Nous suivre Industrie Techno

La Formula-e fera étape à Paris le 23 avril prochain

Jean-François Preveraud

Mis à jour le 14/01/2016 à 01h59

Sujets relatifs :

, ,
La Formula-e fera étape à Paris le 23 avril prochain

Des Formula-e au cœur de Paris

Une nouvelle étape vient d’être annoncée dans la seconde saison de courses automobiles électriques Formula-e. Un circuit temporaire de 2 km ceinturera l’Hôtel des Invalides au cœur de Paris, le temps de la course. Une compétition que les organisateurs entendent bien mettre à profit pour promouvoir la mobilité électrique.

La voiture électrique peut aussi être synonyme de plaisir ! C’est ce qu’entendent prouver la Ville de Paris, la Fédération internationale automobile (FIA) et les organisateurs du Championnat de Formula-e, une catégorie de monoplaces de courses mues par des moteurs électriques apparue en 2014, en proposant un Grand Prix à Paris le 23 avril prochain.

L’objectif de la Formula-e est de proposer une nouvelle vision de l’industrie automobile et de servir de cadre de recherche et de développement aux véhicules électriques de demain. Dans l’esprit de ses promoteurs cette discipline doit faire grandir l’intérêt général autour de la voiture électrique en assurant la promotion des énergies décarbonnées et du développement durable. Autour d’un règlement technique établi par la FIA, chaque équipe doit concentrer ses efforts afin de développer et d’améliorer les chaînes de traction et les batteries, avec l’objectif de pouvoir transposer ces connaissances dans les voitures de série.

1er Paris e-Prix le 23 avril 2016

La saison inaugurale, qui a débuté en septembre 2014 à Pékin pour s’achever à Londres en juin 2015, a fait escale dans dix des plus grandes villes du monde. Neuf équipes, chacune constituée de deux pilotes, s’y sont affrontées sur des circuits temporaires tracés en centre-ville. Pour la nouvelle saison 2015/2016, Paris sera aussi pour la première fois une ville étape. « La mobilité électrique est l’avenir des transports dans nos grandes villes et la Formula-e est un formidable accélérateur pour la recherche et le développement dans ce domaine. C’est pourquoi je suis fière d’accueillir cette nouvelle manche », a justifié Anne Hidalgo, maire de Paris, lors de la conférence de presse d’annonce ce matin.


                                           Un circuit de 1,9 km autour des Invalides

Une notion de R&D qu’Alejandro Agag, président de Formula-e, met, lui aussi, en avant : « Nous avons pensé Formula-e comme une plate-forme d’innovations pour la technologie, l’infrastructure dans la mobilité décarbonée et leur diffusion auprès d’un large public. Nous ne sommes pas des constructeurs automobiles, ni des constructeurs de batteries, nous ne produisons pas d’énergie au-delà de nos propres besoins, mais nous soutenons la mobilité électrique et, à travers le championnat, nous souhaitons démontrer que des solutions existent et qu’elles sont duplicables. Nous allons promouvoir à la fois les meilleures technologies et les meilleurs comportements pour, nous l’espérons, contribuer à faire avancer le sujet partout dans le monde ».

Il a aussi rappelé le rôle moteur de la France dans la création du Championnat Formula-e qui a bénéficié dès le début du soutien de Jean Todt, président de la FIA, et du manufacturier Michelin. Il a aussi tenu à rappeler le rôle des français Spark Racing Technology et Renault dans le développement de la première monoplace mono-type de la première saison.

Mais l’un des gros problèmes techniques qui reste à résoudre est celui des batteries qui pour le moment ne ‘‘tiennent’’ pas la durée de la course (50 minutes), obligeant carrément les pilotes à changer de monture à mi-course. Un écueil qui nuit à la crédibilité de la mobilité électrique. « C’est vrai pour le moment mais nos partenaires techniques font des progrès tous les jours et j’ai bon espoir qu’avant la 5e saison puissent ‘‘tenir’’ la course entière », tempère Alejandro Agag.

Une évolution du règlement

Notons que si durant la première saison, les dix équipes ont utilisé des monoplaces identiques, dessinées et construites par Spark Racing Technology (Spark-Renault SRT_01E) avec l’expertise de McLaren, Williams, Dallara, Renault et Michelin, pour la seconde saison, le championnat s’ouvre, permettant aux équipes et à des constructeurs de développer leurs propres voitures. Cette ouverture commence par le développement de nouvelles chaînes de traction, incorporant le moteur électrique, l’onduleur et la transmission. De futurs changements de règlementation sont prévus afin d’élargir ces possibilités de modification au développement de batteries propriétaires.

15 000 places payantes (20 €) seront prévues en tribunes aux meilleurs endroits, mais les grandes avenues pourront accueillir gratuitement des milliers de spectateurs. Enfin, clin d’œil de l’histoire Michel Vaillant va lui aussi prendre le départ du 1er Paris e-Prix, puisqu’un album de la célèbre BD, Renaissance, paraitra en juin prochain avec pour cadre cette course !

Jean-François Prevéraud

Pour en savoir plus : http://www.fiaformulae.com/

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Le projet Euroglider de planeur à motorisation électrique valide son concept en vol

Le projet Euroglider de planeur à motorisation électrique valide son concept en vol

Rassemblant une association, des industriels et des écoles d'ingénieurs, le projet Euroglider vise à créer un[…]

Electriques, connectés, autonomes... les véhicules de l'IAA qui (re)donnent le sourire

Electriques, connectés, autonomes... les véhicules de l'IAA qui (re)donnent le sourire

Le design génératif offre une cure de jouvence au minibus Volkswagen

Le design génératif offre une cure de jouvence au minibus Volkswagen

Vers le prototypage fonctionnel

Vers le prototypage fonctionnel

Plus d'articles