Nous suivre Industrie Techno

La fabrication additive doit passer à l’étape industrielle

Guillaume Lecompte-Boinet
La fabrication additive doit passer à l’étape industrielle

Le colloque Advanced Manufacturing, qui s’est récemment tenu à Clermont-Ferrand

© DR

Les techniques d’impression 3D ou fabrication additive sont au point. Mais il reste désormais à passer à l’étape de la robustesse des process industriels. C’est le constat général fait par les participants au colloque Advanced Manufacturing, qui s’est récemment tenu à Clermont Ferrand, à l’initiative de l’Agence régionale de développement économique (ARDE) d’Auvergne.

Les avantages de la fabrication additive sont maintenant connus : gain de matière, de masse, de temps, capacité à réaliser d’un seul tenant une pièce où il faut assembler plusieurs éléments dans les procédés classiques d’usinage. Lors des Journées Advanced Manufacturing qui se sont tenues entre le 31 mai et le 2 juin à Clermont Ferrand, l’impression 3D était au cœur de tous les sujets. « Avec la fabrication additive, on peut réduire très fortement les temps de développement et de mise au point d’une pièce par rapport aux technologies classiques. Mais nous ne sommes qu’aux débuts de l’histoire », résume Jérôme Rascol, responsable de la plate-forme ALM d’Airbus, qui a été créée il y a un an.

Mais là où le bât blesse encore, c’est sur le sujet de la robustesse des procédés. Pour Thierry Rouge-Cassarat, directeur de l’innovation de Zodiac Aerospace, le compte n’y est pas encore : « le principal problème de la fabrication additive reste son coût et sa rentabilité, qui ne sont pas encore satisfaisants pour un industriel comme nous ». Il y a la gestion des poudres, avant et après la production, le contrôle des parachèvements, etc. « Il est certain que quelques fabricants de machines ont freiné le progrès », estime Philippe Vannerot, président de la société Applications Additives Avancées (AAA) qui réalise de pièces en titane par faisceau d’électrons. Ceci étant, les promesses de la 3D restent magnifiques : « on va pouvoir travailler de nouveaux matériaux impossibles à traiter avec les techniques classiques », s'enthousiasme Philippe Vannerot.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

"L’aéronautique est le premier de cordée dans la fabrication additive", pointe le directeur France d'EOS

Interview

"L’aéronautique est le premier de cordée dans la fabrication additive", pointe le directeur France d'EOS

L'impression 3D gagne du terrain dans l'industrie. Mais son intégration est inégale entre les différents secteurs.[…]

Drone anti-incendie, cybersécurité, nanosatellites… les meilleures innovations de la semaine

Drone anti-incendie, cybersécurité, nanosatellites… les meilleures innovations de la semaine

Avion hybride, nanosatellites, impression 3D... les innovations qui (re)donnent le sourire

Avion hybride, nanosatellites, impression 3D... les innovations qui (re)donnent le sourire

Aubert & Duval parie sur le couplage de la forge et de la fabrication additive pour gagner en compétitivité

Aubert & Duval parie sur le couplage de la forge et de la fabrication additive pour gagner en compétitivité

Plus d'articles