Nous suivre Industrie Techno

LA "BOÎTE À IDÉES" DE PANASONIC

De notre envoyé spécial Ridha Loukil

Sujets relatifs :

,
LA

La table "intelligente" se compose de quatre écrans tactiles où les informations domotiques circulent sous forme de poissons.

© D.R.

- Dans son centre d'exposition de Tokyo, le géant japonais confronte ses technologies au public. Et puise dans les suggestions des visiteurs pour mieux innover.

Étudiants, chercheurs, designers, consultants, journalistes, adeptes des nouveautés high-tech ou fanas inconditionnels de la marque... ils sont plus d'un millier de visiteurs à se bousculer chaque jour au portillon du Panasonic Center, à Tokyo, un centre d'exposition unique au monde. Dans ce bâtiment ultramoderne en verre et en acier, véritable temple des technologies de l'électronique grand public, le géant Matsushita, plus connu sous la marque Panasonic, expose au public ses dernières nouveautés mais aussi ses prototypes et ses idées pour le futur.

Le centre est libre d'accès, comme un musée gratuit. Depuis son ouverture en septembre 2002, il a accueilli déjà près d'un million de visiteurs du monde entier. Le succès ne se dément pas puisque cette année devrait se terminer avec 400 000 visiteurs, contre 260 000 en 2004.

Sur le parvis verdoyant de ce bâtiment à trois étages, d'une superficie totale de quelque 15 000 m2, la technologie s'affiche en grand. Un gigantesque écran électroluminescent de 7 x 35 m tapisse la façade d'entrée. Il accueille les visiteurs avec un mot de bienvenue. Comprenant près de 65 000 diodes électroluminescentes, il est à ce jour, selon Panasonic, l'écran le plus imposant jamais construit au Japon. Dans le hall d'accueil, la verrière est couverte de panneaux solaires transparents qui génèrent des économies d'électricité de 30 %.

Chaque visiteur reçoit un badge sans fil contenant une puce RFID programmée selon son profil. Aux dédales de l'exposition, ce badge réagit avec les écrans qui déroulent alors des présentations personnalisées. Par exemple, la langue et le contenu diffèrent selon que l'on est japonais ou étranger, chercheur ou écolier. On peut passer allègrement des dernières nouveautés comme le Caméscope sans cassette ni disque, l'appareil photo au format 16/9 ou le lecteur-enregistreur de disques Blu-Ray, à des prototypes comme le téléviseur plasma de 65 pouces à pleine haute définition. On peut aussi se projeter dans le futur en explorant des concepts inédits pour demain illustrant la vision de Matsushita dans cinq à six ans. Depuis février 2005, le centre abrite aussi un labo du futur, en fait une maison numérique telle qu'elle est imaginée par Panasonic dans dix ans. Son accès est toutefois réservé aux professionnels.

Familiariser le public avec les nouvelles technologies numériques, le préparer aux produits de demain, le faire rêver en le projetant dans le futur... La démonstration va bien au-delà de la simple vitrine. Elle constitue surtout une formidable "boîte à idées" au service de l'innovation. Pour Matsushita, l'objectif principal est de mieux coller aux attentes du marché en intégrant le feedback des consommateurs dans le développement des nouveaux produits. Le centre lui offre une plate-forme inespérée pour observer les réactions des visiteurs et recueillir leurs souhaits. « Pour chaque prototype, par exemple, nous leur demandons s'ils souhaitent l'avoir et à quel prix ils seraient prêts à l'acheter », indique Henry Matsumoto, le tout nouveau directeur du centre.

Mille suggestions remontent chaque mois

Matsushita est reconnu comme l'une des sociétés les plus à l'écoute du consommateur. « La préoccupation du client est un réflexe inscrit dans les gènes du groupe. Elle a toujours été au coeur de notre stratégie d'innovation depuis la création de l'entreprise en 1918 par Konosuke Matsushita », martèle Henry Matsumoto. Ainsi, la société n'hésite pas à envoyer des centaines d'ingénieurs sur les lieux de vente, au Japon, pour observer le comportement des acheteurs et remonter des informations utiles au développement de nouveaux produits.

Le centre d'exposition s'inscrit dans cette stratégie. Chaque mois, il fait remonter aux services de développement en moyenne un millier de suggestions du public. Certaines visent simplement à améliorer des produits existants ou des prototypes. D'autres indiquent des solutions intéressantes à des problèmes passés inaperçus en interne.

L'exemple du lave-linge est édifiant. Personne en interne ni chez les autres fabricants de gros électroménager n'avait pensé que son utilisation pourrait provoquer un mal de dos. Il a fallu écouter des consommateurs s'en plaindre pour que les ingénieurs de Panasonic en prennent soudain conscience. La solution est pourtant simple : il a suffi d'incliner la cuve de 30 degrés pour éviter à l'utilisateur de se pencher pour récupérer le linge propre. Encore fallait-il que quelqu'un mette le doigt sur le problème.

Dans le domaine de l'environnement, cher à Matsushita, le public entend parler de la pile à combustible pour la voiture, les PC portables ou les téléphones mobiles. « Mais jamais pour la maison », se sont plaints des consommateurs, désireux de disposer chez eux de cette nouvelle technologie comme source de cogénération d'électricité et d'eau chaude. Qu'à cela ne tienne. Panasonic a développé une pile à combustible qui répond à ce besoin précis. Fonctionnant au gaz naturel, elle fournit 1 kW d'électricité. L'eau chaude, produite par la réaction chimique du gaz avec l'air, est stockée dans un réservoir d'une capacité de 100 litres. De quoi satisfaire les besoins ordinaires d'un foyer. Cette station de cogénération est déjà commercialisée au Japon depuis le printemps 2005.

Les réactions du public stimulent la créativité

Autre suggestion, autre amélioration : la table "intelligente", exposée dans le rayon des idées du futur. Le plan se présente sous la forme de quatre écrans tactiles. Pour prendre le contrôle de l'un d'entre eux, il suffit que vous posiez à côté votre téléphone mobile intelligent. L'écran vous ouvre alors accès à vos propres informations (messages, agenda, répertoire, images, fichiers musicaux...). Vous pouvez prendre rendez-vous pour une sortie en famille, vérifier les disponibilités de chacun et bloquer une date. Vous pouvez aussi contrôler l'éclairage, le chauffage, les alarmes et les autres fonctions domotiques de la maison. Au départ, Panasonic est parti sur une interface classique à base d'icônes inspirée du PC. Les visiteurs lui ont préféré une interface inspirée d'un aquarium où les différentes informations voyagent sous forme de poissons. Une idée originale qui ne pouvait qu'être retenue.

Panasonic ne veut pas se contenter d'imposer aux consommateurs les idées de ses ingénieurs. À travers son centre d'exposition, la marque exploite aussi les réactions du public pour stimuler sa créativité interne. Ce modèle, sans équivalent dans l'industrie, n'est pas étranger aux bons résultats du groupe. Malgré un contexte particulièrement difficile, marqué par une érosion continue des prix et une concurrence plus que jamais exacerbée, Matsushita parvient à tirer son épingle du jeu là où son rival Sony a du mal à sortir la tête de l'eau.

L'ENTREPRISE

Derrière Panasonic, une marque internationale d'électronique grand public, se cache Matsushita, le deuxième électronicien au Japon, juste derrière Hitachi et devant Sony. - 335 000 personnes - 81,4 milliards de dollars de chiffre d'affaires pour l'exercice clos le 31 mars 2005 - 5,7 milliards de dollars de budget R&D - Un portefeuille de 50 000 brevets au Japon et 40 000 dans le reste du monde

UNE VITRINE TECHNOLOGIQUE UNIQUE AU MONDE

- Dans ce bâtiment ultramoderne de 15 000 m2, au Japon, Panasonic expose au public ses derniers produits et ses concepts pour le futur. Objectif : mieux répondre aux attentes du marché en intégrant le feedback des consommateurs dans son processus d'innovation.

LA CHARTE DE CONCEPTION REVISITÉE

Chez Matsushita, la création des produits obéit à une charte stricte de conception, baptisée "Universal Design". Selon cette charte maison, qui remonte aux origines du groupe, tous les produits doivent impérativement respecter cinq règles : 1. Être faciles d'emploi 2. Véhiculer des messages compréhensibles 3. Assurer le confort de l'utilisateur 4. Préserver la sécurité 5. Bien s'intégrer dans leur environnement Le retour d'expériences d'utilisateurs à propos des lave-linge a conduit Panasonic à ajouter une sixième règle : 6. La facilité de manipulation et de déplacement des produits de façon à éviter à l'utilisateur des efforts dommageables pour sa santé.

LE LAVE-LINGE SANS MAL DE DOS LE CONSOMMATEUR L'A RÊVÉ, PANASONIC L'A RÉALISÉ

- Au Japon, comme dans le reste de l'Asie, les lave-linge utilisent une cuve à axe vertical. Pas pratique à vider puisqu'il faut plonger pour récupérer le linge propre au fond. Ce désagrément est longtemps passé inaperçu jusqu'à ce que des consommateurs, en visite au centre d'exposition de Panasonic, expriment le souhait de disposer d'une machine à laver qui évite le mal de dos. Panasonic prend alors le problème à bras le corps. Le lave-linge européen à cuve à axe horizontal est examiné à la loupe. Mais ce n'est guère mieux puisqu'il faut se baisser pour le remplir et le vider. Un succès immédiat au Japon La configuration intermédiaire, avec une cuve inclinée à 30 degrés, résout le problème. C'est la solution retenue par Panasonic. Le succès est immédiat sur le marché. Bien que coûtant 50 % plus cher, la nouvelle machine est devenue le "best-seller" des lave-linge au Japon. Depuis son introduction en novembre 2003, elle s'est vendue à plus de 500 000 exemplaires.

LA MAISON NUMÉRIQUE DU FUTUR SELON PANASONIC

- Le labo du futur expose la maison numérique telle que Panasonic l'imagine dans dix ans. Ici, la technologie s'efface au profit d'usages nouveaux.

> Dans le salon, l'écran géant mural n'est plus réservé aux loisirs (télévision, vidéo, photos, musique...). Il devient aussi un support de communication multimédia (messagerie, visiophone, Internet...) et une interface avec le contenu numérique de la maison. Plus de télécommande. Le système est contrôlé par de simples gestes de la main, saisis par des capteurs infrarouges dissimulés au sol. > Dans la cuisine, la table intègre deux écrans ronds qui reconnaissent automatiquement les aliments déposés dessus. Le système signale si l'aliment est périmé et suggère des recettes pour l'utiliser. La table renseigne aussi sur les membres de la famille (emploi du temps, santé...). > Et la voiture dans tout cela ? Selon Panasonic, elle obéit à la voix. Avant de démarrer, elle s'assure que le chauffeur est en état de conduire en mesurant la pression artérielle et le rythme cardiaque. Sur l'écran de la planche de bord, on peut visionner en temps réel le portier électronique de la maison, communiquer avec les visiteurs, contrôler les alarmes, régler le chauffage, vérifier les fermetures des portes ou encore éteindre une lumière oubliée.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0872

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2005 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

PERFORMANCE NE RIME PAS AVEC DÉPENSE

PERFORMANCE NE RIME PAS AVEC DÉPENSE

Google et Facebook font leur entrée dans le Top 10 des entreprises les plus innovantes au monde. Tel est le principal enseignement relevé dans[…]

01/12/2011 | TENDANCESLE BAROMÈTRE
LE SAVOIR-FAIRE FRANÇAIS RECONNU

LE SAVOIR-FAIRE FRANÇAIS RECONNU

LES BREVETS SE FONT PLUS RARES

LES BREVETS SE FONT PLUS RARES

DOMPTER LE SOLEIL

DOMPTER LE SOLEIL

Plus d'articles