Nous suivre Industrie Techno

La maintenance devient mobile

M. S.
La maintenance devient mobile

Ce centre de découpe laser 2D conçu par Trumpf, TruLaser 2030, usine de façon rapide et automatisée, des tôles fines.

© D.R.

Paris, 13 - 16 novembre 2007. Les éditeurs proposent des solutions qui ne se limitent plus à la simple gestion d'un équipement de production mais touchent l'ensemble des actifs matériels ou immatériels de l'entreprise. Même à distance.

L'affaiblissement chronique de la sous-traitance industrielle en France pénalise, depuis quelques années, le salon Midest, dont la surface rétrécit comme peau de chagrin. Les organisateurs ont donc eu la bonne idée d'y accoler d'autres manifestations, ciblées sur un domaine précis comme la maintenance ou les équipements pour le travail de la tôle (Tolexpo).

Une solution basée sur une architecture native Internet

Maintenance 2007 a ainsi réuni de nombreux fournisseurs de logiciels de gestion de la maintenance assistée par ordinateur (GMAO) ou d'équipements destinés à ce type d'application. Ouverture de solutions, adéquation avec les besoins de différents domaines d'application, facilité d'installation et d'utilisation... les éditeurs ont tenté de répondre aux principaux besoins des utilisateurs.

Carl International a illustré cette démarche avec sa nouvelle solution baptisée Carl Source. « Le projet a nécessité 65 années-hommes de développement », précise Éric Bonnet, PDG de l'éditeur. « Complètement repensée en fonction des nouvelles exigences de la maintenance, cette solution est basée sur une architecture native Internet. » Elle concilie donc les exigences technologiques de dernière génération (Internet, Java, XML...) avec les préoccupations métiers des utilisateurs. Ces derniers trouveront chaussure à leur pied grâce à une des quatre versions métier du logiciel : Factory (maintenance industrielle), Facility (maintenance tertiaire), santé et transport. « Carl Source a été conçu pour être l'outil central des services maintenance », insiste Éric Bonnet. Le progiciel assure le pilotage global de la gestion du parc équipements en adaptant sa configuration aux besoins de chaque organisation. En plus de la gestion de la maintenance classique, il prend en charge l'intégralité des processus financiers, techniques, réglementaires, qualités, patrimoniaux associés au secteur d'activité de chaque utilisateur.

Le logiciel dispose aussi d'une interface soignée et ses possibilités de paramétrage, voire de personnalisation, sont très étendues (champs et workflow d'états paramétrables, écran d'accueil et tableaux de bord personnalisés, modification des écrans de saisies des rapports d'impression...). Côté architecture, la solution est adaptée à tous les types (du monoposte aux réseaux les plus sophistiqués) et tous ses composants sont susceptibles d'être des produits Open Source. Carl Source peut également être exploité en mode ASP (hébérgé).

Des outils portables pour une mobilité performante

L'architecture Internet ainsi que le recours aux systèmes d'exploitation comme Linux se généralisent d'ailleurs chez les autres éditeurs comme Siveco, Tribofilm Industries ou IBM. Un an après la reprise de MRO Software et de sa solution de gestion d'actifs Maximo, IBM l'a complètement intégrée dans sa large panoplie d'outils. Considéré par le cabinet d'études américain Gartner comme « une des solutions leaders sur le marché », le logiciel est bâti sur une pure architecture Internet. « Notre solution associe les fonctionnalités d'une GMAO (Maximo Enterprise) avec celles d'un système d'e-procurement (Maximo Buyer) », indique Ludovic Thueux, ingénieur commercial chez IBM Maximo. La solution permet le commerce collaboratif entre les entreprises, les sites et les systèmes, quel que soit l'environnement applicatif. Polyvalent, le logiciel gère ainsi des actifs tels que les équipements et sites de production, le transport et l'informatique tout au long de leur cycle de vie. Une centrale nucléaire pourra s'assurer que ses infrastructures sont au maximum de leurs capacités sans risques. Les entreprises de télécommunication amélioreront la maintenance des lignes de réseaux et des poteaux qui nécessitent des réparations par hélicoptère.

Autre tendance forte du marché, la mobilité. Elle est mise en oeuvre par Maximo Mobile Suite. Grâce à cette série d'applications mobiles les techniciens de maintenance et les magasiniers peuvent utiliser les outils informatiques portables qui leur donnent un accès direct aux informations.

IBM noue aussi des partenariats pour étendre le domaine d'intervention de Maximo. Avec Clicksoftware, par exemple, qui propose des solutions d'utilisation plus efficaces de la main d'oeuvre et des services. Ou avec ESRI, un spécialiste des technologies SIG (systèmes d'information géographiques). Maximo Spatial intègre ainsi le système ArcGIS Service 9.2 de ce dernier ce qui permet de visualiser et d'analyser la gestion de ses actifs, de ses sites et de ses commandes dans une perspective géospatiale.

La mobilité est aussi exploitée par Siveco avec Coswin Mobile, et par Corim avec l'extension Pocket de son logiciel de GMAO éponyme. Ou par Dimo Gestion dont le progiciel Axel se pare d'un module, Axel mobile, qui permet aux responsables et aux techniciens de maintenance itinérants d'accéder aux informations à distance et en temps réel à partir d'un terminal portable ou d'un PDA (assistant numérique personnel). Avec les avantages de cette approche : réactivité et productivité accrues grâce à la disparition du papier et à la diminution du temps de saisie, meilleure gestion des interventions, amélioration de la disponibilité des équipements, etc.

Un diagnostic automatique de fonctionnement

Enfin, la maintenance conditionnelle était, elle aussi, à l'honneur avec plusieurs solutions originales comme le logiciel de surveillance Omnitrend de Prüftechnik ou le logiciel d'analyse et de gestion des mesures vibro-acoustiques StudioVib de Survitec.

Spécialiste reconnu du domaine, FAG Industrial Services (F'IS), une division de Schaeffler Group, exposait plusieurs équipements originaux. Ainsi FAG Detector III, un dispositif d'analyse et de surveillance doté de la technologie RFID, ou encore FAG ProCheck, un système de surveillance en ligne intelligent développé en collaboration avec National Instruments. « Ce système offre un diagnostic automatique du fonctionnement des pompes, des roulements, des moteurs, des ventilateurs, etc., et réduit les coûts d'exploitation car on évite le déplacement d'un expert », explique Jean-Luc Pierrieau, responsable commercial chez F'IS. Son coût est loin d'être prohibitif : moins de 20 000 euros...

ENTENDU AU MIDESTPREMIER BILAN DU PROGRAMME ACAMAS

Deux ans après son lancement par la FIM (Fédération des industries mécaniques) et le Cetim (Centre technique des industries mécaniques), le programme Acamas d'accompagnement des PMI-PME dans leur développement est un succès : 571 entreprises dans 14 régions françaises y ont fait appel. « J'ai joué dès le départ cartes sur table en indiquant au consultant Acamas nos forces, mais aussi nos faiblesses », explique ainsi Isabelle Enfrin, PDG d'Alfatec, une entreprise de vingt personnes spécialisée dans le convoyage de produits en vrac. Nouveaux ateliers et bureaux, recrutement d'un commercial, mise au point d'une machine originale (brevet en cours) pour la fabrication des poutrelles en béton précontraint... les défis et les solutions ont été mieux ciblés. Fime-ORP, un spécialiste de la fabrication d'outillages sur mesure, a pu faire passer, lui, de douze à cinq ses domaines d'activité stratégiques. Refonte des études, de l'organisation industrielle et des achats, innovation (avec analyse de la concurrence), définition d'alliances... tout a été mis en perspective.

VU À TOLEXPOLA DÉCOUPE LASER 2D EN VEDETTE

Quelque 200 exposants ont participé au salon Tolexpo qui, pour sa seconde édition, reproduit un succès incontestable. Tous les grands noms du domaine, de Trumpf à Amada en passant par Yamazaki Mazak, Salvagnini, Finn Power ou LVD sont venus avec leurs dernières innovations. La découpe laser, très recherchée par les sous-traitants du Midest, ce qui démontre une bonne adéquation entre les deux salons, était à l'honneur. Avec, par exemple, la TruLaser 2030, un centre de découpe laser 2D conçu par Trumpf qui usine, de façon rapide et automatisée, des tôles fines (acier de construction jusqu'à 12 mm, de l'Inox jusqu'à 6 mm et de l'aluminium jusqu'à 5 mm) de grand format. Des installations sur mesure La machine possède une enceinte de protection laser mobile ce qui facilite les opérations de pilotage et un système de chargement-déchargement automatique. La découpe laser 2D fait également l'objet d'un développement original chez Salvagnini avec la L1.it dotée du système flexible MCL pour le prélèvement et l'empilage des pièces découpées, ce qui permet à l'utilisateur de réaliser des installations sur mesure. À signaler enfin, l'accord de partenariat entre le spécialiste de lignes flexibles de découpe Dimeco et le constructeur italien de cellules robotisées de pliage Starmatik. Ce dernier propose ainsi une solution originale dotée d'un robot Fanuc 6 axes qui assure le dépliage, le pliage, l'empilage des pièces (jusqu'à 600 kg) ainsi que le changement d'outils et de préhenseurs. Un développement à suivre...

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0895

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2007 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

COMMUNICATION

COMMUNICATION

Un minimodule GPRSSagem Communications introduit ce qu'il présente comme le module de communication sans fil GPRS le plus petit au monde. Encapsulé[…]

01/04/2009 | AlertesInnovations
RECYCLAGE

RECYCLAGE

INFORMATIQUE

INFORMATIQUE

HYDRAULIQUE

HYDRAULIQUE

Plus d'articles