Nous suivre Industrie Techno

abonné

Focus

La machine-outil sous l'oeil du logiciel

La machine-outil sous l'oeil du logiciel

Couplées à des logiciels d’analyse, les machines-outils communicantes apportent des gains de qualité, de productivité et de gestion. Et les fournisseurs enrichissent leur offre de service.

Température, débit, vibrations, réglages, statistiques d’utilisation… Les machines-outils contemporaines produisent un ensemble de données dont l’exploitation devient stratégique. Les industriels désireux de passer à l’usine 4.0 cherchent en effet des moyens pour accroître l’efficacité de leur outil de production, afin de renforcer la qualité des produits, augmenter les rendements et planifier les opérations de maintenance. Incubée au sein de Fives à partir de 2016 et filiale depuis 2018, Fives Cortx a conçu son offre Alchemy pour répondre à cette demande. « Nos informaticiens et nos mathématiciens développent des technologies prédictives pour valoriser la donnée industrielle », détaille David Zak, son président. Il s’agit, d’une part, de superviser un processus et de comprendre quand il se dégrade, d’autre part, de détecter des signaux faibles annonciateurs de pannes et de calculer le moment où ces pannes se produiront.

Fives Cortx a déployé plusieurs pilotes à grande échelle et ses modèles prédictifs sont implantés sur cinq sites, analysant parfois une seule machine, parfois des îlots. Ses clients travaillent dans des secteurs aussi divers que l’aéronautique, le transport ou la logistique. Les premiers résultats s’avèrent concluants. « Nous intervenons pour déterminer les causes d’un problème quand les experts de l’industriel n’y parviennent pas, poursuit David Zak. Par exemple, dans la sidérurgie, nous avons réussi à identifier les conditions qui mènent à la formation d’un cristal dans un four de réchauffage, qui abîme l’acier. » Pour l’acier destiné à la filière l’automobile, la solution mise en place par Fives Cortx contrôle, en temps réel, si la qualité est constante et adaptée au marché. « Ce suivi permet à l’industriel de procéder à des correctifs lors de la production car, à la sortie de la ligne, c’est trop tard », conclut David Zak.

La supervision de l’outil de production sert autant les intérêts des industriels que des fournisseurs de machines-outils. Ces derniers peuvent mettre à profit les données récoltées pour optimiser leurs propres opérations, comme l’approvisionnement programmé des pièces de rechange. Leur catalogue se modernise avec des équipements embarquant par défaut des solutions numériques comme Alchemy, iSmart Factory et Smooth Monitor AX, Celos… La couche informatique complète efficacement la mécanique des équipements.

Trois solutions incontournables

La plus polyvalente

Développé par Mazak, Smooth Monitor AX est un logiciel qui s’inscrit dans son concept d’usine 4.0 baptisé iSmart Factory. Il permet de visualiser l’état de la production des machines, de consulter les historiques, de programmer des opérations… Mazacare, le service cloud de télémaintenance associé, a été lancé en septembre.

La plus modulaire

Hébergée sur le cloud ou un serveur local, la plate-forme Alchemy de Fives Cortx exploite l’intelligence artificielle. Constituée de modules, elle prend en charge la supervision centralisée ainsi qu’un ensemble de technologies prédictives pour la maintenance et l’optimisation de la production.

La plus complète

En mettant au point son logiciel Celos, DMG Mori a fait figure de pionnier. Sa plate-forme propose l’offre la plus complète sur le marché : supervision avec alertes Messenger, préparation des équipements, planning… L’outil Netservice permet même de partager des vidéos à distance pour résoudre un problème technique.

 

Nouveau modèle économique

Ces initiatives sont salutaires car d’autres compétiteurs de taille sont sur les rangs pour capter cette valeur ajoutée : les Gafam, qui lorgnent l’internet industriel des objets (IIoT), les automaticiens généralistes comme Siemens, ou encore les éditeurs de logiciels de pilotage de production (manufacturing execution system, ou MES) tels que Productys ou Creative IT.

Le modèle économique entre les clients et les fournisseurs de machines-outils pourrait s’inspirer, à l’avenir, d’un modèle où le fournisseur se rémunère à l’usage, de plus en plus présent dans l’IT. « La vente d’équipements céderait la place à une offre de service liée au taux de disponibilité de la machine, imagine Lionel Guillermin, le[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°1024

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2019 d'Industries & Technologies

Nous vous recommandons

Egaliseur hybride, constellation Starlink, mobilité hydrogène... les meilleures innovations de la semaine

Egaliseur hybride, constellation Starlink, mobilité hydrogène... les meilleures innovations de la semaine

Quelles sont les innovations qui vous ont le plus marqués au cours des sept derniers jours ? Cette semaine, vous avez apprécié[…]

À Barcelone, OnRobot plaide pour une robotique plus accessible

À Barcelone, OnRobot plaide pour une robotique plus accessible

Pour bien commencer la semaine : l’Occitanie accélère sur la mobilité lourde à hydrogène

Pour bien commencer la semaine : l’Occitanie accélère sur la mobilité lourde à hydrogène

Les robots s'attaquent aux chantiers

Les robots s'attaquent aux chantiers

Plus d'articles