Nous suivre Industrie Techno

La machine d'embouteillage devient plus conviviale

Elisabeth Feder

Sujets relatifs :

,
Costral s'est orienté vers l'électronique pour enrichir la fonctionnalité de ses machines d'embouteillage, simplifier les réglages et améliorer l'interface.

À l'origine, il y avait, chez Costral, un responsable de la R & D qui s'occupait de veille technologique... et qui a eu envie de "tester" les possibilités offertes par les automates programmables. La société lui en a donné les moyens, sans mission précise dans un premier temps. Décision qui arrivait toutefois à point nommé : au début des années 2000, le système d'embouteillage Comet - produit phare de cette société initialement spécialisée dans le tirage et le bouchage des bouteilles de vin -, lancé en 1992, était en effet arrivé à maturité. Comment relancer la machine, se demandait-on à Riquewihr (Haut-Rhin) ? « L'idée d'innover par l'électronique a rapidement fait son chemin avec, à la base, trois objectifs : augmenter la fonctionnalité des machines ; réduire les coûts de revient ; et se doter d'une image technologique de pointe en offrant plus qu'une simple machine-outil afin de pouvoir accélérer son développement, se positionner dans le haut de gamme et, in fine, accéder à des maisons prestigieuses », explique Frédéric Kuhlmann, le directeur général de Costral.

La performance en cadence

Résultat : les prototypes du groupe Comet NG (Comet nouvelle génération), un monobloc composé d'une tireuse et d'une boucheuse, ont vu le jour en 2003. Ce premier modèle intégrant de l'électronique a permis à la société de se renforcer sur un marché où elle était déjà présente avec de nouveaux atouts : simplification des réglages, convivialité de l'utilisation et facilité d'entretien. Par rapport à la génération précédente, l'électronique remplace en effet dans la NG plusieurs pièces mécaniques lourdes telles que des actuateurs et variateurs de vitesse, avec une motorisation de nombreuses fonctions, contrôlées et gérées par un panneau de commande avec affichage dynamique des étapes du process d'embouteillage. À la robustesse et aux performances des équipements, est donc venu s'ajouter un certain confort d'utilisation grâce à l'affichage numérique des fonctions et autres caractéristiques (cadence, compteur journalier de bouteilles, température du produit, niveau dans la cuve, type de bouchage, etc.).

« Accessoirement, le passage à l'électronique a apporté un avantage supplémentaire de taille, ou plutôt de poids. Une machine-outil est, par définition, un équipement lourd. Or, parmi nos clients, existants et potentiels, figurent aussi des prestataires de services d'embouteillage mobiles, qui se déplacent de domaine en domaine, au gré des besoins des viticulteurs et autres fabricants d'alcools ou de jus de fruits. L'économie d'une ou plusieurs centaines de kilogrammes présentait donc un certain attrait », souligne Frédéric Kuhlmann.

Le véritable virage de l'électronique

Costral a ainsi atteint la plupart de ses objectifs. La société est aujourd'hui implantée dans le monde entier, non seulement en France et en Europe mais aussi en Australie, en Afrique du Sud et dans les Amériques. La diminution des coûts de revient s'est, en revanche, assez rapidement révélée illusoire. « Encore que, si l'on refaisait les calculs aujourd'hui en tenant compte de la hausse des matières premières, notamment de l'Inox, matériau essentiel de nos machines... qui sait ? », suppute Frédéric Kuhlmann.

Le véritable virage de l'électronique a toutefois été pris avec le modèle Galaxy, un monobloc à trois fonctions - rinçage/stérilisation, tirage, bouchage - irréalisable avec ses dimensions et ses performances actuelles sans électronique. Il a été développé avec un accompagnement dans le cadre du programme Cap'Tronic de Jessica France pour la structuration du projet et la définition des spécifications. Ce monobloc d'embouteillage renforce encore l'image de pionnier de Costral. Depuis début 2007 et la livraison des premières lignes, une quarantaine ont déjà été installées de par le monde. La société avait prévu en 2006 que, à moyen terme, ce modèle devrait représenter 50 % de ses ventes. Aujourd'hui, cet objectif est déjà quasi atteint, à l'instar de la plupart des objectifs initiaux ayant poussé la société vers l'électronique.

« Paradoxalement, nous sommes d'abord allés trop loin dans l'innovation ; dans la Comet NG, il a fallu revenir sur certaines fonctions telles que, par exemple, l'ouverture/fermeture de la cuve, pour laquelle l'électronique n'était pas vraiment adaptée », analyse Frédéric Kuhlmann. Cet apprentissage a néanmoins été bénéfique pour approcher en toute confiance le développement du monobloc Galaxy.

À l'avenir, la société souhaite continuer à réaliser la R et D en interne à 100 %, mais travailler en partenariat avec un bureau d'études pour établir le cahier des charges et effectuer la validation du système et les tests, avant de passer à l'industrialisation. Depuis début 2008, la société est en train de repenser les armoires électriques de ses équipements, tandis que d'autres fonctions, telles que le télédiagnostic, sont à l'étude.

L'ENTREPRISE

- Fondée en 1975, la société Costral se spécialise dans le tirage et le bouchage de bouteilles de vin - Historiquement implantée dans une région viticole, l'Alsace - 30 employés - Chiffre d'affaires 6 millions d'euros en 2007, dont les deux tiers à l'export

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0899

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2008 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies