Nous suivre Industrie Techno

La maintenance s'approprie le graphisme 3D

Mirel Scherer
La maintenance s'approprie le graphisme 3D

Destiné aux centrales nucléaires, l'outil de colisage 3D, mis au point par les experts d'EDF, facilite la préparation et le suivi des opérations de maintenance.

© D.R.

- Paris Nord-Villepinte, 15-18 novembre 2005. La mise en oeuvre de technologies informatiques ouvertes et des techniques graphiques évoluées améliore les solutions de gestion des actifs de l'entreprise.

Placée à l'avant-scène du salon Midest, Maintenance Expo a pleinement profité de la synergie avec le salon de la sous-traitance. Une trentaine d'exposants, dont dix-sept regroupés dans le pôle Dunkerque Maintenance, en ont profité pour annoncer leurs derniers développements dans le domaine.

Constatation : la maintenance évolue dans plusieurs directions. À savoir, l'intégration de fonctions qui ne sont pas couvertes par les solutions de GMAO (gestion de maintenance assistée par ordinateur) classiques comme le service après-vente et la gestion des ressources informatiques. Les utilisateurs demandent aussi des solutions compatibles avec les autres logiciels de gestion comme les ERP (progiciels de gestion intégrée) ou les SGI (systèmes d'information géographique), entre autres. « Cela suppose l'intégration de technologies informatiques ouvertes comme le J2EE ou les Web services, voire le recours au système d'exploitation Linux qui se développe de plus en plus dans la maintenance... », souligne Jean-Benoît Nonque, directeur commercial de Datastream, éditeur du logiciel de gestion d'actifs éponyme, 100 % Internet.

Troisième tendance, le glissement des outils de maintenance vers les applications tertiaires au détriment de celles industrielles apparaît comme inexorable. Jean-Benoît Nonque cite en exemple les nombreuses applications réalisées par son entreprise, comme le suivi à distance du parc d'équipements chez Pepsi-Cola. « À distance ». Le mot est lâché. Et c'est une autre évolution forte avec les téléphones mobiles et autres ordinateurs portables qui font désormais partie intégrante de la panoplie d'un technicien de maintenance.

La capacité analytique des logiciels de maintenance s'améliore continuellement, ce qui les transforme en de véritables outils d'aide à la décision. Que devient alors la bonne vieille GMAO ? « Ce n'est désormais qu'un marché de remplacement dopé par la globalisation et donc les projets d'entreprise à taille mondiale », constate le spécialiste de Datastream. Des solutions entre 2 000 et 3 000 euros.

Des outils pour gérer les aléas de production

Même analyse pour Carlo Fichera, PDG de Siveco Group, éditeur de Coswin. Du coup, le logiciel Coswin7i, natif Internet, s'enrichit de fonctions qui améliorent la couverture des nouveaux besoins des utilisateurs comme la gestion de projets ou l'ordonnancement graphique. Et dispose d'un module (Coswin Mobile) qui permet l'accès et la saisie d'informations... à distance. Et Carlo Fichera de préciser, « en France la maintenance des activités de service et des infrastructures se renforce, au détriment de la maintenance industrielle. Une évolution qui accompagne la mutation de l'économie française de l'industrie vers les activités de service ».

Directeur commercial de Carl International, Jean-Philippe Cesari insiste, pour sa part, sur une autre dimension nouvelle prise par les solutions de maintenance assistée : l'intégration de modules TPM (maintenance productive totale). « Cette démarche globale de l'entreprise suppose une récupération des informations au pied de la machine mais aussi l'ouverture de l'outil de GMAO à d'autres acteurs que ceux de la maintenance », explique-t-il. L'éditeur lyonnais propose ainsi une solution matérielle et logicielle qui capte l'information et assure la gestion des aléas de production. La solution gère les chantiers TPM et permet de calculer, par exemple, les TRS (taux de rendement synthétiques de machines).

Autre voie de développement intéressante mise en avant par le spécialiste de Carl International : la possibilité de traiter les processus de GMAO en s'appuyant sur le workflow de l'entreprise. Avec l'avantage évident de pouvoir pousser les informations vers l'utilisateur idoine.

Les éditeurs semblent avoir entendu les reproches des utilisateurs concernant la lourdeur des logiciels : l'ergonomie des outils de GMAO fait donc l'objet de développements intensifs. C'est ce qui a poussé la petite société DSD System, spécialisée dans le service informatique pour la maintenance, à développer un logiciel de GMAO facile à utiliser. Disponible depuis le début 2005, cette solution 100 % Internet, basée sur les technologies Java, est accessible aux très petites entreprises.

La quête ergonomique pousse également les éditeurs à profiter de la puissance des outils graphiques 3D. Elle investit aujourd'hui le champ de la maintenance comme le démontraient au salon la société 4Dconcept ou les chercheurs du service recherche et développement d'EDF. Destiné aux centrales nucléaires, l'outil de colisage 3D, mis au point par les experts d'EDF, facilite la préparation et le suivi des opérations de maintenance. Comment ? « Tout simplement grâce à la simulation et à la validation de scénarios en amont, à la cohérence du planning et à la mutualisation des bonnes pratiques », expliquent les spécialistes d'EDF.

En cours d'industrialisation, cet outil, testé pendant plusieurs mois en 2004 à la maintenance de la centrale nucléaire de Tricastin, a confirmé les attentes : gain de huit heures sur l'arrêt prévu et autant sur le chemin critique. Basée sur les technologies open source, la solution d'EDF pourrait s'appliquer à d'autres domaines industriels comme les pôles chimiques, les exploitations off-shore, les navires civils et militaires. Un appel est donc lancé aux industriels intéressés...

ENTENDU AU SALON

Les solutions s'enrichissent continuellement avec des fonctions qui ne sont pas traitées par la GMAO classique comme le SAV ou la gestion des ressources informatiques de l'entreprise. » Jean-Benoît Nonque Directeur commercial de Datastream

VU AU SALONL'ILLUSTRATION PRODUCTIVE FAIT SES PREMIERS PAS

Présenté en avant-première (il sera lancé en 2006) au salon Maintenance Expo, le logiciel 4D Clic Maintenance de 4DConcept met en avant le concept de "l'illustration productive". Explication de texte d'Alain Jacq, le PDG de la société : « Les applications de GMAO restent trop lourdes à utiliser par des techniciens de maintenance. Notre système offre, à partir des informations saisies par les intervenants, une vue 3D sur les équipements ou les installations. Ils peuvent choisir ainsi la meilleure stratégie d'intervention. » La solution est disponible en version autonome, intégrée au superviseur de la machine ou encore comme un module équipement en liaison avec la GMAO. Son coût avoisine les 19 000 euros avec la formation.

CONCURRENCEDEUX SALONS EN MÊME TEMPS...

- La guerre des salons de maintenance est-elle ouverte ? Oui, cette année tout au moins, car les deux organisateurs ayant eu du mal à s'entendre, les visiteurs devront faire le grand écart entre la première édition de Maintenance Expo et l'habituel Maintenance 2005, ouvert quelques jours après à Paris-Expo (porte de Versailles). Grand écart aussi pour les fournisseurs de solutions de maintenance assistée par ordinateur et autre gestion des actifs qui devront faire un choix ou exposer aux deux salons, ce qui ne va sûrement pas améliorer leur budget "promotion"... Pour les visiteurs qui ont choisi d'aller au salon Maintenance 2005, plusieurs innovations sont à signaler. Comme celle d'Idtect pour l'acquisition et l'analyse intelligente de données. La start-up française annonce plusieurs partenariats avec KSB (fournisseur de pompes et du logiciel Pompeexpert), IFM (système Octavis pour la mesure des vibrations), Mitsubishi Electric (automates programmables), Dynae (diagnostic et expertise de haut niveau)... Indispensable pour les actions TPM, la solution d'Idtect fait ses preuves dans des domaines critiques comme chez un constructeur d'automobiles français pour le suivi de machines-outils (diminution des inspections) ou à la RATP pour le contrôle des portes, première cause d'arrêts de trains du métro parisien.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0873

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2005 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

ENVIRONNEMENT

ENVIRONNEMENT

Un filtre pour recycler l'air intérieurAcomat lance en France son filtre à particules Acofiltre-Atec reposant sur un procédé d'ionisation et[…]

01/04/2009 | AlertesInnovations
La chimie en quête de solutions moins énergivores

La chimie en quête de solutions moins énergivores

PROSPECTIVE

PROSPECTIVE

Trente labos à portée de main

Trente labos à portée de main

Plus d'articles