Nous suivre Industrie Techno

L'usinage du bois passe à la vitesse supérieure

De notre envoyé spécial Mirel Scherer

Sujets relatifs :

, ,
L'usinage du bois passe à la vitesse supérieure

Des servomoteurs ultracompacts > D'une conception originale, les contrôleurs de moteurs IndraDrive Mi de Rexroth réduisent le câblage de 85 % et l'espace occupé de 70 % par rapport aux solutions précédentes.

© D.R.

Hanovre (Allemagne), 14 - 18 mai 2007. Les constructeurs améliorent les performances de leurs machines. Au menu : broches haute vitesse et CFAO évoluée.

Flexibilité et productivité ont été les maîtres mots de la plus importante manifestation mondiale consacrée à l'industrie du bois. Plus de 100 000 visiteurs, 10 % de plus qu'en 2005, ont fouiné sur les stands de 1 879 exposants venus de 49 pays à Hanovre pour trouver des solutions capables de marier ces impératifs.

Bonne nouvelle pour les constructeurs d'équipements : l'industrie du bois a le vent en poupe car, selon les spécialistes présents au salon allemand, la demande, énergétique, industrielle et artisanale, connaît une croissance notable. La lutte contre la pollution mais aussi la recherche du prix le plus bas, notamment dans la construction des maisons, explique cet engouement pour le bois. Une demande qui se répercute chez les fabricants de machines : tous doivent revoir leurs capacités de production et trouver des astuces pour améliorer constamment la productivité des équipements qu'ils proposent.

1. Des équipements polyvalents et rapides

Dans la première transformation du bois, le fabricant français MEM propose des solutions adaptées à chaque cas d'application. Depuis des machines compactes et rapides, qui s'intègrent dans des lignes de sciage de petits bois, jusqu'aux systèmes automatisés de délignage, rien ne manque à sa panoplie. Comme la Quad circulaire, une machine de débit destinée au sciage d'une grume ou d'un noyau, qui était exposée à Ligna et qui s'intègre dans des lignes de fabrication à haut débit.

Spécialiste de la fabrication de menuiseries industrielles en bois, PVC et aluminium, Dubus est un autre représentant du savoir-faire français dans ce domaine. « Nous avons augmenté sensiblement la capacité de nos usines pour répondre à la demande et respecter les délais de production », confirme Bruno Lucas, manager au service export. Améliorer la cadence de la fabrication des portes et des fenêtres est ainsi dans la ligne de mire des ingénieurs de Dubus. « Sur les lignes de fabrication des portes, la cadence est actuellement de 4 portes/min. Nous avons donc analysé attentivement les temps de cycle pour passer à un rythme de 5 portes/min. » Comment ? Tout simplement en adoptant une broche plus rapide qui tourne à 30 000 ou 40 000 tr/min, ce qui permet de doubler la vitesse de rotation par rapport aux dispositifs utilisés actuellement.

Dans le même temps, l'entreprise a mis au point l'Aster, un équipement qui est piloté par un PC et usine, grâce à son 4e axe rotatif, les profilés sur les trois faces.

Présents en force au salon, les constructeurs de machines italiens ont les mêmes soucis de productivité, de fiabilité, de précision... Installé sur un stand gigantesque de 6 000 m2, le groupe SCM est venu avec plus de 130 machines et lignes de fabrication réalisées par lui-même ou par ses différentes filiales. Des équipements comme Superset XL, Superset Class et Topset XL, des moulurières plus polyvalentes, plus flexibles et plus performantes grâce, par exemple, aux systèmes d'attachement d'outils HSK et au contrôle électronique Mobile 10. Ce dernier est une commande dotée d'un écran tactile qui gère soit les axes motorisés de positionnement soit les axes de relevé de la position avec commande manuelle.

Le constructeur de centres d'usinage IMA vise, lui aussi, l'amélioration des performances de ses machines. Il a ainsi fait appel aux moyens de programmation de Rexroth pour piloter sa famille de machines Bima 300. Le système de contrôle IndraMotion MTX de ce dernier est une commande numérique à base PC qui réduit le temps de programmation. Une interface DXF extensible permet à l'utilisateur de charger directement le modèle CAO de la pièce à fabriquer.

Même approche pour le groupe Biesse, l'autre spécialiste italien de l'usinage du bois, venu lui aussi avec sa kyrielle de filiales, qui propose des machines capables de couper, de plaquer, de percer, de fraiser, de poncer, de poser, d'assembler... Parmi ses multiples astuces qui dopent la productivité, citons un magasin porte-outil externe qui offre 60 outils, ou un système breveté pour l'évacuation des copeaux géré par commande numérique.

Réputés pour leurs solutions, les constructeurs allemands faisaient, eux aussi, feu de tout bois. À l'instar de Homag, dont le stand qui occupait la moitié du hall 26 s'intitulait ni plus ni moins que "City of Homag". Sans pouvoir épuiser la foule d'innovations présentées par le constructeur allemand, évoquons un module de collage et de pressage des chants qui s'adapte à tous les équipements de fabrication de panneaux légers. Ou encore deux nouveaux processus de fabrication dans le domaine du plaquage : DoubleEdge permet d'encoller en une seule étape la surface du panneau et le chant, et Exka assure l'application d'une couche plastique qui couvre le panneau directement sur les centres d'usinage qui les fabriquent.

2. La programmation 3D s'étoffe

Les machines ne cessent de se perfectionner. Leur environnement aussi. Fabricant d'outils pour l'usinage du bois, MFLS Forézienne propose des alliages durs (au tungstène) qui multiplient par dix leur résistance à la fatigue, donc leur durée de vie. Le fabricant français montrait également à Ligna un système de lubrification centralisé original. Proposé en plusieurs versions de capacité variable (50, 200, 400 litres), l'Optipuls s'adapte à toutes les configurations des ateliers de sciage.

Le contrôle de la fabrication joue un rôle essentiel dans l'industrie du bois. Le système proposé par la société finlandaise Easy-Vision innove en intégrant, dans un seul dispositif, l'unité d'inspection (un module qui utilise un rayon à double polarisation) et l'automate programmable qui assure le déplacement. « Le système est extrêmement rapide car seules les informations concernant les défauts détectés sont transmises », affirme Johannes Haarla, responsable commercial d'Easy-Vision.

La programmation des machines à commande numérique s'améliore elle aussi. C'est le cas de systèmes de FAO dédiés à ce métier comme TopSolid'Wood de Missler Software ou ArtCAM Insignia de Delcam. Ce dernier dispose désormais de fonctionnalités adaptées à la fabrication en grande série. Il intègre aussi, comme l'outil de Missler Software, des fonctionnalités 3D étendues et dispose de plus de 180 options de contrôle de différentes machines-outils.

Enfin, la simulation des installations de production s'invite dans le travail du bois. Schuller a conçu, en collaboration avec Homag, un logiciel de simulation qui modélise les futurs systèmes de production. Dans l'une des premières applications, il a permis de réduire de 65 % la taille des stocks tampons et d'améliorer la productivité de l'ensemble de 15 %.

ENTENDU AU SALON

Les utilisateurs sont à la recherche d'équipements automatisés et flexibles capables de fabriquer le même volume mais avec des lots de pièces plus petits.» Bruno Lucas, manager service export chez Dubus

RÉVÉLÉ AU SALONUN ROBOT MINI-USINE

Mis au point par la société d'ingénierie HIT Bertele en collaboration avec Kuka, le système robotisé WoodFIX peut fabriquer différentes formes de pièces en bois. La solution, qui est en cours d'installation chez un industriel, comporte un dispositif d'usinage breveté. Il est doté de plusieurs outils différents et d'un scanner. Le système est fixé au bout du bras d'un robot Kuka 6 axes qui supporte un poids atteignant 150 kg et a une longueur de travail de 3 100 mm. Il s'agit en fait d'un véritable minicentre d'usinage capable d'usiner de A à Z des petites pièces en bois massif. Plusieurs robots de ce type peuvent être installés sur une ligne de fabrication pour usiner des pièces des deux côtés de l'installation. « La solution est amortie en moins de deux ans », estime Werner Spieth, ingénieur chez HIT.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0890

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2007 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

ÉNERGIE

ÉNERGIE

Optimiser la consommation de son usineJohnson Controls a conçu le logiciel Isac pour le suivi énergétique des installations de réfrigération[…]

01/04/2009 | AlertesInnovations
Des puces 200 fois plus rapides

Des puces 200 fois plus rapides

COMMUNICATION

COMMUNICATION

RECYCLAGE

RECYCLAGE

Plus d'articles