Nous suivre Industrie Techno

"La demande industrielle reste forte dans le nucléaire"

Olivier Simonin préside l'INP Toulouse.

© INP Toulouse

L'énergie prend une dimension de plus en plus importante dans les formations d'ingénieurs, comme l'a révélée cette année l'enquête exclusive d'Industrie & Technologies auprès des écoles françaises. Olivier Simonin, président de l'INP Toulouse, qui place près d'un ingénieur formé sur cinq dans l'énergie, nous éclaire sur la stratégie de l'établissement concernant cette thématique.

Comment les ingénieurs de l’INP Toulouse (INPT) sont formés à la thématique énergie ?

Ce sont principalement deux écoles de notre établissement qui abordent l’énergie dans leur formation : l’ENSEEIHT, dans le domaine de l’électrotechnique et de la dynamique des fluides, et l’ENSIACET, dans le domaine du génie des procédés. Mais l’énergie touche désormais de nouveaux secteurs, comme l’informatique, confrontée à des factures de plus en plus élevées du fait de l’accroissement de puissance. Nos élèves y sont sensibilisés car le numérique et les télécoms sont une spécialité forte de l’INPT. Enfin, certains de nos enseignants-chercheurs travaillent dans le champ des énergies alternatives (solaire, éolien, biomasse…), que nos élèves jugent très attractifs. 

Dix-neuf pour cent de vos diplômés trouvent un travail dans l’énergie à la sortie de l’école. Quelles sont les entreprises qui les recrutent ?

Principalement les grands industriels de l’énergie en France : Total, EDF, Areva, Alstom… qui investissent par ailleurs dans notre établissement via des contrats de recherche et des chaires d’excellence. Ces entreprises ont recruté beaucoup de profils techniques il y a une quarantaine d'années, et se retrouvent aujourd’hui confronté à une pénurie, avec les départs en retraite. La demande industrielle reste forte, en particulier dans le nucléaire, et nous manquons de jeunes ingénieurs formés à l’école pour y répondre. En effet, ce ne sont pas les moyens de production d’énergie « traditionnels » qui intéressent le plus les jeunes ingénieurs. Ces derniers préfèrent les défis techniques des nouveaux modes de production : centrale à charbon avec capture du CO2, conversion de l’énergie renouvelable…

L’énergie prendra-t-elle plus d’importance pour vous dans les prochaines années ?

Nous réfléchissons en ce moment avec EDF à la création d’une nouvelle chaire de recherche et d’enseignement autour de l’énergie. Nous avons aussi des enseignants-chercheurs qui participent aux projets de l’IRT AESE (aéronautique, espace, systèmes embarqués), dont le financement vient d’être confirmé et qui inclut des moyens de formation. Il y aura dans cet IRT des sujets porteurs axés sur l’énergie, comme celui de l’avion tout électrique.  

Comparé à l’année passée, le montant de vos contrats de recherche a baissé, mais le dépôt de brevets sur les cinq dernières années a progressé, ce qui explique votre maintien dans notre classement. Comment justifiez-vous cette tendance ?

Nous sommes en effet confrontés à la baisse de nos contrats industriels directs, qui s’équilibrent désormais avec les contrats de recherche publique (ANR). Parallèlement, le nombre de brevets déposés progresse, grâce à l’expérience et une certaine culture de l’innovation chez nos enseignants-chercheurs. C’est une situation que nous voulons poursuivre à l’avenir, en les aidant au maximum pour ce qui concerne la partie administrative de leur métier, notamment dans le cadre de la recherche de financements. La SATT Toulouse Midi-Pyrénées, dont l’INPT est membre fondateur, pourra les aider dès cette année dans l’activité de dépôt de brevet.

Propos recueillis par Ludovic Fery

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Trophées des ingénieurs, éolien offshore, prothèse robotisée … les meilleures innovations de la semaine

Trophées des ingénieurs, éolien offshore, prothèse robotisée … les meilleures innovations de la semaine

Quelles sont les innovations qui vous ont le plus marqués au cours des sept derniers jours ? Cette semaine, vous avez apprécié[…]

Un gravimètre plus précis grâce à la technologie quantique

Fil d'Intelligence Technologique

Un gravimètre plus précis grâce à la technologie quantique

Exclusif : notre classement annuel des écoles d'ingénieurs

Dossiers

Exclusif : notre classement annuel des écoles d'ingénieurs

Coups de foudre sur les sites industriels : la technologie à la rescousse

Coups de foudre sur les sites industriels : la technologie à la rescousse

Plus d'articles