Nous suivre Industrie Techno

La CAO électronique retrouve le sourire

Industrie et Technologies

Sujets relatifs :

, ,
San Diego, 7-11 juin. Profitant d’un marché en nette reprise, la DAC (Design Automation Conference) a confirmé l’intérêt pour la conception au niveau système et le Design For Manufacturability. Elle a aussi pointé

Changement d’ambiance à la DAC. Alors que l’édition 2003 s’était révélée plutôt terne et déprimante, la dernière en date, qui s’est tenue du 7 au 11 juin, à San Diego (Californie), a baigné dans une ambiance nettement plus détendue.

Les affaires, en effet, reprennent : selon les dernières estimations de Gartner Dataquest, le marché de la CAO électronique (EDA en anglais) devrait ainsi afficher une croissance proche de 12% sur l’ensemble de l’année 2004. Pas faramineux pour un secteur réputé pour son dynamisme, mais tout de même très encourageant après une année 2003 «seulement» stable.

Des français en pointe

Conséquence logique de cette embellie, les fournisseurs, plutôt éteints ces derniers mois, retoquent leurs gammes et lancent de nouveaux produits.

La bonne surprise, c’est que l’offre française, jadis insignifiante, a profité de la crise pour mûrir et  gagner en crédibilité. Si les Américains restent très largement leaders de l’EDA, il faut désormais compter, en effet, avec des sociétés comme Eve (Emulation and Verification Engineering), Prosilog ou Xyalis.

La première propose des solutions d’émulation et et de co-vérification matériel-logiciel s’appuyant sur les progrès récemment obtenus dans le domaine des circuits reconfigurables (FPGA). Sur l’exposition, la société présentait notamment sa plate-forme Zebu (comme «zero bug») XL, conçue pour les SOC (Systems On Chip) de 3 à 48 millions de portes.

Prosilog s’est quant à elle fait un nom dans le domaine des environnements de design et de vérification de l’IP (blocs de propriété intellectuelle) en ayant dès le départ basé son produit phare (Nepsys) sur SystemC, un langage dont on connaît aujourd’hui le succès. Créée en 2000, Prosilog compte aujourd’hui 25 personnes et envisage un fort développement sur le marché américain.

Relativement discrète, la société Xyalis n’en est pas moins incontournable sur certains aspects de l’EDA, notamment ceux qui sont liés à la fabrication. GT Much, par exemple, est le produit de référence utilisé par ST Microelectronics pour le layout des wafers multi-projets (implantation de plusieurs circuits différents sur une même tranche de silicium).

DFM, ESL et réduction de la consommation...

D’une façon générale, le thème de la fabricabilité, du DFM (Design For Manufacturability), a d’ailleurs été l’un des plus débattus lors de cette 41ème DAC.

Cadence Design Systems, par exemple, a annoncé un important contrat de développement avec ASML de façon à mettre au point un flot de conception offrant une meilleure aptitude à la fabrication des circuits 65 nm et moins, ceci par le biais de la RET (optimisation de résolution) et de l’OPC (correction optique de proximité).

Autre thème majeur, la réduction de la consommation, et en particulier celle du courant consommé au repos, a lui aussi été l’objet de plusieurs conférences et de lancements de produits. Citons SkyHawk d’Apache Design Solutions, PhysicalStudio de Sequence Design ou encore GalaxyPower de Synopsys.

La conception au niveau système (ESL : Electronic System Level), enfin, a elle aussi été largement débattue dans les salles de conférences et sur les stands.

Forte Design Systems a ainsi présenté un outil de synthèse comportementale basé sur SystemC (Cynthetiser), pendant que Coware, créateur de ConvergenSC Advanced System Designer, dévoilait de son côté un partenariat avec Cadence autour d’un flot de vérification intégré capable de réduire de moitié le temps nécessaire à la validation.

Parmi les autres annonces intéressantes, on notera également celle de Catapult C Synthesis, chez Mentor Graphics : un outil de synthèse destiné aux concepteurs d’Asic et de FPGA et qui permet la création de descriptions matérielles RTL (Register Transfer Level) directement à partir du code C/C++, sans aucune étape «manuelle». Un outil unique sur le marché et ayant d’ailleurs nécessité pas mois de moins de 10 années de mise ou point.

Nous reviendrons bien sûr plus en détail sur ces produits et sur ces tendances dans nos prochains numéros d’IT et de la lettre d’IT.

Jean-Charles Guézel
(envoyé spécial à San Diego)

Pour en savoir plus sur la DAC
http://www.dac.com/41st/index.html

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Hydrogène, hydrogel résistant, plastique conducteur… les innovations qui (re)donnent le sourire

Hydrogène, hydrogel résistant, plastique conducteur… les innovations qui (re)donnent le sourire

Difficile de trouver la motivation en ce début de semaine ? Voici une petite sélection d’innovations qui pourraient vous aider[…]

Dropbox et Autodesk facilitent l’utilisation des fichiers autoCAD

Dropbox et Autodesk facilitent l’utilisation des fichiers autoCAD

La robotique déformable s’invente à Lille

La robotique déformable s’invente à Lille

Siemens PLM Software et Local Motors renforcent leur partenariat

Siemens PLM Software et Local Motors renforcent leur partenariat

Plus d'articles