Nous suivre Industrie Techno

La consigne mutualisée a l’épreuve du terrain

Industrie et Technologies

Sujets relatifs :

,
Le 21 juin, E-Box va ouvrir à Paris son premier relais colis automatique. L’entreprise va pouvoir tester sur le terrain son système de livraison mutualisé et mesurer l’accueil que le public va lui réserver.

La livraison des colis au client final est pour les logisticiens la phase la plus délicate. La toute jeune entreprise E-Box a conçu avec le soutien de l’Anvar un dispositif de distribution de colis fonctionnant 24h/24 en libre service.

Il s’agit d’une consigne automatisée de coffre mutualisé affectée à la livraison de colis pour une durée déterminée. Ainsi la société de livraison n’a pas à se soucier de la disponibilité du client. Le colis lui est livré dans un des casiers de la consigne. Le client en est alors informé par courrier électronique ou SMS.

Le concept est, sur le papier, séduisant. Mais en France, les grands opérateurs postaux et les logisticiens hésitent à se lancer dans l’aventure. «En Allemagne, la Deutsche Post a commencé à déployer ce genre de dispositif. En Angleterre, des pilotes sont en cours d’exploitation. En France, toujours rien. Coliposte va sans doute prochainement se lancer dans une phase d’essais », indique Antoine Mercier, fondateur d’E-Box.

Pour forcer un peu le marché et mettre son dispositif à l’épreuve du terrain, E-box a décider d’ouvrir le 21 juin son premier relais colis automatique au 30 rue de Belzunce dans le 10ème arrondissement parisien. «Cette installation va nous servir de show-room technique. Nous allons pouvoir mener une véritable expérimentation commerciale et observer comment les gens acceptent ce service. Cela va également nous permettre de nouer des partenariats», explique Antoine Mercier.

D’ici l’ouverture officielle du point relais le 21  juin, E-box va simuler le système avec des clients tests. Ensuite, l’entreprise espère que le concept séduira les résidents et professionnels du quartier. Elle a recensé 20 000 adresses postales dont 2500 professionnels dans un rayon de 400 mètres autour de ce point relais.

Les entreprises ou particuliers intéressés par ce procédé de livraison devront s’acquitter d’un abonnement annuel de 35 euros. Une carte portant leur identifiant par code barre ainsi qu’un code personnel leur est fourni. Les abonnés peuvent alors recevoir leur colis dans un des casiers du relais et le récupérer 7 jours/7 et 24h/24. Ils sont informés par mail ou SMS de la livraison du colis.

Comment ça marche ?

Les coffres de réceptions de colis sont installés dans un local sécurisé accessible par la lecture du code barre de la carte d’abonné. A l’intérieur du local, une console de traitement est munie d’un écran, d’un clavier et d’un terminal de paiement par carte bancaire. Le livreur s’identifie à la console et le système affecte un casier disponible à chacun de ses colis. Le logisticien informe le client de la disponibilité de sa commande par courrier électronique ou SMS.

Une fois averti, celui-ci peut venir chercher son colis à l’heure qui lui conviendra. Il pourra pénétrer dans le local grâce à sa carte d’abonné. En s’identifiant à la console, celle ci déverrouillera le coffre où se trouve son colis et lui indiquera son emplacement.

La commande peut être payée contre-remboursement grâce au terminal de paiement intégré. Le colis est mis à disposition pendant une periode déterminée. Passé ce délai, si le destinataire ne s’est pas manifesté, le logisticien récupère les colis.

Le point relais de la rue de Belzunce accueille sur 12 m2 dix colonnes comportant six casiers. Mais l’E-box peut facilement s’adapter à n’importe quel local du fait de sa modularité. Des boîtes de différentes tailles s’empilent les unes aux autres ce qui assurent l’évolutivité de l’installation. Elles sont indépendantes les unes des autres et n’intègrent aucun câblage ni circuit électronique.

Les mécanismes de verrouillage des coffres sont situés dans les montants métalliques entre lesquels se superposent les coffres. Ils ne sont donc pas accessibles de l’extérieur. Chaque mécanisme est constitué d’un verrou électromagnétique et d’un système de détection de course du pêne et d’un indicateur optique de la position du rideau du coffre.

La sécurisation du stockage est obtenue par la mesure du poids des consignes par un capteur approprié. En relevant la variation du poids total en l’absence d’opérations de dépôt ou de retrait de colis, toute tentative infraction est détectée. Une alarme déclenche alors le système de vidéo surveillance et est transmise aux services de d’intervention. L’utilisation d’un seul détecteur de poids pour une ou deux colonnes de casiers n’introduit pas d’important surcoût du système.

Youssef Belgnaoui

Pour en savoir plus
http://www.e-box.fr/ebox/accueil.html

 

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Dossier composites : comment ils vont surpasser les métaux

Dossiers

Dossier composites : comment ils vont surpasser les métaux

Les composites ne cessent d'innover pour rester compétitifs face aux autres matériaux. L'innovation porte sur les matériaux eux-mêmes, mais aussi sur[…]

Les colloques à venir - Au 12 juin 2009

Agenda

Les colloques à venir - Au 12 juin 2009

Les Nanotechnologies, vous connaissez ?

Les Nanotechnologies, vous connaissez ?

IT 911 mai 2009

IT 911 mai 2009

Plus d'articles