses, là où les moteurs thermiques sont les moins efficaces et les plus polluants.

               
         Une coque alu et des superstructures en composite pour limiter le poids

D’une longueur de 24 m et d’une largeur de 8 m pour 53 tonnes de déplacement, les CMM disposeront d’une coque en aluminium et de superstructures en composite afin de limiter leur masse. Ils pourront ainsi atteindre la vitesse de 10 nœuds et embarquer jusqu’à 36 marins et/ou plongeurs. Conçus par le bureau d’étude Mauric en partenariat avec H2X et la société Alternatives Energies (AltEn) pour le système énergie-propulsion, les CMM seront construits par le chantier naval H2X à La Ciotat, puis maintenus en condition opérationnelle par Cegelec Défense & Naval Sud-Est. La réception du premier exemplaire est prévue fin 2017. À l’issue d’une période d’utilisation opérationnelle de trois mois, le lancement de la série sera confirmé, en vue de livraisons en 2019 et 2020.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Bourget : les 10 drones à ne pas manquer

Dossiers

Bourget : les 10 drones à ne pas manquer

La filière drones confirme sa montée en puissance en s'exposant à nouveaux dans les allées du salon de[…]

21/06/2017 | AgricultureMilitaire
L'US Air Force récupère un drone spatial après deux ans en orbite

L'US Air Force récupère un drone spatial après deux ans en orbite

Meilleures innovations 2016 : les robots humanoïdes

Meilleures innovations 2016 : les robots humanoïdes

Drone imprimé en 3D, soldat humanoïde, MIT...les meilleures innovations de la semaine

Drone imprimé en 3D, soldat humanoïde, MIT...les meilleures innovations de la semaine

Plus d'articles