Nous suivre Industrie Techno

La deeptech vient en force à VivaTech

Xavier Boivinet

Sujets relatifs :

, ,
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

La deeptech vient en force à VivaTech

Sorti des laboratoires du CNRS, le robot qui s'oriente sans GPS Antbot sera en démonstration à VivaTechnology.

© CNRS

Se tenant du 16 au 18 mai porte de Versailles, à Paris, le salon VivaTechnology fait la part belle à la deeptech : ces start-up qui développent des technologies issues des laboratoires de recherche. Le CNRS, le CEA et l'Inria y mettent en avant leurs jeunes pousses.

La deeptech sera à l’honneur lors de la quatrième édition du salon VivaTechnology, grand rendez-vous annuel de la « tech », qui se tient du 16 au 18 mai à Paris, Porte de Versailles. La deeptech, ce sont ces start-up qui développent des technologies, souvent de rupture, issues des travaux des laboratoires de recherche académique. Après la vague de start-up liées à la connectivité et aux smartphones, elles remettent la technologie au cœur de l'innovation.

Surfant sur la vague, plusieurs centres et instituts de recherche français présenteront ainsi les start-up issues de leurs labos : 8 pour le Centre national de la recherche scientifique (CNRS), qui participe au salon pour la première fois, 9 pour l’Institut national de recherche en informatique et en automatique (Inria), et 13 pour le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA).

18 milliards de dollars investis en 2018 dans les start-up deeptech

« Le marché regarde désormais avec un grand intérêt les start-up nées de résultats scientifiques, insiste Jean-Luc Moullet, nouveau directeur général délégué à l’innovation au CNRS dans le Journal du CNRS.

Dans le magazine du CEA, sa directrice déléguée à l’essaimage, Corinne Borel, cite un rapport de Hello Tomorrow & BCG paru en mars 2019 : « L’investissement mondial dans la deeptech croît de 20% en moyenne depuis 2015, avec près de 18 milliards de dollars en 2018. Les grands groupes l’ont bien compris ! Ils développent des stratégies de rapprochement, voire de rachat de ces start-up. »

L'importance du temps long

L’Inria participera à des ateliers sur la création de start-up deeptech, notamment dans le secteur de la santé avec Anatoscope – une entreprise issue de ses laboratoires qui propose un logiciel pour construire et simuler des avatars numériques en 3D d'après imagerie médicale, avec les mêmes caractéristiques biomécaniques que la personne réelle.

Pour ces start-up, une difficulté majeure réside dans l’importance du temps long. « Contrairement aux start-up classiques, les délais de mise sur le marché des start-up deeptech sont très longs car leur développement est basé sur des technologies de rupture qui requièrent des efforts importants de R&D et de prototypage pour transformer la technologie développée au sein d’un laboratoire en un produit ou un service fonctionnel », précise le CEA dans un communiqué.

 

Industrie & Technologies en a parlé, retrouvez les à VivaTechnology du 16 au 18 mai :

  • Leurs travaux ont été publiés dans la revue Science Robotics en février dernier. Les chercheurs à l’origine du robot Antbot le présenteront à l’espace robotique. Inspiré de la fourmi du désert, il est capable de s’orienter sans GPS, grâce à une « boussole céleste » sensible à la lumière polarisée.
     
  • Il y a un an, Tiamat trouvait une première application pour ses batteries sodium-ion : une trottinette électrique. Elle sera présentée sur le stand du CNRS.
     
  • Lauréate du concours i-Lab en 2017, la start-up ThrustMe présentera son moteur ionique miniature pour les petits satellites.
     
  • La start-up Connecting Food présentera, lors d’une mini conférence, comment elle utilise la blockchain pour tracer les filières de production et vérifier que les produits respectent leur cahier des charges.
     
  • Lauréate de l’ « AI Paris Région 2018 », Therapanacea présentera ses logiciels qui utilisent des algorithmes d’intelligence artificielle (IA) afin d’améliorer les traitements par radiothérapie du cancer.
     
  • Présente au Consumer Electronics Show (CES) de Las Vegas au début de l’année et lauréate du concours i-Lab, Dilepix développe une solution de surveillance intelligente des surfaces agricoles. Des algorithmes d’IA permettent de détecter et localiser précisément les menaces pour les cultures (ravageurs, maladies, etc.) grâce à des images prises par des capteurs.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Un tétraplégique contrôle son exosquelette par la pensée, une première mondiale à Clinatec

Un tétraplégique contrôle son exosquelette par la pensée, une première mondiale à Clinatec

Grâce à une neuroprothèse et à un système de machine learning développés par des chercheurs de[…]

04/10/2019 | InnovationSciences
Ce drone évite un ballon sans ralentir

Analyse

Ce drone évite un ballon sans ralentir

Puces neuromorphiques, modélisation 3D, deep learning… les meilleures innovations de la semaine

Puces neuromorphiques, modélisation 3D, deep learning… les meilleures innovations de la semaine

"La France fait partie des premiers pays d’Europe pour le soutien aux jeunes pousses issues de la recherche fondamentale"

"La France fait partie des premiers pays d’Europe pour le soutien aux jeunes pousses issues de la recherche fondamentale"

Plus d'articles