Nous suivre Industrie Techno

La main mécanique qui fait mouche à chaque prise

Il saisit, en douceur, aussi bien une balle qu'un téléphone ou un verre à vin. Pas besoin d'une armada de capteurs ou d'algorithmes complexes. Son secret ? Le préhenseur développé par l'ingénieur Aaron Dollar à l'université américaine de Yale est pour l'essentiel en plastique, contrairement à ses homologues métalliques. Ses doigts souples, à l'instar des pattes de cafard adaptées à tous types de revêtements, « glissent » à la surface des objets avant de se refermer dessus. Les risques de casse ou de dégâts sont de cette façon très limités. Des capteurs sensoriels au niveau des phalanges évitent les erreurs de positionnement de la main et les saisies incorrectes. La main robotisée d'Aaron Dollar est légère, ce qui présente un avantage réel en vue du développement de prothèses.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0930

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2011 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

L’Ifpen investit dans un banc d’essai de système piles à combustible dédié à la mobilité lourde

L’Ifpen investit dans un banc d’essai de système piles à combustible dédié à la mobilité lourde

L'Ifpen a indiqué, lundi 25 octobre, avoir mis en service une station d'essai de systèmes de piles à combustible sur son[…]

Meet’Up GreenTech : L’Ifpen et Bpifrance s’allient pour soutenir les deeptech qui innovent en faveur de la transition énergétique

Meet’Up GreenTech : L’Ifpen et Bpifrance s’allient pour soutenir les deeptech qui innovent en faveur de la transition énergétique

Salon Pollutec : Phenix Batteries ambitionne de soutenir le réseau électrique avec des batteries de voiture en fin de vie

Salon Pollutec : Phenix Batteries ambitionne de soutenir le réseau électrique avec des batteries de voiture en fin de vie

Trois entreprises interrogées sur quatre ne savent pas quelle quantité de CO2 elles rejettent dans l’atmosphère, d’après une enquête BCG

Trois entreprises interrogées sur quatre ne savent pas quelle quantité de CO2 elles rejettent dans l’atmosphère, d’après une enquête BCG

Plus d'articles