Nous suivre Industrie Techno

La climatisation au CO2

Thierry Mahé

Sujets relatifs :

, ,

l Selon l'équipementier automobile Behr, l'utilisation du CO2 procure un refroidissement accéléré et économise du carburant.

Le R134a, le réfrigérant le plus couramment utilisé dans les systèmes de climatisation, a été choisi pour son innocuité sur l'ozone - contrairement à d'autres composés fluoro-carbonés. En revanche, il joue un rôle nocif sur l'effet de serre. D'où l'idée, dans la réfrigération industrielle comme la climatisation automobile, de basculer sur le CO2. Dont l'incidence sur l'effet de serre est... 1 300 moindre que celle du R134a. Et sa capacité de refroidissement bien meilleure. Ce sont des raisons techniques qui ont freiné jusqu'ici le CO2. Pour autant, l'équipementier automobile allemand Behr annonce ses premières climatisations au CO2 pour 2006 et présente dès aujourd'hui ses résultats.

 

10 minutes pour passer de 70 à 23°C dans l'habitacle

 

Dans le compresseur, le CO2 passe de 35 à 120 bars, et sa température monte à 150 °C. Refroidi par l'air extérieur jusqu'à 27 °C, le gaz se liquéfie. Au travers de l'organe de détente, il retrouve sa pression première de 35 bars en prélevant de la chaleur à l'habitacle. Schéma classique. Dans l'échangeur de Behr, un échangeur interne abaisse la température du gaz en phase liquide jusqu'aux alentours de 0 °C. Car plus la température de gaz est basse après l'évaporateur, et plus on peut refroidir l'air soufflé dans l'habitacle. Le fait de pouvoir pulser de l'air encore plus froid a un fort impact au niveau du confort. Ainsi, les premiers essais en conditions réelles (70 °C dans l'habitacle, 40 °C en température extérieure, 40 % d'humidité) ont prouvé que le système à CO2 ne prenait que 10 minutes pour refroidir l'habitacle à 23 °C. Avec le R134a, et aux termes de ces 10 minutes, la température est encore de 30 °C. Et la zone de confort (< 25 °C) est atteinte 17 minutes plus tôt. En outre le meilleur rendement du système CO2 induit un gain de consommation de carburant entre 14 et 25 %. C'est très loin d'être négligeable. Behr estime en effet que la surconsommation due à la climatisation (technologie actuelle) équivaut, sur toute une année, à 0,62 litre aux cent kilomètres.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0854

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2004 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Bosch Rexroth lance ctrlX Automation, sa nouvelle gamme d’automatismes taillée pour l’internet industriel des objets

Bosch Rexroth lance ctrlX Automation, sa nouvelle gamme d’automatismes taillée pour l’internet industriel des objets

Avec la plate-forme ctrlX Automation, constituée de nouvelles briques matérielles et logicielles, Bosch Rexroth renouvelle ses[…]

Pour son Innovation Summit World Tour 2020, Schneider Electric mise sur une industrie plus écoresponsable

Pour son Innovation Summit World Tour 2020, Schneider Electric mise sur une industrie plus écoresponsable

« Les technologies numériques deviendront encore plus importantes pour l'industrie », pointe Stéphane Siebert, directeur de la recherche technologique du CEA

« Les technologies numériques deviendront encore plus importantes pour l'industrie », pointe Stéphane Siebert, directeur de la recherche technologique du CEA

Les difficiles débuts des 20 robots chinois censés aider la France à atteindre les 700 000 tests virologiques hebdomadaires

Les difficiles débuts des 20 robots chinois censés aider la France à atteindre les 700 000 tests virologiques hebdomadaires

Plus d'articles