Nous suivre Industrie Techno

L'Onera esquisse l'aéronautique en 2050

L'Onera esquisse l'aéronautique en 2050

L'aile volante, avion de demain ?

© Onera

L'Onera s'est livré à un exercice de prospective sur le transport aérien. Le centre de recherche a esquissé les futurs possibles pour définir des axes de recherche. Il livrait ce matin ses conclusions.

L'Onera a présenté aujourd'hui son étude sur l'avenir du transport aérien. Le centre de recherche dans l'aéronautique et le spatial s'est projeté en 2050. Il a regroupé une dizaine de spécialistes durant 30 jours, répartis sur 6 mois. L'objectif : poser les jalons d'une réflexion sur l'avenir de l'aéronautique.

Quatre scénarios

L'Onera s'est fixé 3 impératifs, somme toute assez classiques : exigence de sécurité ; limitation des ressources énergétiques ; nécessité croissante de réduire l'empreinte environnementale. Et s'est penché sur 4 scénarios.
 

  • 1. Un ciel sans limite.
    En pleine expension, le transport aérien est dérégulé sur le plan économique. L'énergie ne manque pas. L'espace aérien est sur-sollicité. Jet d'affaires supersonique, aile volante, drone... Des aéronefs très variés sont développés. Les défis : concevoir ces aéronefs ; gérer l'explosion du trafic ; adapter les aéroports et l'inter-modalité (entre aéroports et avec les centres urbains).
     
  • 2. Un ciel régulé.
    Le transport aérien est régulé dans un soucis de respect de l'environnement. La demande en transport est toujours aussi forte, mais doit se répartir entre aérien, terrestre et maritime. Les aéronefs sont moins variés, avec des limites d'émissions et de nuisances sonores. Les aéroports produiront leur propre énergie (solaire, géothermique, nucléaire...). Des procédures sont développées pour minimiser la consommation des avions : trajectoires optimisées ; phases d'approche ralenties...
     
  • 3. Retour sur terre.
    Le monde fonctionne quasiment sans énergie fossile, ni rejet atmosphérique. L'espace aérien est réservé à des missions prioritaires d'intérêt général. La filière développe des véhicules spécialisés dans la sûreté ou la surveillance. Ils ont recours à l'automatisation. Dans un ciel peu encombré, les aéronefs ont davantage de liberté dans leurs trajectoires.
     
  • 4. Un monde fracturé et cloisonné.
    C'est une juxtaposition des 3 scénarios précédents. Le monde est fractionné en plusieurs blocs, qui suivent des scénarios différents. Un continent riche en ressources, par exemple, adoptera le scénario 1 (un ciel sans limite). Un continent plus contraint optera pour le scénario 2 (un ciel régulé). L'offre aéronautique diffère pour chaque bloc. Les aéronefs sont conçus localement, avec des formes et technologies distinctes. Déclin des vols internationaux, mais essor des vols régionaux avec d'éventuelles tensions entre les blocs. L'exigence de sûreté est renforcée.


Quatre axes de recherche

L'Onéra en déduit 4 priorités de recherche, communes à tous les scénarios.
 

  • Les aéronefs : nouveaux modes de propulsion (électrique, hybride, répartie sur l'aéronef...) ; matériaux (mémoire de forme, absorbant les sons...) ; formes (ailes volantes...)
     
  • La gestion du trafic. L'Onera réfléchit à l'automatisation des aéronefs, avec des trajectoires optimisées évoluant selon les conditions météos. Les défis : prouver la sécurité du système ; développer une capacité de calcul rapide ; gérer la transition.
     
  • Les aéroports. Les terminaux, pistes et procédures d'embarquement sont adaptés pour réduire la consommation d'énergie. Par exemple avec des systèmes d'aide au décollage du type catapultage, ou au déplacement au sol par des tracteur automatisé à propulsion éléctrique.
     
  • Les outils et méthodes. Il faudra, enfin, développer des capacités de conception, d'évaluation et de validation de toutes ces nouvelles technologies et procédures.


Thomas Blosseville

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

[Dossier Impression 3D] La chasse aux kilos s'intensifie dans l'aérospatial

[Dossier Impression 3D] La chasse aux kilos s'intensifie dans l'aérospatial

Avions, satellites et lanceurs spatiaux embarquent toujours plus de pièces imprimées en 3D. Le mouvement s’accélère,[…]

Face aux batteries et biocarburants, Norsk e-fuel mise sur le kérosène renouvelable pour des avions bas-carbone

Face aux batteries et biocarburants, Norsk e-fuel mise sur le kérosène renouvelable pour des avions bas-carbone

1,5 milliard pour la R&D aéro, sondes cyber et meltblown, le best-of de la semaine

1,5 milliard pour la R&D aéro, sondes cyber et meltblown, le best-of de la semaine

Eau, CO2 et électricité renouvelable : la recette de Norsk e-fuel pour le carburant des avions

Eau, CO2 et électricité renouvelable : la recette de Norsk e-fuel pour le carburant des avions

Plus d'articles