Nous suivre Industrie Techno

La fabrication de planches de bord bio chez Faurecia

Jessy Picard
La fabrication de planches de bord bio chez Faurecia
Pour la Smart Fortwo, l'équipementier automobile s'est lancé dans la production de pièces à partir de lin.

La voiture verte est un véritable phénomène de mode. 

Pour répondre aux exigences écologiques des constructeurs, Faurecia développe des process de fabrication de pièces à partir de lin.  Les planches de bord pour la Smart Fortwo ont demandé quelques années de développement. Mais aujourd'hui l'usine de Méru (Oise)  fournit en moyenne 630 planches de bord par jour. Les équipes méthodes ont opté pour un procédé de compression (voir reportage vidéo ci-dessous) à partir de composite de lin et de polymères pétrosourcés.

Les planches de bords sont ainsi constituées à 50% de lin et à 50% de plastique. A terme, Faurecia aimerait utiliser un procédé d'injection et supprimer totalement le plastique de ces productions.
 


Biomatériaux : Faurecia et ses planches de bord en lin
par IndustrieTechnologies


Jessy Picard

 

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Mobilité hydrogène : Zoom sur le partenariat entre Renault et PlugPower sur les utilitaires légers

Mobilité hydrogène : Zoom sur le partenariat entre Renault et PlugPower sur les utilitaires légers

Zoom sur le partenariat annoncé le 12 janvier entre Renault et l'américain PlugPower sur les véhicules utilitaires[…]

Véhicule autonome : Trois verrous à lever pour atteindre une véritable autonomie

Dossiers

Véhicule autonome : Trois verrous à lever pour atteindre une véritable autonomie

Véhicule autonome : des déploiements qui s'adaptent aux terrains

Dossiers

Véhicule autonome : des déploiements qui s'adaptent aux terrains

Véhicule autonome : « La barre a été mise trop haut, mais cela a réveillé tout l'écosystème », souligne Fawzi Nashashibi (Inria)

Dossiers

Véhicule autonome : « La barre a été mise trop haut, mais cela a réveillé tout l'écosystème », souligne Fawzi Nashashibi (Inria)

Plus d'articles