Nous suivre Industrie Techno

La France en pointe sur les technologies de simulation du pilotage des Smart Grids

Jean-François Preveraud

Mis à jour le 15/01/2015 à 12h37

La France en pointe sur les technologies de simulation du pilotage des Smart Grids

Simuler pour rendre les Smart Grids plus "intelligent".

© DR

RTE et l’Ecole Centrale de Nantes créent une chaire de recherche et d’enseignement dédiée à l’analyse et à la commande des réseaux électriques intelligents. L’objectif est de développer des outils de simulation novateurs permettant d’apporter d’ici 5 ans des réponses au pilotage des réseaux interconnectés, dans le contexte de la transition énergétique.

A l’heure où les réseaux électriques doivent répondre à de nouveaux défis, évolution des modes de consommation, intégration d’énergies renouvelables au caractère intermittent et décentralisé, etc., il devient primordial d’adapter le pilotage des réseaux pour continuer à assurer l’équilibre entre l’offre et la demande, tout en permettant au système électrique dans son ensemble d’évoluer vers une plus grande flexibilité. Cela suppose d’être capable de réaliser, à grande échelle, des simulations du comportement dynamique du système électrique européen.

C’est pour répondre à ce besoin que l’Ecole Centrale de Nantes et RTE ont décidé de créer pour 5 ans une Chaire internationale de recherche et d’enseignement dédiée à l’analyse et à la commande des réseaux électriques intelligents, les Smart Grids. Les partenaires vont y co-développer de nouveaux outils de simulation, d’analyse et de commande pour les futurs systèmes de surveillance et de contrôle du réseau de transport d'électricité.

Le caractère innovant des travaux de recherche portera notamment sur l’échelle à laquelle se fera la représentation du réseau, et son caractère dynamique, car s’il existe déjà des modèles de simulation d’un grand réseau, les temps de calcul sont actuellement trop importants pour en permettre une exploitation en temps réel. « Les approches modernes de l’automatique et de la simulation numérique développées ces dernières années par les chercheurs de nos laboratoires vont trouver grâce à cette chaire un nouveau champ d’application », a estimé Arnaud Poitou, directeur de l’Ecole Centrale de Nantes, lors de cette annonce.

Dotée d’un budget de 4 millions d’euros, les travaux de recherche de la Chaire seront dirigés à l’Ecole Centrale de Nantes, par le professeur Bogdan Marinescu. Il s’appuiera principalement sur les laboratoires de l’Institut de recherche en Communications et cybernétique (IRCCyN) et de l’Institut de recherche en Génie Civil et Mécanique (GeM), qui sont deux laboratoires de recherche sous tutelle de l’Ecole Centrale de Nantes, labellisés par le CNRS, et reconnus au plan mondial dans les domaines de l’automatique, du calcul numérique et de la simulation.

Cette chaire accueillera une dizaine d’étudiants en master, ainsi que des doctorants et post-doctorants. Elle devrait aussi développer des collaborations internationales afin de créer un véritable vivier de compétences et d’expertise sur les systèmes de transport électrique. Ses travaux devraient à terme déboucher sur des transferts de technologie.

Jean-François Prevéraud

Pour en savoir plus : http://www.ec-nantes.fr

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Le Forum on AI for Humanity met sur orbite le Partenariat mondial sur l'intelligence artificielle

Le Forum on AI for Humanity met sur orbite le Partenariat mondial sur l'intelligence artificielle

Le Global Forum on AI for Humanity, qui s'est tenu du 28 au 30 octobre à Paris, a permis à la France et au Canada de[…]

Intelligence artificielle : le Rubik's Cube en une seconde chrono

Analyse

Intelligence artificielle : le Rubik's Cube en une seconde chrono

Jacques Lewiner "La microfluidique est par essence pluridisciplinaire"

Jacques Lewiner "La microfluidique est par essence pluridisciplinaire"

"La France fait partie des premiers pays d’Europe pour le soutien aux jeunes pousses issues de la recherche fondamentale"

"La France fait partie des premiers pays d’Europe pour le soutien aux jeunes pousses issues de la recherche fondamentale"

Plus d'articles