Nous suivre Industrie Techno

La France se met à l'heure des petaflops.

Avec le supercalculateur Tetra 100, que le CEA vient de mettre en service à Saclay, elle fait son entrée dans le cercle très fermé des puissances du calcul petaflopique aux côtés des États-Unis, de la Chine et de l'Allemagne. Construit par Bull, ce monstre du calcul affiche une puissance de traitement de 1,25 petaflops (1015 opérations en virgule flottante par seconde). Il figure parmi les huit supercalculateurs petaflopiques actuellement en service dans le monde aux côtés de quatre aux États-Unis, deux en Chine et un en Allemagne. Destiné à la simulation nucléaire, il est formé d'une grappe de 4 300 serveurs de type Bullx série S, annoncés par Bull en avril 2010. Il fait appel à 140 000 coeurs de processeur Intel Xeon série 7500, 300 To de mémoire centrale et une capacité totale de stockage de plus de 20 petaoctets. Il s'appuie sur des logiciels Linux et Open Source.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0923

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2010 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

La Lune resurgit des profondeurs

La Lune resurgit des profondeurs

348 ans après son naufrage au large de Toulon, le vaisseau amiral du Roi Soleil, « La Lune », va être exploré. Le célèbre trois-mâts permettra de[…]

Un instrument de musique intuitif

Un instrument de musique intuitif

0+0=ROBOT

0+0=ROBOT

MAIN FORTE

MAIN FORTE

Plus d'articles