Nous suivre Industrie Techno

La cheminée bois adopte le catalyseur

Industrie et  Technologies
Première mondiale. L'entreprise alsacienne Fondis, réputée pour ses cheminées fonctionnant au bois, lancera en fin d'année un modèle intégrant un catalyseur qui diminue la pollution de 90 %.


Les énergies renouvelables, tel le bois, présentent des vertus indéniables face à l'émission de gaz à effet de serre. Pourtant, elles restent encore polluantes. Ainsi, à chaque utilisation et quel que soit le régime de combustion, tous les appareils de chauffage au bois du marché émettent près d'une centaine de composés chimiques considérés comme polluants. Il s'agit principalement du monoxyde de carbone (CO), de composés organiques volatils (COV), d'hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) et de particules solides.

Partant de ce constat, la PME alsacienne Fondis dévoilera à la fin de l'année une technologie novatrice baptisée Zéro CO. Le procédé consiste à équiper l'avaloir du foyer de ses cheminées d'un catalyseur de type métallique, à la surface duquel est déposé un principe actif développé spécifiquement par Fondis. A son contact, les matières organiques polluantes s'oxydent et deviennent alors non polluantes.

Trois ans de développement

« Nous avons adapté à nos problèmes spécifiques ce qui existe déjà dans le domaine du poids lourd », explique Frédéric Hass, directeur technique et responsable du bureau d'études de Fondis. « Par contre, il nous a fallu trouver le couple optimal treillis métallique / métal de revêtement, ainsi que les dosages précis des différents matériaux. Des brevets sont d'ailleurs en cours de dépôts ». Pour cela, Fondis a fait travailler un post-doctorant pendant 3 ans puis l'a embauché. Des chercheurs extérieurs tels ceux du Laboratoire de Gestion des Risques et Environnement de Mulhouse (68) et l'Institut Régional des Matériaux Avancés de Ploemeur (56) ont aussi été mis à contribution. « Tout cela n'a été possible que grâce au soutien que nous ont apporté l'Ademe et Oseo-Anvar », tient à préciser Frédéric Hass.

Il a aussi fallu dimensionner correctement le catalyseur pour limiter les pertes de charge et trouver le moyen de le faire fonctionner correctement à tous les stades de la combustion, plus particulièrement dans les phases critiques de pollution, allumage et fin de combustion. « Un catalyseur ne fonctionne correctement que lorsqu'il est à bonne température. S'il est trop froid, il s'encrasse. Nous aurions pu demander à l'utilisateur de le court-circuiter en basculant des trappes lors de l'allumage de la cheminée, mais nous voulions quelque chose de simple à utiliser. C'est pourquoi nous avons opté pour un préchauffage électrique par infrarouges, afin qu'il soit opérationnel immédiatement. Le même système assure le maintien en température en fin de flambée. De plus, tous les modèles de foyers fermés que nous avons sortis depuis deux ans ont été conçus pour fournir des conditions de fonctionnement optimales au catalyseur Zéro CO que nous sortons maintenant. Il serait illusoire d'espérer avoir un catalyseur efficace en sortie d'une machine à goudron », constate Frédéric Hass.

Le CO en baisse de 90 %

Cette technologie permet un abattement important des polluants carbonés, en particulier du monoxyde de carbone. En allure normale, les émissions de monoxyde de carbone, avec un excès d'air ramené à 13 %, sont inférieures à 0,03 % en volume de fumée, soit une valeur 10 fois plus basse que le seuil fixé par la charte "Flamme Verte". Pour mémoire, la norme autrichienne, qui est la plus stricte à ce jour en Europe, fixe ce seuil à 0,12 %. De même, les émissions de COV passent de 500 à 70 ppm. Enfin, les émissions de poussières passent de 200 à 20 mg/m3. Des réductions de l'ordre de 90 % par rapport aux cheminées standard et qui restent encore de 30 % à 50 % pour les modèles antérieurs les plus performants de Fondis.

« Et nous avons une satisfaction supplémentaire. Hors des "allures normales", qui bien souvent ne correspondent qu'à une faible partie du temps d'utilisation, notre catalyseur conserve les mêmes capacité de dépollution », conclut Frédéric Hass.

Le lancement officiel de la technologie Zéro CO se fera lors de la première édition du Salon International des Energies Renouvelables et de la Maîtrise de l'Energie (SIREME 2008), qui se tiendra à Paris du 17 au 19 novembre. Et la commercialisation est prévue d'ici la fin de l'année. Il faudra compter un surcoût de l'ordre de 30 % par rapport à un foyer fermé traditionnel si l'on veut un modèle catalysé.

Jean-François Prevéraud

Pour en savoir plus : http://www.fondis.com

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Des cellules solaires plus efficaces grâce aux nanomatériaux

Des cellules solaires plus efficaces grâce aux nanomatériaux

Une famille de nanomatériaux capable de produire, après auto-assemblage, une énergie photovoltaïque avec une grande[…]

Maisons à énergie positive, mémoire des smartphones, internet quantique… les innovations qui (re)donnent le sourire

Maisons à énergie positive, mémoire des smartphones, internet quantique… les innovations qui (re)donnent le sourire

Des bateaux autonomes pour prédire la météo

Des bateaux autonomes pour prédire la météo

Gestion de l’eau : focus sur l'innovation

Gestion de l’eau : focus sur l'innovation

Plus d'articles