Nous suivre Industrie Techno

La semaine de Jean-François Prevéraud

La conception électronique rattrapée par la crise

Industrie et  Technologies
J'ai rencontré récemment Alexander Duesener, responsable marketing pour l'Europe de Cadence Design Systems, l'un des éditeurs leader en outils de conception pour l'électronique. L'occasion d'évoquer l'impact de la crise sur le secteur électronique.


« Nous avons commencé à ressentir les premiers les effets de la crise à l'été 2008. C'est d'ailleurs en grande partie ce qui a fait capoter l'acquisition de Mentor Graphics dans laquelle nous nous étions lancés », explique Alexander Duesener, responsable marketing pour l'Europe de Cadence Design Systems. « Ce ralentissement s'est ensuite amplifié à l'automne avec de réels coups d'arrêt des investissements dans certains secteurs comme l'automobile ou des ralentissements dans des secteurs très réactifs au comportement des consommateurs, tels la téléphonie mobile ou l'électronique grand public ».

Il suffit de voir les annonces faites par la plupart des grands industriels de l'électronique (Ericsson, Intel, Nokia, NXP, Texas Instruments, STMicorelectronics...) tant sur la stagnation voire la réduction significative de leur chiffre d'affaires, que sur la "réorganisation" de leurs équipes de R&D, pour comprendre que les investissements en outils de développement vont être limités au strict nécessaire. « Tous les grands industriels de l'électronique sont actuellement dans une phase de restructuration pour s'adapter aux nouvelles contraintes du marché. Ils ne recommenceront à réellement investir dans de nouveaux outils de développement que lorsque cette phase sera derrière eux. En tout état de cause, pas avant le second semestre 2009 ».

Il faut de plus ajouter au marasme ambiant une évolution des besoins des industriels. D'une part, il faut constater que si le nombre de projets de conception diminue, leur complexité se renforce très rapidement. « Cette évolution de la complexité des projets montre que malgré la crise les besoins des utilisateurs ne changent pas. Ils veulent toujours disposer du dernier cri de la technologie et d'un maximum de fonctionnalités ».

D'autre part, les industriels mettent en place de nouveaux moyens, tels les fermes de calcul, qui nécessitent une adaptation des logiciels, notamment pour la simulation analogique. Une évolution qui se ressent aussi dans le mode de rémunération des éditeurs qui doivent offrir maintenant un mode de licence payable au fil de l'eau sur des durées de 3 à 5 ans en fonction du type d'outil. Certes la reconnaissance du chiffre d'affaires est moins forte au moment de la commande, mais elle permet de mieux anticiper les années à venir.

Une baisse d'un tiers du chiffre d'affaires

Toujours est-il que Cadence Design Systems est lui aussi frappé par la crise. La société a ainsi annoncé mi-décembre avoir réalisé un chiffre d'affaires de 232 millions de dollars sur son troisième trimestre fiscal 2008, à comparer aux 401 M$ réalisés sur la même période de 2007. Ce qui se traduit par une perte nette de 169 M$ ... et le départ de 12 % des effectifs, 625 personnes. Les prévisions de chiffre d'affaires de la société pour l'ensemble de l'année 2008 se situent entre 1 025 et 1 035 M$ à comparer aux 1 620 M$ réalisés en 2007. De fait, Cadence devrait enregistrer une perte de 295 à 300 M$ pour 2008. L'annonce des résultats définitifs est prévue pour le 04 février.

Seul point de consolation, après la démission du President & CEO Michael Fister et d'une partie de l'équipe dirigeante en octobre dernier, suivie de la mise en place d'une équipe de direction intérimaire, la société vient de retrouver un President & CEO en la personne de Lip-Bu Tan, qui faisait partie du directoire de la société depuis 2004.

Performance vs consommation

De fait, pour mieux faire face à la crise, Cadence va se concentrer sur ses métiers de base, la vérification système et analogique, ainsi que la conception autour des circuits mixtes dont 70 % du marché se trouve en Europe. « Nous sentons aussi une forte demande du marché pour une réduction de la consommation des équipements électroniques, développement durable oblige. De plus, les technologies des batteries n'évoluent pas suffisamment vite pour suivre la croissance des besoins en énergie des produits nomades. A moins d'imposer à leurs clients de transporter des batteries de plus en plus lourdes et imposantes, il va falloir que les fabricants apprennent à mieux gérer la consommation énergétique de leurs produits. Nous allons entrer dans une nouvelle approche de la conception où il va falloir trouver le bon équilibre entre performances et consommation », conclut Alexander Duesener.

Un peu d'espoir dans un monde bien triste.

A la semaine prochaine.

Pour en savoir plus : http://www.cadence.com

Jean-François Prevéraud, journaliste à Industrie & Technologies et l'Usine Nouvelle, suit depuis plus de 27 ans l'informatique industrielle et plus particulièrement les applications destinées au monde de la conception (CFAO, GDT, Calcul/Simulation, PLM...). Il a été à l'origine de la lettre bimensuelle Systèmes d'Informations Technologiques, qui a été intégrée à cette lettre Web hebdomadaire, dont il est maintenant le rédacteur en chef.

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

« Implant Files » : pourquoi les implants médicaux sont dans la tourmente

« Implant Files » : pourquoi les implants médicaux sont dans la tourmente

C'est un nouveau scandale sanitaire. Après l'affaire des implants mammaires « PIP », une enquête du[…]

IRT Saint-Exupéry : les nouvelles plateformes technologiques opérationnelles

IRT Saint-Exupéry : les nouvelles plateformes technologiques opérationnelles

Drone à hydrogène : le rêve de deux start-up françaises

Drone à hydrogène : le rêve de deux start-up françaises

[Photo Tech] L’impression 3D mobile de bâtiments

[Photo Tech] L’impression 3D mobile de bâtiments

Plus d'articles